Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 10 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), a souligné dimanche à Alger son attachement à accorder au pouvoir judiciaire «la place privilégiée qui lui sied». Présidant l'ouverture de l'année judiciaire 2021/2022 au siège de la Cour suprême, le chef de l'Etat a affirmé, dans son allocution, que cette cérémonie «vient raviver une tradition consacrée dans les us de l'Etat et de l'institution judiciaire», indiquant que «c'est également une opportunité pour affirmer notre attachement à accorder au pouvoir judiciaire la place privilégiée qui lui sied».
C'est aussi l'occasion, a-t-il poursuivi, de passer en revue «les étapes et les acquis réalisés par le secteur de la Justice, de rappeler les objectifs escomptés, d'esquisser les contours futurs auxquels nous aspirons, parachever l'édification de l'état de droit et jeter les bases d'un pouvoir judiciaire solide, indépendant et efficient, à même de renforcer la confiance du citoyen envers l'Etat et de nourrir en lui le sentiment de sécurité et de quiétude».
Et de poursuivre «je me suis engagé devant Dieu et devant tout le peuple algérien qui m'a accordé sa confiance lors de la présidentielle, à satisfaire ses revendications et ses aspirations légitimes pour un changement global et véritable devant déboucher sur un redressement national, d'assurer un nouveau départ pour notre pays, et permettre à nos concitoyens de vivre au sein d'une Algérie démocratique, prospère et fidèle aux valeurs de la Révolution du 1er novembre et au message des Chouhada».
Le Président Tebboune a également précisé que cette démarche «a requis d'opérer un changement global et réel permettant un redressement national», ajoutant que pour atteindre cet objectif, il «nous a fallu respecter les étapes et avancer à pas sûrs», «à commencer par l'amendement constitutionnel plébiscité par le peuple», puis «la construction d'un nouvel édifice institutionnel, à travers l'organisation des élections législatives».
Dans ce sillage, il a souligné que l'Etat a tenu, lors des élections législatives, «à exclure les détenteurs de l'argent sale, à travers la révision du régime électoral, dans le but de moraliser la vie politique, contrer l'influence de l'argent sale sur le processus électoral et laisser la place aux jeunes en leur apportant tout le soutien pour pouvoir participer à la prise de décision».
Soulignant la nécessité pour tout un chacun, sans exception et qu'importe sa position au sein de l'Etat, de respecter les décisions de la justice et de veiller à leur exécution, le Chef de l'Etat a rappelé que l'exécution des jugements était «une condition fondamentale et essentielle participant de la souveraineté du peuple», dans la mesure où, a-t-il dit, «les jugements sont rendus au nom du peuple algérien et traduisent dans les faits l'esprit de la loi et les objectifs voulus par le législateur à travers des lois votées par les représentants du peuple».
Et de s'interroger, à cet égard, sur «l'intérêt de promulguer des textes de loi et de rendre des jugements s'ils ne sont pas exécutés dans les plus brefs délais» pour permettre au justiciable de rétablir et jouir de son droit.
«Ce phénomène était monnaie courante au sein de certaines institutions de l'Etat, économique ou administrative, où la décision du juge n'était pas respectée», a fait remarquer le Président Tebboune qui a qualifié cette situation «d'illogique», dans le sens, dira-t-il, où l'on ne saurait construire un Etat de droit si le citoyen, en possession d'un jugement rendu en sa faveur, n'est pas en mesure de prendre son droit.
Les réformes engagées dans le secteur de la justice «ont permis d'accorder toutes les prérogatives de gestion des affaires des magistrats au Conseil supérieur de la magistrature (CSM), composé dans sa majorité de magistrats élus par leurs pairs, de même que la représentation syndicale des magistrats est présente dans ce Conseil», a-t-il fait valoir, relevant qu'il s'agit là d'une «première qui dénote notre attachement à assurer la protection aux magistrats et préparer le terrain pour l'indépendance du pouvoir dont il relève».
«Toutes ces garanties seront concrétisées avec la promulgation de la loi organique portant statut des magistrats et celle relative au CSM», a tenu à rassurer le Président Tebboune qui a enjoint au gouvernement d'»accélérer l'examen de ces deux lois en vue de leur présentation au Parlement».
A l'issue de l'annonce officielle de l'ouverture de l'année judiciaire, les membres du CSM, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi et le président de la Cour Suprême, Taher Mamouni se sont réunis autour du président de la République pour la traditionnelle photo de famille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.