Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Replacer la Syrie à la table arabe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 12 - 2021


Le Maroc sera-t-il de la partie au prochain Sommet arabe, prévu au mois de mars 2022 à Alger ? La question se posait, déjà, depuis l'annonce de la tenue du prochain Sommet à Alger, au début de l'année 2020, que dire maintenant avec la détérioration des relations entre les deux pays, arrivées à la rupture des relations diplomatiques au mois d'août 2021 et une vive tension alimentée par le conflit au Sahara Occidental, ainsi que d'autres positions marocaines qui visent directement la division du territoire algérien, et créant un climat «malsain» dans la région à travers la signature des accords sécuritaires avec Israël. La diplomatie marocaine, si prolixe quand on parle de l'Algérie, garde un silence éloquent sur la question, feignant ignorer l'événement en question, en évitant soigneusement de l'évoquer, nulle part dans les interventions des responsables marocains. Le suspense sur la participation du Maroc au prochain Sommet d'Alger est bien entretenu, d'autant que, curieusement, personne n'a cherché à faire éclater au grand jour la réaction des Marocains en sollicitant à ce propos les responsables de la diplomatie marocaine. Peut-être que le Maroc est parti pour attendre le dernier moment, après la réception d'une invitation officielle pour participer au Sommet, pour faire part de sa position. Bien évidemment, ce n'est pas à l'Algérie de répondre à la question, même si le sommet sera organisé à Alger. A Alger, on s'active depuis quelque temps pour replacer la Syrie à la table arabe à l'occasion de ce Sommet, parce que ce pays a été exclu de la Ligue arabe quelques mois après l'éclatement de la guerre civile, au mois de novembre 2011, une décennie, et le demeure encore aujourd'hui, comme le fut avant lui l'Egypte, un autre pays exclu durant dix ans également des activités de la Ligue (de 1979 à 1989) à la suite de la signature… des accords de paix avec Israël. Le Maroc ? Vu d'Alger, il s'agit d'un pays membre de la Ligue arabe, qui doit de ce fait participer indiscutablement aux réunions de cette organisation. D'ailleurs, le discours prôné par Alger dans ce contexte se réfère avec insistance à l'unité des rangs des pays arabes. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé ces derniers jours que «l'Algérie est un Etat qui rassemble les belligérants», en allusion à la participation de la Syrie au prochain sommet arabe prévu le 22 mars 2022 à Alger, soulignant que cette rencontre devrait être «réunificatrice». Alger souhaite que ce prochain Sommet arabe «puisse constituer un nouveau départ pour un monde arabe déchiré». Même discours entendu à l'occasion de cette dernière visite du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, où il a soutenu une énième fois que «l'Algérie veut en finir avec les divisions et les scissions arabes (…); j'espère que le sommet d'Alger puisse unifier les rangs arabes, avec en tête des priorités la cause palestinienne». Faut-il entendre qu'on doit en finir avec les divisions entre l'Algérie et le Maroc, deux pays voisins et membres de la Ligue arabe ? L'Algérie qui a, jusque-là, refusé toutes les médiations pour établir un rapprochement avec le Maroc, serait-elle à l'avenir plus souple sur la question, Sommet «réunificateur» oblige ? Ou le Maroc va-t-il s'auto-exclure du prochain Sommet arabe d'Alger et épargner de vains efforts à tout le monde ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.