Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali: Des mesures encourageantes pour remettre en selle l'accord d'Alger
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 08 - 2022

L'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé à Alger le 15 mai 2015, entre Bamako et certains groupes armés, avant d'être parachevé le 20 juin de la même année par la Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), a pris un sérieux déclic lors de la deuxième édition de la Réunion de haut niveau décisionnel des parties à l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui a clôturé ses travaux vendredi à Bamako sous la présidence Premier ministre et chef du gouvernement malien M. Choguel Maiga, et en présence des responsables des Mouvements, de la médiation internationale et des médias.
« Des mesures encourageantes » qui remettent en selle cet accord ont été adoptées à l'issue de cinq jours d'intense dialogue entre les parties signataires de l'accord issu du processus d'Alger, notamment la décision d'intégration de 26.000 ex-combattants en deux tranches avant fin 2024, la création et l'opérationnalisation d'une commission ad hoc en charge de conduire les travaux concernant les hauts cadres civils et militaires des mouvements signataires et également la décision du gouvernement de diligenter les réformes politiques et institutionnelles non liées à la révision constitutionnelle. Dans son allocution de clôture, M. Choguel Maiga a réitéré la volonté du Président de la transition ainsi que du gouvernement de ne ménager aucun effort pour mettre en œuvre sa part d'engagement prise dans le cadre de l'accord de paix. Non sans remercier la médiation internationale sous «la conduite déterminée de l'Algérie» dont il a «salué le leadership et l'engagement».
Pour rappel, le président Tebboune avait, le 31 juillet dernier, lors d'une rencontre périodique avec les médias, soit la veille de l'ouverture des travaux de la deuxième édition de la Réunion de haut niveau décisionnel des parties à l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, appelé les autorités de transition au Mali à retourner à la légalité dans les meilleurs délais, tout en soulignant que « tant que l'accord d'Alger ne sera pas appliqué, les problèmes au Mali persisteront ». Le message a été reçu par Bamako, et les travaux de la réunion en question se sont déroulés dans une atmosphère positive marquée par la réitération par toutes les parties de leur attachement à l'accord de paix et leur engagement à travailler à l'accélération de sa mise en œuvre. Les parties maliennes et les membres de la Médiation internationale se sont généralement félicités des résultats concrets de cette rencontre et, au-delà, ont également mis en évidence le caractère irremplaçable de l'accord de paix et de réconciliation au Mali issu du processus d'Alger.
La réunion ministérielle du Comité de suivi de l'accord dont l'Algérie assume la présidence que le gouvernement malien a souhaitée dans les prochaines semaines est perçue comme ayant le potentiel de relancer et de renforcer la dynamique de paix à laquelle le Président de la République M. Abdelmadjid Tebboune n'a pas cessé d'appeler les parties maliennes. Certes, la situation au Mali reste très compliquée sur tous les plans, mais tant que la volonté pour aller vers la paix est portée par toutes les parties, l'application de l'accord d'Alger demeure réalisable, expliquent des observateurs avertis. Seule la paix entre Maliens peut éviter au pays de sombrer dans le chaos. Un scénario que l'Algérie, qui partage avec le Mali une frontière de 1.400 km, en sus des liens historiques et socioéconomiques, souhaite éloigner en s'engageant pleinement en faveur de la stabilité du voisin du Sud.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.