L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Consommation des eaux des citernes mobiles: Les mises en grade des médecins et des bureaux d'hygiène
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 06 - 2022

Malgré le danger et les campagnes de sensibilisation, les Oranais continuent de s'approvisionner auprès des colporteurs d'eau dont une bonne partie ne respecte pas les règles. C'est le constat fait dans plusieurs points de vente d'eau. Les propriétaires de certaines citernes en plastique ou galvanisées non entretenues et complètement rouillées ne se gênent guère et continuent à vendre une eau dont l'origine est très douteuse. Une fois encore des spécialistes, notamment des médecins et des responsables des bureaux d'hygiène, ont mis en garde les citoyens contre la consommation de l'eau transportée et stockée dans des citernes en plastique ayant contenues auparavant des produits chimiques ou non alimentaires est cancérigènes et hautement toxiques pour les consommateurs. Au niveau du lieu-dit ‘El Hassi' à l'ouest de la ville d'Oran, dès les première heures de la matinée, une valse de camions citernes de toutes les dimensions et toutes les formes, commencent à affluer, pour s'approvisionner des puits qui se trouvent un peu partout dans cette région. Sous un soleil de plomb favorisant, la multiplication des bactéries et autres germes, ont y trouvent même des citernes en plastique, vrai nid de microbes. Dans le cadre des dispositions prises par les services de la wilaya d'Oran, pour lutter contre les maladies à transmission hydrique, les services de la direction de la Santé et les Bureaux d'hygiène communaux, ont mis en place un dispositif de contrôle, à la fois des points d'eau et des colporteurs. Les opérations de contrôle des points d'eau sont effectuées, chaque semaine, par des prélèvements d'échantillons et leur analyse par des spécialistes de la direction. De leur côté, les Bureaux d'hygiène communaux ont reçu des instructions de la wilaya pour intensifier le contrôle des colporteurs d'eau, et des réservoirs des établissements scolaires. Dans le même contexte, chaque colporteur est appelé à indiquer les puits d'où il s'alimente, pour permettre aux agents des bureaux de l'Hygiène, des secteurs urbains, de vérifier si les règles d'hygiène sont respectées. Une bonne partie des citoyens de la ville d'Oran ont recours aux citernes d'eau, et n'ont pratiquement aucune idée sur les conditions d'hygiène ni de l'endroit où s'alimentent les colporteurs d'eau. Une enquête réalisée par les services sanitaires, à Oran, avait révélé que 23% des quantités d'eau colportées étaient dangereuses pour la santé des consommateurs, en raison de la pollution de plusieurs puits servant à l'approvisionnement et aux citernes rouillées utilisées pour le transport de l'eau. Une eau polluée pourrait être à l'origine de graves maladies à l'exemple des dysenteries, de la fièvre typhoïde, de la méningite et du choléra.
Même si l'eau fournie par la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran (SEOR) est potable, surtout que SEOR détient la certification ISO 17025 qui spécifie les exigences de qualité et de compétence propres aux laboratoires d'essais et d'analyses l'Oranais ne consomme pas l'eau du robinet, c'est parce qu'il s'est habitué depuis des décennies à consommer de l'eau distribuée par les colporteurs, alors que la prolifération des maladies à transmission hydrique (MTH) n'est pas écartée, comme l'hépatite et la typhoïde.
Il y a lieu de signaler que l'exploitation de l'eau des puits à Oran n'est souvent pas respectée, surtout lorsqu'on sait que dans la seule localité d'El Hassi, 50% des puits sont exploités illicitement. Chaque année, près de 200 cas d'hépatite A, sont enregistrés par les services sanitaire à Oran. Ce chiffre est loin de la réalité. Selon les Statistiques de la DSP seulement 10 % des cas sont pris en charge par les services de la santé, les autres cas, se dirigent vers la médecine alternative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.