Atelier sur la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement    Ligue 1 (5e j): le CSC prend les commandes, l'ESS sombre    Man United : Fin d'aventure en fin de saison pour De Gea ?    Espagne: saisie de plus de 14 t de haschisch en provenance du Maroc, 49 personnes impliquées    RND: la consolidation de la place de la femme requiert un environnement sociopolitique concurrentiel    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    La manifestation scientifique "Semaine de la traduction" à Oran    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Tebboune préside l'ouverture    CHAN 2022: le compte à rebours du tirage au sort a commencé    Fédérations sportives: les médaillés olympiques et mondiaux intègrent la composante de l'AG    Relations bilatérales: le MAE sahraoui se félicite des déclarations du président kenyan    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    L'AARASD veut garantir à Sultana Khaya un retour au Sahara occidental sans crainte de représailles    Lamamra reçu par le président de la Guinée-Bissau    Le SG de l'ONU appelé à mettre fin à l'occupation sioniste    Algérie/Mauritanie: un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    6e RGPH: fournir une base de données pour couvrir les besoins de la population    Football - Ligue 1: Une journée favorable au CSC    Sahara Occidental: L'Algérie remet les pendules à l'heure !    ONU: L'Algérie se replace    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    Commune d'Oran: 5.000 trousseaux scolaires pour les enfants démunis    Djanet: Un minibus se renverse, 9 morts et 4 blessés    En l'espace de huit mois: Refus d'admission aux frontières de 495 cargaisons    Discordances    Prix à plafonner    Réunion du Gouvernement: Vers le plafonnement des tarifs des hôtels    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Sanchez lâche Mohammed VI    Goudjil salue «l'homme d'Etat»    Ça recommence ou ça continue?    Le Cnese confirme    Alger et Moscou se concertent    L'université a besoin de sérénité    L'Etat de droit en point de mire    La nouvelle bombe de Mathias    Brèves Omnisports    L'heure de la retraite?    Un destroyer US accoste à Djen Djen    La justice, au singulier    Tamazight dans l'administration    Une délégation de l'Alecso à Alger    Des taurillons exportés de France, refusés de débarquer en Algérie, devront être euthanasiés .    Elections communales partielles: le FLN et le FFS animent des meetings à Bejaia    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2022

Les habitants des localités de la corniche oranaise endurent le calvaire pour se rendre au chef-lieu de la wilaya et vice-versa en raison des embouteillages inextricables, de la tension sur les moyens de transport et le diktat des taxis clandestins qui négocient leurs prestations contre des tarifs exorbitants. Trouver un taxi ou un bus durant les heures de pointe et en particulier durant l'après-midi est devenu presque une mission impossible pour les habitants de ces localités qui désirent rejoindre leur domicile.
Des dizaines d'usagers sont laissés en rade devant la station de taxis de la corniche oranaise située près du théâtre de verdure au centre-ville. Il est 15h00 pile et la station est quasiment déserte. Les chauffeurs de taxis rechignent à se rendre dans cette station durant l'après-midi en raison des embouteillages monstres sur la route de la corniche oranaise et notamment sur le tronçon reliant Oran à Mers El Kebir qui demeure un point noir et ce en dépit de la mise en service il y a quelques années de l'échanger de Mers El Kebir. Cet ouvrage d'art qualifié par les autorités locales de projet d'envergure pouvant désengorger définitivement la circulation automobile sur la route de la corniche oranaise, n'a apparemment rien apporté de nouveau pour les usagers de cette route. Certes cet échangeur permet l'évitement de Mers El Kebir, mais la circulation automobile n'est pas pour autant devenue fluide.
Vers le coup de 16h00, les usagers, et essentiellement les femmes souvent accompagnées de leurs enfants, sont pris de panique. Ils guettent désespérément l'arrivée d'un taxi. Les quelques taxis qui pointent, par intermittence, le bout de leur nez dans cette station sont carrément pris d'assaut par des dizaines d'usagers. La ruée de femmes accompagnées de leurs progénitures, de vieux, d'hommes et de jeunes adolescents vers les quelques taxis qui s'aventurent dans cette station est un spectacle des plus lamentables. Le véhicule est assiégé par une foule excitée et impatiente. Quelques chauffeurs de taxis «réguliers» profitent de cette situation pour se reconvertir en «taxieurs» fraudeurs en imposant leurs tarifs aux usagers. Ils justifient leurs prix, souvent exorbitants, par les embouteillages inextricables sur la route de la corniche. Le tarif de référence pour les dessertes entre la ville et les communes côtières de la corniche oranaise est rarement appliqué durant les heures de pointe ce qui pénalise ainsi les usagers et en particulier les travailleurs qui sont contraints de se déplacer au quotidien à leur lieu de travail à Oran. Les usagers doivent débourser en moyenne le double voire le quadruple du tarif réel pour se rendre à Oran. Et même avec ces prix exorbitants, les moyens de transport desservant cette zone manquent terriblement durant les heures de pointe. Dans la station de bus desservant la corniche oranaise, transférée récemment du côté de Sananès, la situation n'est pas meilleure. Dès qu'un bus apparait, il est assiégé par des dizaines d'usagers. Certains n'hésitent pas à monter, en dépit des risques, sur les roues pour accéder par les fenêtres. A l'intérieur des bus, les usagers sont paquetés comme des sardines par les receveurs qui veulent faire le maximum de gains. Les usagers des bus souffrent le martyre. Bousculades, insultes, bagarres, vols… sont le lot quotidien de problèmes endurés par les pauvres usagers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.