L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un nouvel ordre mondial plus juste
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 06 - 2022

Des blocs économiques dominants cherchent à maintenir leur mainmise sur le destin du monde dans des circonstances inédites, qui dévoilent leurs faiblesses dans leur bras de fer avec la Russie. Une Russie qui se tourne, elle, vers le sud pour donner le coup de grâce à un ordre mondial qui profite aux plus puissants, ou qui se croient ainsi sans tirer des leçons de l'histoire qui renseigne sur la chute des empires et l'effondrement des grandes civilisations à leur apogée pour n'avoir pas su ménager les justes équilibres.
En parallèle au sommet européen, qui s'est tenu à Bruxelles, les 23 et 24 juin, où les 27 pays membres de l'UE ont passé en revue plusieurs dossiers, dont celui de l'avenir de l'Europe, une autre réunion de haut niveau des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et des autres économies émergentes sur le développement mondial, présidée par la Chine, se tenait par visioconférence le 24 juin, où la redéfinition des règles mondiales a été au cœur des débats.
Le monde prend un virage des plus dangereux au regard des déterminations affichées par des blocs qui tentent de s'imposer l'un face à l'autre, et cherchent à raffermir les liens chacun dans son camp. Le souci majeur des Européens reste l'énergie et, lors de cette réunion, le Conseil européen invite à nouveau la Commission à étudier avec les partenaires internationaux, entendre les pays producteurs/exportateurs de pétrole et de gaz, les moyens d'infléchir la hausse des prix de l'énergie, « y compris la possibilité d'introduire des plafonds temporaires pour les prix à l'importation ». Quelle idée de génie ? Une réflexion édifiante sur le comportement de ce bloc, habitué à dicter ses règles aux autres selon ses propres intérêts. Pourquoi ces pays ne se sont-ils pas manifestés quand le baril s'est effondré à 20 dollars, pour dire qu'il faut étudier la possibilité de fixer des seuils pour les prix à l'importation, et éviter aux pays producteurs/exportateurs d'hydrocarbures les crises économiques dans lesquelles elles pataugeaient en ces moments-là ? En ces moments-là, on ne faisait que parler, presque avec jouissance, des difficultés vécues par ces pays. Mais, le « marché libre » étant de leur invention, ils doivent bien en subir les conséquences.
Quel pays producteur/exportateur peut accepter ce plafonnement des prix à l'importation des hydrocarbures ? Dans le temps, ces mêmes Européens ont préféré nouer des relations énergétiques avec la Russie à cause des prix concurrentiels proposés par ce pays, ainsi que sa proximité avec l'Europe. De toute évidence, l'énergie est devenue une arme très puissante entre les mains des pays producteurs/exportateurs d'hydrocarbures et, aussi paradoxal que cela soit, ce sont les Européens qui retournent cette arme contre eux. Ils auraient bien évité cette situation s'ils ne s'étaient pas engagés dans ces sanctions contre la Russie. Des sanctions qu'ils maintiennent, et qu'ils cherchent à renforcer, malgré leurs effets néfastes sur leurs propres économies ?! A l'affût de ces changements géopolitiques, les pays BRICS, eux, cherchent à imposer un nouvel ordre mondial plus juste, « où régneront parité et équité entre pays », comme l'a souligné le président Tebboune dans son allocution lors de cette dernière réunion par visioconférence des pays BRICS.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.