Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Nouara Saadia Djaafar à Mostaganem
LA SOCIETE CIVILE, PARTENAIRE INCONTOURNABLE POUR UNE VIE MEILLEURE
Publié dans Réflexion le 10 - 12 - 2011

L'inauguration à l'occasion de la célébration de la journée arabe de la famille, par la ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine, Mme Nouara Saadia Djaafar, du centre régional de la femme en détresse édifié à Mostaganem, est un geste chargé de symboles en cette occasion. C'est une main tendue à la femme en détresse qui aura désormais un gite qui la protègera des méfaits de la rue et du désespoir.
Durant sa rencontre à la salle de conférence de la wilaya, avec des représentants de la société civile et des associations, la ministre a souligné le rôle déterminant de la famille dans l'éducation de ses enfants car dit-elle, il existe à l'heure actuelle des interférences tels l'internet et la télévision. Il faut donc élever nos enfants dans le respect de nos valeurs afin de constituer des générations responsables et bien éduquées. Par ailleurs, l'oratrice a insisté sur le devoir de la société civile en partenariat avec le gouvernement de renforcer la solidarité dans les familles afin de réduire les fléaux sociaux et ce, par le biais de la sensibilisation. « Un tiers du budget de l'état est consenti à l'action sociale » a-t-elle révélé pour souligner la volonté politique pour promouvoir la société algérienne. Dans ce contexte, la ministre rappellera que la famille est productrice de la ressource humaine. Ce qui constitue une force pour le pays si elle est bien encadrée. A ce propos, soulignant que la société civile, devenue un partenaire efficace dans le développement nécessite les moyens et les méthodes scientifiques pour convaincre. C'est la raison pour laquelle plusieurs associations ont suivi une formation à Tlemcen. Cette mise à niveau permet aux associations de contribuer à la concrétisation de projets sociaux et d'être à même de défendre les réalisations de tous les projets qui touchent, particulièrement à l'enfance et à la femme. Nous apprend –elle. Répondant à une intervenante sur les lacunes qui touchent à l'application du code de la famille qui lèsent selon elle la femme algérienne, Nouara djaafar consent que la mise en œuvre de certains articles reste difficile, raison pour laquelle elle a réclamé la nécessité de l'évaluation de l'application de ce code. «On doit l'évaluer pour déterminer notamment ses incohérences», a-t-elle déclaré. Dans cet élan ; l'oratrice a exhorté les femmes à s'impliquer davantage dans la vie politique. Actuellement le taux de participation féminine dans la vie politique est uniquement de 10 %. « Les voix des femmes doivent être entendues» a-t-elle dit en expliquant que l'introduction de quotas pour les femmes permet une meilleure vision de la politique et elle permet d'envisager un accroissement substantiel de la représentation des femmes. « Les femmes sont tout aussi qualifiées que les hommes, mais leurs compétences ne sont pas prises en considération, voire discréditées » c'est la raison pour laquelle il faut arracher ses droits. Dans ce sens, elle a lancé un appel à la femme algérienne à travailler davantage et à mieux s'organiser dans des cadres qui lui permettent d'accéder aux assemblées élues, en prévision des prochaines échéances électorales de 2012. « Le quota de 30% de femmes dans les listes électorales permettra de hausser leur nombre à 150 députées pouvant peser dans la décision politique quelque soit leur obédience partisane ». A conclu la ministre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.