«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Installation anarchique de dos d'âne
Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 21 - 10 - 2009

Ces derniers temps, plusieurs automobilistes se sont plaints des ralentisseurs installés, récemment, de manière anarchique, sur plusieurs routes de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. “Même les ruelles ont leurs dos d'âne”, dira un automobiliste, contraint de faire demi-tour, devant non pas un ralentisseur “mais une montagne”, a-t-il ajouté.
En effet, les voitures au châssis bas ne peuvent pas traverser ces dos d'âne qui n'ont pas été réalisés selon les normes requises. Qui plus est, ces ralentisseurs se côtoient sur de petites distances. Certains ralentisseurs sont placés en dessous des passerelles ou sur de grands axes routiers, à l'exemple de la RN5, au niveau d'Aïn Trab, commune de Sidi M'Barek.
On apprendra que d'autres ralentisseurs ont été installés par les habitants eux-mêmes, des quartiers ou villages. “Les automobilistes ne limitent même pas leur vitesse, sachant que des enfants peuvent surgir en courant des maisons implantées d'un côté comme de l'autre de la route. Nous n'avons pas voulu attendre qu'un accident mortel arrive pour agir”, se justifient ainsi ces habitants.
Notons aussi que les dos d'âne placés sur les routes ne répondent pas aux normes. Ils ont des formes très variées, ; ils sont trop hauts ou trop courts, trop pentues ou trop agressifs.
Selon la loi, le profil en long du ralentisseur de type dos d'âne doit être de forme circulaire avec les dimensions suivantes : hauteur : 10 cm + 1 cm (de tolérance de construction) et longueur : 4 m + 0,20 m (de tolérance de construction).
La mise en place de dos d'âne ne répondant pas aux normes peut constituer un danger et peut générer une gêne importante pour les usagers de la route. “Il est urgent d'enlever ces obstacles et de libérer la route aux usagers”, dira un chauffeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.