Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du pain en temps de paix...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 10 - 2021


Hier encore, le pays a failli se noyer dans un verre d'eau. Même des cadavres ont été éjectés de leurs tombes par la furie des eaux. Ceci pour ceux qui sont déjà morts, pour les «sursitaires», c'est-à-dire les (sur)vivants, le cauchemar continue... Oui, personne n'est là pour protéger nos poches «essorées» contre les chipeurs en tous genres. C'est que le pays est toujours en état d'urgence stomacal : le fier gallinacé monte sur ses ergots pour atteindre les 520 DA le kilo, narguant le fruit du pauvre, la pomme de terre qui pointait, hier dimanche, à 110 DA le kilo. Parce qu'un ventre affamé n'a point d'oreilles et que tout le monde ne mange pas forcément par la bouche, le peuple se retrouve (dé)coupé en morceaux et en rondelles dans la complexe généalogie de ce que d'aucuns appellent l'art peu raffiné de la «mangeaison». Du bedonnant au freluquet, de l'émacié à l'anguleux, du ventriloque jusqu'aux estomacs (dé)vidés, de l'appétit léonin à la chair trop molle, des «rôteurs» de formation jusqu'aux mal-empiffrées par vocation, il y a ceux qui bouffent à vingt doigts mélangés, même quand ils sont «occlusés». En face d'eux, il y a la gent de ceux qui se sustentent au besoin, ceux qui becquettent par pur instinct de conservation, ceux qui ont appris à simplement ingérer ce qui est comestible, d'autres qui se suffisent d'ingurgiter tout ce qui vient à portée... de bouche. Au moment où d'autres, dans un rassasiement digne des fauves encagés, boulottent selon la grandeur des yeux, gueuletonnent en cachant les restes dans le revers du portefeuille, ou se goinfrent quand il faut tout juste prendre le goûter. Il y a même, paraît-il, des bipèdes qui pratiquent régulièrement le sport du becquetage, du broutage et même du béquillage. Et comme le pain n'est pas le premier classé dans l'infinie chaîne alimentaire, il y a aussi ceux qui ont le pain, certes dur, mais la dent aiguë. Juste en face de ces « khobzistes » pas comme les autres, il y a ceux auxquels le pain faut à tel point qu'ils vendent jusqu'à leur dernier croûton rassis, d'autres ont les mains si noires qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils mangent du pain trop blanc, avec en tête du peloton ceux qui ont toujours mangé leur pain sous le manteau. Même s'ils s'excusent, le sourire en coin, de nous avoir fait prendre leurs pieds nickelés pour des mains... baladeuses. «Du pain en temps de paix est meilleur que du gâteau en temps de guerre», dit un célèbre adage !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.