Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'omi-quelque chose ou l'omi-on ne sait trop quoi
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2021

Voilà que s'ajoute ces derniers jours une nouvelle appellation au lexique sanitaire pour que les populations et les Etats se perdent en conjectures ne sachant plus sur quel pied danser. Les dits variants du corona en se démultipliant ont l'air de faire tourner le monde entier en bourrique. L'Omi-quelque chose ou l'Omi-on ne sait trop quoi, nouveau venu d'on ne sait où et dont l'Afrique du Sud est accusée d'en être la marraine jusqu'à en être sujette à effacer de la carte, se propage partout à travers le globe terrestre pour que la population mondiale avec ses savants chercheurs et ses gouvernements désemparés se remettent à se gratter leurs têtes.
On n'en a pas encore fini à rechercher le bout du fil d'un fléau mondial, ni encore trouvé de quoi ni de qui il est né, s'accrochant mordicus à une panoplie de vaccins dont une masse compacte d'humains doute de son efficacité, qu'il est indiqué qu'un nouveau monstre trublion a fait son apparition. Il est tout de même curieux que les vagues se succèdent et il est étrange que trois ou quatre rappels de vaccination soient recommandés pour qu'un virus soit calmé.
La majorité des frontières se referment et l'on a de la peine à oser remettre sur le tapis la nécessité de reficeler les espaces publics dès lors que si l'on s'aventurait à un retour à l'étranglement des activités un tant soit peu normalisées avec peine et restrictions, on donnera le coup de grâce à l'ensemble de l'économie qui s'est difficilement remise debout. Faute de mieux, et à défaut d'une victoire espérée, on s'efforce d'aiguiser l'arme des gestes barrières et la focalisation sur les vaccinations répétées en attendant des jours plus heureux.
Face au conglomérat des alertes rafraîchies de tout bord, le doute est devenu permis. Le Covid-19 et ses consorts ne seraient finalement qu'une même et seule pieuvre démoniaque qui changerait de visage au gré des saisons et au rythme des comportements et des confinements. Il ne serait qu'un satanique ennemi qui percute de toutes forces dès que l'on baisse la garde ou qu'on lui tourne le dos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.