Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le miracle argentin en temps de Covid
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 01 - 2022

NEW YORK - Bien que la COVID-19 ait frappé durement tout le monde, il ne s'agit pas d'une maladie « de l'égalité des chances ». Le virus représente une menace plus grande pour les personnes qui sont déjà en mauvaise santé, dont beaucoup sont concentrées dans les pays pauvres dotés de systèmes de santé publique faibles. De plus, tous les pays ne peuvent pas dépenser un quart de leur PIB pour protéger leur économie, comme l'ont fait les Etats-Unis. Les économies en développement et émergentes ont été confrontées à de fortes contraintes financières et fiscales. Enfin, à cause du nationalisme autour des vaccins (l'accumulation par les pays riches), les pays pauvres ont dû mendier les quelques doses qu'ils ont pu obtenir.
Lorsque les pays connaissent des situations aussi difficiles, les décideurs politiques ont tendance à recevoir plus de blâme qu'ils ne le méritent. Souvent, la conséquence est un climat politique plus conflictuel qui rend encore plus difficile la résolution des problèmes réels. Pourtant, même avec les dés pipés en leur défaveur, certains pays ont réussi à enregistrer de solides reprises.
Prenez l'Argentine, qui était déjà en récession lorsque la pandémie a frappé, en grande partie à cause de la mauvaise gestion économique de l'ancien président Mauricio Macri. Tout le monde avait déjà vu ce film. Un gouvernement d'extrême-droite favorable aux entreprises avait gagné la confiance des marchés financiers internationaux, qui ont dûment investi énormément de capitaux. Mais la politique de l'administration s'est avérée plus idéologique que pragmatique, au service des riches plutôt que des citoyens ordinaires.
Lorsque ces politiques ont inévitablement échoué, les Argentins ont élu un gouvernement de centre-gauche qui a consacré la majeure partie de son énergie à nettoyer le gâchis, plutôt que de poursuivre son propre programme. La déception qui en résulterait ouvrirait alors la voie à l'élection d'un autre gouvernement de droite. Malheureusement, un modèle répété maintes et maintes fois.
Mais il existe des différences importantes dans le cycle actuel. Le gouvernement Macri, élu en 2015, a hérité de relativement peu de dette extérieure, en raison de la restructuration déjà intervenue. Les marchés financiers internationaux se sont ainsi montrés encore plus enthousiastes qu'à l'accoutumée, prêtant au gouvernement des dizaines de milliards de dollars malgré l'absence d'un programme économique crédible.
Puis, lorsque les choses ont mal tourné - comme de nombreux observateurs l'avaient prévu - le Fonds monétaire international est intervenu avec son plus grand plan de sauvetage : un programme de 57 milliards de dollars, dont 44 milliards de dollars ont été rapidement dispersés dans ce que beaucoup ont considéré comme une tentative évidente du FMI, sous la pression de l'administration du président américain Donald Trump, pour soutenir un gouvernement de droite.
Ce qui a suivi est typique de tels emprunts politiques (comme je l'ai détaillé dans mon livre de 2002, La Grande Désillusion). Les financiers nationaux et étrangers ont eu le temps de sortir leur argent du pays, laissant les contribuables argentins régler la note. Une fois de plus, le pays était lourdement endetté et n'avait rien à montrer. Et, une fois de plus, le « programme » du FMI a échoué, plongeant l'économie dans un profond ralentissement, et un nouveau gouvernement a été élu.
Heureusement, le FMI reconnaît maintenant que son programme n'a pas atteint ses objectifs économiques déclarés. « L'évaluation ex-post » du Fonds attribue une part importante de la responsabilité au gouvernement Macri, dont « les lignes rouges sur certaines politiques ont pu exclure des mesures potentiellement critiques pour le programme. Parmi ces mesures figuraient une opération sur la dette et l'utilisation de mesures de contrôle des flux de capitaux. »
Les apologistes habituels du FMI attribueront l'échec du programme à un manque de communication ou à une mise en œuvre maladroite. Mais une meilleure communication n'est pas une solution à une mauvaise conception du programme. Le marché l'a compris, contrairement au département du Trésor américain et à certains membres du FMI.
