Conférence internationale de Palerme sur la Libye: Ouyahia plaide pour une solution inclusive    Proposé par l'Egypte: Le cessez-le-feu à Ghaza après les accrochages    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    RENOUVELLEMENT DU CONSEIL DE LA NATION : Charef Benchenni représentera le FLN    REAPPARITION DE LA ROUGEOLE : Le ministère de la santé rassure    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Jil FCE optimiste    Sans perturber les vols : Nouvelle zone de turbulence à Air Algérie    Fin d'examen de l'avant-projet détaillé    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Seddik Chihab à propos de la réponse de Tayeb Louh à Ouyahia : «Je n'ai rien à dire !»    Début des grandes manœuvres avant Lomé    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    Secteurs de l'habitat et des télécommunications : Trois conventions-cadres signées    Les syndicats dénoncent de «la poudre aux yeux»    Comment faire sortir le Salon du Palais    Tourisme : Il ne suffit pas d'avoir des hôtels…    Tigzirt (Tizi-Ouzou) : Une femme meurt asphyxiée au monoxyde de carbone    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    L'écrivain Mahmoud Aroua : «Il est difficile de se faire éditer»    Alger accueille le 2e grand prix Abdelkrim Dali    Il pourrait revenir sur scène avant l'été : Meskoud garde sa belle voix    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Incertitudes    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Nuit d'horreur à Constantine !    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Travaux publics et Transports : Plus de 70 nouvelles gares routières entrées en exploitation    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Nouara Saadia Djaafar à Mostaganem
LA SOCIETE CIVILE, PARTENAIRE INCONTOURNABLE POUR UNE VIE MEILLEURE
Publié dans Réflexion le 10 - 12 - 2011

L'inauguration à l'occasion de la célébration de la journée arabe de la famille, par la ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine, Mme Nouara Saadia Djaafar, du centre régional de la femme en détresse édifié à Mostaganem, est un geste chargé de symboles en cette occasion. C'est une main tendue à la femme en détresse qui aura désormais un gite qui la protègera des méfaits de la rue et du désespoir.
Durant sa rencontre à la salle de conférence de la wilaya, avec des représentants de la société civile et des associations, la ministre a souligné le rôle déterminant de la famille dans l'éducation de ses enfants car dit-elle, il existe à l'heure actuelle des interférences tels l'internet et la télévision. Il faut donc élever nos enfants dans le respect de nos valeurs afin de constituer des générations responsables et bien éduquées. Par ailleurs, l'oratrice a insisté sur le devoir de la société civile en partenariat avec le gouvernement de renforcer la solidarité dans les familles afin de réduire les fléaux sociaux et ce, par le biais de la sensibilisation. « Un tiers du budget de l'état est consenti à l'action sociale » a-t-elle révélé pour souligner la volonté politique pour promouvoir la société algérienne. Dans ce contexte, la ministre rappellera que la famille est productrice de la ressource humaine. Ce qui constitue une force pour le pays si elle est bien encadrée. A ce propos, soulignant que la société civile, devenue un partenaire efficace dans le développement nécessite les moyens et les méthodes scientifiques pour convaincre. C'est la raison pour laquelle plusieurs associations ont suivi une formation à Tlemcen. Cette mise à niveau permet aux associations de contribuer à la concrétisation de projets sociaux et d'être à même de défendre les réalisations de tous les projets qui touchent, particulièrement à l'enfance et à la femme. Nous apprend –elle. Répondant à une intervenante sur les lacunes qui touchent à l'application du code de la famille qui lèsent selon elle la femme algérienne, Nouara djaafar consent que la mise en œuvre de certains articles reste difficile, raison pour laquelle elle a réclamé la nécessité de l'évaluation de l'application de ce code. «On doit l'évaluer pour déterminer notamment ses incohérences», a-t-elle déclaré. Dans cet élan ; l'oratrice a exhorté les femmes à s'impliquer davantage dans la vie politique. Actuellement le taux de participation féminine dans la vie politique est uniquement de 10 %. « Les voix des femmes doivent être entendues» a-t-elle dit en expliquant que l'introduction de quotas pour les femmes permet une meilleure vision de la politique et elle permet d'envisager un accroissement substantiel de la représentation des femmes. « Les femmes sont tout aussi qualifiées que les hommes, mais leurs compétences ne sont pas prises en considération, voire discréditées » c'est la raison pour laquelle il faut arracher ses droits. Dans ce sens, elle a lancé un appel à la femme algérienne à travailler davantage et à mieux s'organiser dans des cadres qui lui permettent d'accéder aux assemblées élues, en prévision des prochaines échéances électorales de 2012. « Le quota de 30% de femmes dans les listes électorales permettra de hausser leur nombre à 150 députées pouvant peser dans la décision politique quelque soit leur obédience partisane ». A conclu la ministre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.