«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le financement monétaire devrait être interdit»
Conférence de presse de la cheffe de mission du FMI en Algérie :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 10 - 2021

C'est dimanche qu'a pris fin la mission du FMI en Algérie, entrant dans le cadre des consultations au titre de l'article IV de l'institution. Une mission intervenant dans une conjoncture très fertile sur le plan économique, aussi bien à l'échelle domestique qu'internationale, au regard notamment de tout ce qu'a induit la pandémie de Covid-19 comme effets.
Geneviève Verdier, cheffe de mission déléguée pour les consultations auprès de l'Algérie, conformément à l'article IV des statuts du Fonds monétaire international (FMI), était hier en conférence de presse pour rendre compte du contenu de ses entrevues avec le chef du gouvernement, de quelques-uns des membres de son équipe et du gouverneur de la Banque d'Algérie. Des observations et des points abordés lors de son séjour algérois qui ont permis à la cheffe de division du département Moyen-Orient-Afrique du Nord et Asie centrale du FMI de s'étaler sur la situation économique que traverse le pays notamment depuis qu'a surgi la pandémie, entraînant une contraction du PIB de 4,9% en 2020. Une conjoncture qui, en sus des mesures sanitaires mises en œuvre pour freiner la pandémie, a vu les autorités du pays prendre un vaste train de décisions visant à atténuer l'impact de la crise sur l'économie, a confié la chargée de mission du FMI. Mesures notamment d'ordre fiscal, des augmentations des dépenses de santé, des allocations de chômage, des transferts en faveur de ménages à faible revenu, des réductions du taux directeur de la Banque centrale et du ratio des réserves obligatoires, ainsi que l'assouplissement des règles prudentielles applicables aux banques, a relevé l'envoyée du FMI.
«Des mesures qui ont permis de protéger l'économie, mais la pandémie a permis de mettre encore en évidence les facteurs de vulnérabilité de l'économie algérienne.» En raison de déséquilibres macroéconomiques de longue date, les autorités du pays disposent d'une marge de manœuvre considérablement réduite, selon l'évaluation de Mme Verdier qui estime que la politique budgétaire expansionniste menée depuis plusieurs années a contribué à porter les déficits extérieurs courants à des «niveaux élevés malgré une politique de compression des importations» et à entraîner de vastes besoins de financement qui ont été dans une large mesure satisfaits à travers la Banque d'Algérie.
Les déficits extérieurs et budgétaires se sont creusés en 2020 alors que les réserves de change sont à «un niveau adéquat», passant de 62,8 milliards de dollars en 2019 à 48,2 milliards de dollars à la fin de 2020, note la déléguée du FMI qui a relevé «une reprise graduelle en cours avec un PIB qui devrait dépasser les 3% cette année grâce à la remontée des prix et de la production des hydrocarbures, alors que l'inflation s'est accélérée pour atteindre 4,1% en moyenne annuelle en juin 2021 sous l'effet d'une augmentation des cours internationaux des produits alimentaires et d'un épisode de sécheresse en Algérie». Une reprise en cours, mais la croissance devrait s'essouffler à moyen terme, prédit la spécialiste du FMI, en raison de l'érosion probable de la capacité de production des hydrocarbures due à la baisse des investissements décidée en 2020 et des politiques limitant l'accès au crédit pour le secteur privé. «Malgré le rebond et l'amélioration du solde extérieur en 2021, il est urgent de rétablir une stabilité macroéconomique», conseille Geneviève Verdier qui a fait part de l'avis de l'équipe l'ayant accompagnée dans sa mission, avis selon lequel «la persistance de déficits budgétaires élevés à moyen terme engendrerait des besoins de financement sans précédent, épuiserait les réserves de change et présenterait des risques d'inflation, la stabilité financière et le bilan de la Banque centrale». Globalement, de l'avis du FMI, la capacité des banques à prêter au reste de l'économie pourrait être fortement entravée, ce qui induirait des conséquences négatives pour la croissance. Dès lors, la mission du FMI recommande «un ensemble complet et cohérent de politiques monétaire et budgétaire et de taux de change afin de réduire les vulnérabilités de l'Algérie».
En effet, recommande-t-elle, un ajustement budgétaire général qui donne en même temps la priorité aux mesures de protection des plus vulnérables devrait être mené en 2022 et devrait s'échelonner sur plusieurs années pour maintenir la viabilité de la dette. «Cet ajustement devrait être étayé par des politiques visant à améliorer le recouvrement des recettes, à réduire les dépenses et à accroître leur efficacité», prodigue la cheffe de mission du FMI avant de conseiller que soit interdit le financement monétaire (la planche à billets) afin d'endiguer l'augmentation de l'inflation et l'épuisement rapide des réserves de change tout en diversifiant les ressources de financement budgétaire y compris en recourant à l'emprunt extérieur, explique-t-elle. «Une plus grande flexibilité du taux de change contribuera à renforcer la résilience face aux chocs externes et resserrement de la politique monétaire permettra d'endiguer les pressions inflationnistes», a ajouté la cheffe de mission du FMI qui a conclu ses recommandations par l'exigence de mettre en œuvre des réformes fondamentales visant à renforcer la transparence et la gouvernance des institutions juridiques budgétaires et monétaires, entre autres menus conseils.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.