Compte tenu de la crise dont le gouvernement du président argentin Alberto Fernández a hérité fin 2019, il semble avoir réalisé un miracle économique. Du troisième trimestre 2020 au troisième trimestre 2021, la croissance du PIB a atteint 11,9 %, et est maintenant estimée à 10 % pour 2021 - près du double des prévisions pour les Etats-Unis - tandis que l'emploi et l'investissement ont retrouvé des niveaux supérieurs à ceux précédant l'entrée en fonction de Fernandez. Les finances publiques du pays se sont également améliorées, même avec une politique de relance anticyclique, grâce à la forte croissance économique, des taux d'imposition plus élevés et plus progressifs sur la fortune et les revenus des entreprises, et la restructuration de la dette de 2020.
Il y a également eu une croissance significative des exportations - non seulement en valeur mais aussi en volume - suite à la mise en œuvre de politiques de développement visant à favoriser la croissance du secteur marchand. Il s'agit notamment de réformes des politiques de crédit ; d'une réduction des droits d'exportation à zéro dans les secteurs à haute valeur ajoutée, associée à des taux plus élevés sur les produits de base ; et d'investissements dans les infrastructures publiques et la recherche et le développement (les types de politiques que Bruce Greenwald et moi préconisons dans notre livre Créer une société apprenante).
Malgré ces progrès significatifs de l'économie réelle, les médias financiers ont choisi de se concentrer entièrement sur des questions telles que le risque pays et l'écart de taux de change. Mais ces problèmes ne sont guère surprenants. Les marchés financiers voient la montagne de dettes fournies par le FMI qui arrive à échéance. Compte tenu de la taille énorme du prêt qui doit être refinancé, un accord qui ne fait que prolonger la durée d'amortissement de 4,5 à dix ans n'est guère suffisant pour alléger les soucis d'endettement de l'Argentine.
De plus, l'Argentine subit toujours les effets des investissements de portefeuille spéculatifs qui ont afflué pendant la présidence de Macri. Une grande partie de ceux-ci a été piégée par les contrôles de capitaux mis en œuvre par ce gouvernement, ce qui a entraîné une pression constante sur le taux de change parallèle.
Le nettoyage du gâchis financier provoqué par le gouvernement précédent prendra des années. Le prochain grand défi est de parvenir à un accord avec le FMI sur la dette de l'ère Macri. Le gouvernement Fernández a indiqué qu'il est ouvert à tout programme qui ne compromet pas la reprise économique et n'augmente pas la pauvreté. Bien que tout le monde doive savoir maintenant que l'austérité est contre-productive, certains Etats membres du FMI influents pourraient encore faire pression pour l'imposer.
L'ironie est que les mêmes pays qui insistent toujours sur le besoin de « confiance » pourraient saper la confiance dans la reprise de l'Argentine. Seront-ils prêts à accepter un programme qui n'implique pas d'austérité ? Dans un monde toujours aux prises avec la COVID-19, aucun gouvernement démocratique ne peut ni ne doit accepter de telles conditions.
Au cours des dernières années, le FMI a gagné un nouveau respect grâce à ses réponses efficaces aux crises mondiales, de la pandémie et du changement climatique aux inégalités et à la dette. S'il devait faire marche arrière et céder aux demandes d'austérité à l'ancienne à l'égard de l'Argentine, les conséquences pour le Fonds lui-même seraient graves, y compris la moindre volonté d'autres pays de s'engager avec lui. Cela, à son tour, pourrait menacer la stabilité financière et politique mondiale. À la fin, tout le monde serait perdant.
Traduit de l'anglais par Timothée Demont
*Lauréat du prix Nobel d'économie, est professeur à l'Université Columbia et membre de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.