Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MOSTAGANEM : Des amarres au milieu de la chaussée comme ralentisseurs
Publié dans Réflexion le 07 - 09 - 2015


Les impératifs de la prévention des accidents souvent invoqués, n'expliquent pas une prolifération de ces ralentisseurs anarchiques souvent hors normes et à risques pour les voitures. Parfois, ce sont des citoyens qui prennent l'initiative de les faire installer pour pousser les automobilistes à modérer leur vitesse qu'ils soient prudents ou imprudents. Ces derniers détestent les dos d'âne, mot largement utilisé de préférence à celui de ralentisseurs. A l'instar des autres villes du pays, Mostaganem connait un phénomène plus absurde, celui de planter des amarres (cordes épaisses pour amarrer les bateaux) au milieu de la chaussée en guise de dos d'âne.'' L'épaisseur de l'amarre environ une dizaine de centimètres de diamètre est un grand risque pour la suspension des voitures'' tient à attirer l'attention un citoyen. Et pourtant un arrêté interministériel daté du 10 juin 2007 a tenté de cadrer la construction de ralentisseurs. La décision d'implanter un ralentisseur revient au wali territorialement compétent et sa réalisation revient aux services de la commune concernée et ce, sous la supervision des services de la subdivision des travaux publics. Un autre arrêté daté du 09 avril2006 définit la nature, la forme, les dimensions et les prescriptions techniques des ralentisseurs. L'arrêté évoque celui du type de dos d'âne ou celui de type trapézoïdal. Des dessins à l'appui sont annexés à l'arrêté pour éviter que les ralentisseurs ne se transforment pas en montagnes qui piègent les véhicules. Non seulement les paramètres techniques ne sont pas respectés mais leur installation se fait hors du cadre fixé par la réglementation à l'exemple des quartiers du Plateau Marine, la rue Khattab Abdelkader, la cité des 626 logements comme d'autres quartiers et cités de la ville. Très souvent, ce sont les habitants qui réclament la mise en place de ralentisseurs par crainte des accidents.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.