Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des contrôles à renforcer ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 11 - 2021

Deux ans après l'apparition du coronavirus à Wuhan, en Chine, le monde est-il en train de revivre les mêmes affolements suite à la détection d'un nouveau variant en Afrique du Sud, Omicron ou B.1.1.529, de son nom scientifique ? C'est un nouveau variant qui s'ajoute à deux autres découverts en Afrique du Sud, le C.1.2 en août 2021 et Beta en 2020, mais jamais variant n'a autant inquiété tous les pays de la planète, ainsi que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui devait déterminer officiellement, hier, si le variant doit être classifié comme «préoccupant» ou «à suivre». Sur un plan scientifique, un délai de quelques semaines est nécessaire pour comprendre l'impact de ce nouveau variant en termes de transmissibilité ou de virulence, ainsi que les effets sur les outils de diagnostics, les traitements et les vaccins , comme l'a rappelé un responsable de l'OMS lors d'un récent point de presse régulier des agences de l'ONU, mais l'OMS lui a donné un nom et ses experts n'ont pas trop attendu pour le classer « préoccupant ». D'autres indications montrent également que ce nouveau variant du coronavirus qui terrifie le monde, mettant en quarantaine tous les pays d'Afrique Australe, à savoir Botswana, Eswatini, Lesotho, Mozambique, Namibie, Afrique du Sud et Zimbabwe, et ce malgré l'appel de l'OMS qui a déconseillé de prendre des mesures de restriction aux voyages. Mais il est important de signaler dans ce cadre que la circulation du virus revient en force dans plusieurs contrées du monde, poussant à la prudence les gouvernements qui veulent éviter toute importation de ce nouveau variant qui semble plus dangereux que le « Delta», détecté en Inde, qui continue à être dominant, en attendant des nouvelles au sujet du variant Omicron, qui sème l'effroi à peine détecté. Quoique l'expérience a montré qu'il est pratiquement impossible d'éviter l'importation du coronavirus en ciblant seulement la région où il a été détecté, puisque dès que l'alerte été donnée à propos de la détection du nouveau variant en Afrique du Sud, il est déjà signalé à Hong Kong et la Belgique, pour les cas contrôlés. Pourquoi l'Algérie n'a-t-elle rien décidé en matière de restriction des déplacements de et vers ces pays à risques de l'Afrique Australe ?
Plus loin encore, en ces temps de retour à la circulation active du virus à travers plusieurs pays, en sus de la détection de ce nouveau variant qui a une capacité de transmission accrue et contre lequel l'efficacité du vaccin reste encore incertaine, s'il n'a pas déjà prouvé son inefficacité quand on sait qu'il a touché des personnes vaccinées, il serait très conséquent de renforcer les contrôles aux frontières pour tout voyageur arrivant au pays de n'importe quel point de départ. Ce qui se passe aujourd'hui ne rappelle-t-il pas un certain mois de décembre 2019 et les conséquences dues au retard dans la prise de décision, au niveau mondial, pour stopper la circulation du coronavirus ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.