Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Nouara Saadia Djaafar à Mostaganem
LA SOCIETE CIVILE, PARTENAIRE INCONTOURNABLE POUR UNE VIE MEILLEURE
Publié dans Réflexion le 10 - 12 - 2011

L'inauguration à l'occasion de la célébration de la journée arabe de la famille, par la ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine, Mme Nouara Saadia Djaafar, du centre régional de la femme en détresse édifié à Mostaganem, est un geste chargé de symboles en cette occasion. C'est une main tendue à la femme en détresse qui aura désormais un gite qui la protègera des méfaits de la rue et du désespoir.
Durant sa rencontre à la salle de conférence de la wilaya, avec des représentants de la société civile et des associations, la ministre a souligné le rôle déterminant de la famille dans l'éducation de ses enfants car dit-elle, il existe à l'heure actuelle des interférences tels l'internet et la télévision. Il faut donc élever nos enfants dans le respect de nos valeurs afin de constituer des générations responsables et bien éduquées. Par ailleurs, l'oratrice a insisté sur le devoir de la société civile en partenariat avec le gouvernement de renforcer la solidarité dans les familles afin de réduire les fléaux sociaux et ce, par le biais de la sensibilisation. « Un tiers du budget de l'état est consenti à l'action sociale » a-t-elle révélé pour souligner la volonté politique pour promouvoir la société algérienne. Dans ce contexte, la ministre rappellera que la famille est productrice de la ressource humaine. Ce qui constitue une force pour le pays si elle est bien encadrée. A ce propos, soulignant que la société civile, devenue un partenaire efficace dans le développement nécessite les moyens et les méthodes scientifiques pour convaincre. C'est la raison pour laquelle plusieurs associations ont suivi une formation à Tlemcen. Cette mise à niveau permet aux associations de contribuer à la concrétisation de projets sociaux et d'être à même de défendre les réalisations de tous les projets qui touchent, particulièrement à l'enfance et à la femme. Nous apprend –elle. Répondant à une intervenante sur les lacunes qui touchent à l'application du code de la famille qui lèsent selon elle la femme algérienne, Nouara djaafar consent que la mise en œuvre de certains articles reste difficile, raison pour laquelle elle a réclamé la nécessité de l'évaluation de l'application de ce code. «On doit l'évaluer pour déterminer notamment ses incohérences», a-t-elle déclaré. Dans cet élan ; l'oratrice a exhorté les femmes à s'impliquer davantage dans la vie politique. Actuellement le taux de participation féminine dans la vie politique est uniquement de 10 %. « Les voix des femmes doivent être entendues» a-t-elle dit en expliquant que l'introduction de quotas pour les femmes permet une meilleure vision de la politique et elle permet d'envisager un accroissement substantiel de la représentation des femmes. « Les femmes sont tout aussi qualifiées que les hommes, mais leurs compétences ne sont pas prises en considération, voire discréditées » c'est la raison pour laquelle il faut arracher ses droits. Dans ce sens, elle a lancé un appel à la femme algérienne à travailler davantage et à mieux s'organiser dans des cadres qui lui permettent d'accéder aux assemblées élues, en prévision des prochaines échéances électorales de 2012. « Le quota de 30% de femmes dans les listes électorales permettra de hausser leur nombre à 150 députées pouvant peser dans la décision politique quelque soit leur obédience partisane ». A conclu la ministre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.