L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grève des 26 et 27 avril: Les syndicats maintiennent le cap
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 04 - 2022

Des syndicats autonomes de la fonction publique maintiennent leur décision d'observer une grève de deux jours, les 26 et 27 avril, pour exiger «des réponses et des mécanismes capables de préserver le pouvoir d'achat des travailleurs face à une flambée des prix sans précédent». Si le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale a décrété la grève illégale du point de vue de la forme, les syndicats ayant appelé à la grève pensent qu'ils sont dans la légalité absolue. Leur argument repose sur le fait que chaque syndicat ayant participé à la réunion du 16 avril dernier au siège de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef), a déposé individuellement son préavis de grève auprès de sa tutelle respective.
C'est ce qu'a précisé Zoubir Rouina, président du Conseil des enseignants des lycées d'Algérie (CELA), soulignant que les syndicats n'ont pas agi sous la coupe de la Confédération des syndicats autonomes (CSA), mais se sont juste réunis pour assurer une coordination afin de se concerter sur la tenue d'une action commune. Le ministère du Travail avait précisé, à travers un communiqué rendu public, que ceux qui ont appelé à la grève, notamment la Confédération des syndicats algériens (CSA) «n'a pas reçu à ce jour le récépissé d'enregistrement de sa déclaration de constitution lui permettant d'activer légalement et ce, pour non-conformité du dossier aux dispositions de la loi n°90-14 du 02 juin 1990, modifiée et complétée, relative aux modalités d'exercice du droit syndical». C'est le cas des Syndicats algériens du secteur de la fonction publique (SASFP) qui selon le ministère «n'est pas une organisation syndicale reconnue au sens des dispositions de la loi n°90-14», en mettant en garde ces derniers que «tout mouvement initié par cette coordination est une violation des dispositions légales en vigueur en matière d'exercice du droit syndical».
M.Rouina dit regretter le fait que la réponse sur le préavis de grève déposé par les différents syndicats, chacun à part, n'a pas concerné le fond du problème. «Qui doit protéger aujourd'hui les fonctionnaires d'une flambée de prix anarchique et exaspérante ?», dit-il en rappelant que «la pomme de terre est cédée à 160 DA le kg».
Pour ce qui est de la nouvelle grille indiciaire, M.Rouina a précisé que selon les avis des experts, cette augmentation du point indiciaire est plutôt favorable à ceux qui sont déjà bien rémunérés, «les salaires dépassant les 100.000 DA, ce qui n'est pas le cas pour la grande majorité des fonctionnaires». Et d'affirmer que les syndicats sont favorables à un dialogue de fond sur les mécanismes d'amélioration du pouvoir d'achat des fonctionnaires et des travailleurs en général.
Contacté par nos soins, le président du Syndicat national des psychologues (Snapsy), Khaled Keddad, affirmé, pour sa part, que la déclaration du ministère du Travail et de l'Emploi n'était pas une surprise. Et de préciser que depuis «la promulgation de loi fixant les modalités d'exercice du droit syndical en 1990, jamais une grève n'a été déclarée légale». En ce qui concerne le problème de l'agrément de la CSA, notre interlocuteur s'est interrogé: «qu'attend le ministère du Travail pour libérer ce dossier et de donner l'agreement à la CSA, étant donné que dans le cadre la révision de la loi 90-14 régissant les relations de travail et l'activité syndicale, la constitution des confédérations est tolérée ?» Et d'affirmer que tous les syndicats ayant appelé à la grève ont déposé le préavis de grève et non pas au nom de la CSA. «On s'est mis juste d'accord pour faire une action commune car nos revendications concernent l'ensemble des fonctionnaires».
Pour ce qui est des nouvelles augmentations prévues par rapport à la nouvelle grille indiciaire, le président de Snapsy a affirmé qu'elle n'a pas eu l'impact escompté pour améliorer le pouvoir d'achat. Et de regretter le fait que cette augmentation s'est faite en l'absence de dialogue avec les partenaires sociaux, y compris avec les syndicats affilés à l'UGTA.
Les syndicats qui protestent contre la dégradation du pouvoir d'achat des fonctionnaires et des travailleurs en général se disent pour le dialogue. «On aurait aimé recevoir une invitation pour le dialogue pour justement débattre les possibilités de trouver des mécanismes qui protègent le fonctionnaire et le citoyen en général de cette flambée de prix anarchique et la dégradation continue du pouvoir d'achat». Il dira que son syndicat est pour le maintien de la grève, tout en affirmant que tous les syndicats sont pour le dialogue constructif et efficace.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.