Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FMI en deux tons
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 12 - 2021

En moins de deux mois, les experts du Fonds monétaire international (FMI) ont rendu deux conclusions aux intonations différentes sur l'économie algérienne. Le 8 octobre dernier, le chef de division du FMI pour le Moyen-Orient et l'Asie centrale, Geneviève Verdier, a rendu compte de ses conclusions préliminaires, avec des recommandations très circonspectes, conseillant aux autorités algériennes de «rétablir en urgence une stabilité macroéconomique» à travers un ajustement budgétaire général qui devrait être entamé en 2022 et se prolonger sur plusieurs années. En sus d'autres recommandations préconisant une meilleure flexibilité du taux de change pour renforcer la résilience de l'économie aux chocs externes, allant jusqu'à conseiller aux autorités algériennes de recourir à l'emprunt extérieur pour moduler ses sources de financement budgétaire, alors qu'on savait pertinemment que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait rejeté d'une manière catégorique cette solution.
Il s'agissait de conclusions très «prudentes» sur l'économie algérienne, voire alarmantes par certains côtés, comme lorsque le rapport en question conclut que «la croissance devrait s'essouffler en raison de politiques actuelles qui limitent le crédit au secteur privé». Cela laissait croire qu'une guérison de l'économie algérienne, pour espérer renouer avec la croissance, nécessiterait des efforts de plusieurs années. Mais les conclusions du rapport du FMI, rendu public le 30 novembre dernier, après l'achèvement des consultations de 2021 avec l'Algérie, ont salué les efforts consentis par le pays pour relancer la croissance économique et réduire la dépendance aux hydrocarbures, moderniser la gestion budgétaire et améliorer l'efficacité du secteur public, prévoyant une croissance réelle de 3,2 en 2021. L'économie algérienne devrait se rétablir en 2021 et 2022, considèrent encore les experts du FMI, non sans souligner que «les perspectives demeurent incertaines et difficiles». Ce qui est vrai pour l'Algérie et pour tous les pays, y compris ceux réputés forts économiquement. Car excepté le paramètre de l'évolution du cours du pétrole, tous se partagent des risques élevés liés à la pandémie et au contexte social et géopolitique.
Ce n'est certainement pas une vision qui a changé selon les humeurs de l'instant, donnant lieu à la distribution des bons et mauvais points sans aucun lien avec la réalité économique. Le changement de ton entre le rapport préliminaire et la conclusion finale pour l'année 2021, après achèvement des consultations entre le FMI et le gouvernement algérien, doit bien avoir des arguments économiques concrets. Qu'est-ce qui a bien pu changer entre le 8 octobre, date des conclusions préliminaires «défiantes» du FMI, et le 30 novembre, rapport final plutôt confiant pour la croissance du pays ? Le cours du pétrole ayant été relativement stable entre les deux dates, on ne peut que considérer la loi de finances 2021, signée dans ce laps de temps, comme évènement économique majeur ayant influé sur les observations et les conclusions du rapport du FMI. Le gouvernement a-t-il étudié soigneusement les recommandations du rapport préliminaire et établi une loi de finances 2022 «adhérente» aux conseils des experts de l'établissement de Bretton Woods ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.