Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La continuité des coups d'Etat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2021

Il est à déduire qu'une teigne inguérissable sévit depuis plus d'un demi-siècle en Afrique. Un sempiternel coup d'Etat militaire se répète en ce moment au Soudan où l'armée revient à la charge pour prendre le pouvoir et ce ne sont pas les semblants cris d'orfraie de quelques Etats et organisations officielles réclamant un retour à la pondération qui dérouteront l'implacabilité d'une règle devenue désormais presque établie.
Les coups de force se répètent sans intermittence en changeant de lieux pour parfois embraser des fragiles pays africains pour permaniser les crises dans un continent constamment bouleversé. Affirmer que l'incandescence des bouleversements répétés est née avec l'ère des indépendances n'est pas une vue de l'esprit. La colonisation a bien semé des ivraies souillant des cultures ancestrales pour que l'homme africain perde son profil et la droiture des actes de la gouvernance.
Dans la plupart des jeunes Etats, la décolonisation n'a malheureusement laissé une place privilégiée derrière elle qu'à la force du fusil et il devenait évident qu'il ne pouvait fatalement en être autrement. Les peuples longtemps soumis au dénuement, à la misère et à la famine ne pouvaient disposer de moyens pour se ressourcer pour renouer avec une sérénité légitime. Il est souvent dit, à tort ou à raison, que la discipline des populations avait un prix.
Rester braqué sur les emphases des modèles démocratiques et sur la litanie des conseils préliminaires n'est pas suffisant pour des populations à la recherche de leurs âmes. L'effort exigé est titanesque pour que le fusil et la baïonnette soient définitivement rangés. Les dégâts laissés par le colonialisme sont incommensurables et ses acteurs sont mal placés pour prodiguer aujourd'hui des conseils de retenue, de civilité et de bienséance. Se plier aux humeurs et à l'opportunisme des caporaux en mal de puissance, détenteurs de canons et de mitraillettes grâce auxquels ils imposent leur vérité suspecte n'est pas non plus salvateur.
Le dilemme est cependant si lourd que l'unique issue des peuples africains pour se relever est dans la trouvaille du génie nécessaire capable de leur rendre leur dignité. A défaut, comme au Soudan aujourd'hui, les coups d'Etat continueront.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.