Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dénominateur commun
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 05 - 2022

Depuis quelques jours, la scène politique nationale s'est ranimée dans le sillage de formes d'appel au «rassemblement» autour du président de la République, mis en avant par l'agence de presse officielle, mais sans l'attribuer à aucune partie. Tout juste, on laisse entendre que le «rassembleur» est le président de la République, dont la «main tendue» n'a exclu que «ceux qui ont franchi les lignes rouges et qui ont largué les amarres avec leur patrie». Excepté cette marge, aucun Algérien ne doit se sentir «marginalisé dans la nouvelle Algérie qui leur tend les bras pour ouvrir une nouvelle page». Il n'en fallait pas plus pour dévoiler le cadre d'un projet politique qui requiert la mobilisation de la classe politique et la société civile. D'ailleurs, les choses se précisent et se précipitent avec l'intervention à la télévision du président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, samedi soir, en style direct, qui n'a pas laissé de place au doute. Dans ce contexte, il a appelé les acteurs de la société à adhérer à la démarche présidentielle pour «asseoir les bases et dessiner les contours de l'Algérie nouvelle», dans le cadre de la «politique de rassemblement» prônée par le chef de l'Etat. Et pour ceux qui attendent à ce propos une annonce officielle de la présidence, elle est portée par le message du président de la République à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la mémoire. «En ce jour mémorable, et au moment où nous nous remémorons les sacrifices consentis par le peuple lors d'une période charnière de l'histoire de la nation, la meilleure expression de loyauté à la patrie, dans un contexte de défis multiples, demeure le resserrement des rangs pour pouvoir traiter, avec l'efficacité et la célérité requises, notre situation socioéconomique», a-t-il relevé dans son message. Un appel clair au «resserrement des rangs», qui nous permettra d'«interagir avec le monde extérieur et faire face aux tensions et fluctuations successives avec un front interne soudé en mesure de consolider la place de l'Algérie dans le contexte des nouveaux équilibres que connaît le monde», souligne encore le président Tebboune.
C'est fait, l'appel au rassemblement est des plus officiels ? Certainement qu'on va encore attendre d'autres signes, d'autres éclaircissements sur ce rassemblement et comment y parvenir. Parce que certains y mettront des conditions, et d'autres adhèrent à ce principe sans se poser trop de questions. Au fond, le rassemblement des Algériens autour du président de la République, qui est le président de tous les Algériens, a-t-il besoin d'un quelconque appel ? N'est-il pas un comportement naturel et civilisé de se rassembler autour du président de la République après son élection ? Tous ceux qui ambitionnent un jour occuper le Palais d'El Mouradia, qu'ils soient des opposants politiques à l'actuel premier magistrat du pays ou des sympathisants, doivent eux-mêmes encourager les Algériens à se rassembler autour du président de la République, haut symbole de l'Etat, et perpétuer une tradition démocratique dont on peut avoir grand besoin demain. Le resserrement des rangs, donc, n'est pas un rassemblement d'une diversité politique, mais une complicité, un dénominateur commun, qui mettrait les intérêts de l'Algérie au-dessus des intérêts partisans.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.