Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie et la Namibie à égalité (1-1)    Culture: installation de la Commission d'élaboration du projet de loi relatif au statut de l'artiste    Lamamra met en avant à Bakou l'intérêt particulier accordé par le Président Tebboune à la communauté nationale à l'étranger    Installation du président et des membres de l'Autorité nationale de protection des données à caractère personnel    Coronavirus: 134 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Oran: les ossements de 5 chahids déterrés à Boufatis pour être réinhumés au carré des martyrs    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Pandor dénonce l'Apartheid sioniste    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des rêves et des tabous
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2022

Courage politique ou suicide politique ? Le président tunisien Kais Saïed est en train d'accomplir un mandat, bien singulier, qu'aucun autre président avant lui n'avait expérimenté, y compris le puissant « Combattant suprême », Habib Bourguiba, qui a gouverné la Tunisie durant trois décennies. Il a presque remis à plat la vie politique en Tunisie après la dissolution du Parlement, le 25 juillet 2021, tient tête aux islamistes d'Ennahda, nargue les milieux d'affaires influents « aux mains sales » et le puissant syndicat UGTT, à l'égard duquel il faut, pourtant, savoir « faire avec », selon l'expression de Kmar Bendana, professeur d'Histoire contemporaine, dont les travaux portent sur l'Histoire culturelle et intellectuelle de la Tunisie contemporaine.
Et il ne craint pas de proposer une nouvelle Constitution révolutionnaire, aux Tunisiens, où l'Islam n'est pas mentionné en tant que religion de l'Etat. Faisant sauter un tabou en un claquement de doigt. Enfin, le tabou n'a pas encore sauté réellement, car il faut attendre la réponse le 25 juillet prochain, à l'issue du référendum sur la nouvelle Constitution tunisienne, soumise au peuple tunisien par le Président Kaïs Saïed, après une crise de gouvernance qui dure depuis une année, à la date du référendum.
La révision de la Constitution est un outil fait pour corriger des déséquilibres et modifier des règles de fonctionnement d'un système politique qui a montré ses limites, et c'est au peuple de dire son mot là-dessus.
Dans cet esprit, les auteurs de la nouvelle Constitution soutiennent que l'Islam est un rapport spirituel entre l'individu et Dieu, alors que la Constitution gère les affaires de ce bas-monde, et qu'il n'y a pas lieu d'en faire référence dans ses textes. En vérité, quand beaucoup s'attendent à ce que les Tunisiens seront nombreux à dire non à cette Constitution, considérant cette suppression du premier article de la Constitution, en l'occurrence l'Islam est la religion de l'Etat, comme un blasphème, « 80% des Tunisiens sont contre l'extrémisme et contre l'utilisation de la religion à des fins politiques.
C'est précisément ce que nous allons faire tout simplement en gommant l'article 1, dans sa formule actuelle», a fait constater Sadok Belaïd, juriste tunisien en charge de la rédaction de la nouvelle Constitution. Cela reste à prouver, bien sûr, le 25 juillet prochain.
Le parti de Rached Ghannouchi, en tête des opposants à cette suppression, en sus de son opposition politique en tout point au Président Kaïs Saïed, va militer pour que les Tunisiens rejettent cette Constitution, mais si les Tunisiens votent pour, cela sonnerait la fin de l'exploitation de la religion à des fins politique.
La Tunisie va-t-elle, dans ce cas, encore, montrer la voie à suivre aux autres pays arabes ? Cela ne serait pas une surprise, puisque la Tunisie a toujours été en avance sur les autres pays arabes, sur plusieurs plans, dont celui des droits des femmes.
Des questions taboues ont sauté en Tunisie sur le plan de l'égalité des sexes bien avant que d'autres pays arabo-musulmans ne mettent à niveau leur législation dans ce domaine.
Et, les choses ont bien évolué car, maintenant, des manifestants sont descendus dans la rue, à Tunis, en 2018, pour réclamer l'égalité des sexes en matière d'héritage.
Mais, ce n'est, vraiment pas, le souci majeur des Tunisiens, plutôt préoccupés par la situation économique du pays. Tous les Tunisiens espèrent que les tabous se brisent mais pas les rêves d'une vie meilleure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.