Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    D'importants dégâts matériels enregistrés    L'alimentation en eau potable perturbée    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Réouverture de la promenade des Sabelettes : Campagne de désinfection    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BENBOUZID ECARTE LE RECOURS AU RECONFINEMENT TOTAL : Le cap des 1000 morts dépassé
Publié dans Réflexion le 12 - 07 - 2020

L'Algérie a atteint le cap des 1.000 morts causés par la pandémie du coronavirus, un chiffre que le ministre de la Santé impute, pour une large part, au non respect par des citoyens de gestes barrières parmi lesquels il met en avant le port d'un masque de protection.
S'exprimant, dimanche, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, le professeur Abderrahmane Benbouzid parle d'une situation alarmante refusant, toutefois, tout alarmiste. "S'alarmer, dit-il, c'est s'armer, c'est prendre de nouvelles dispositions pour maîtriser la situation". Il constate qu'en raison d'une "exacerbation" de la pandémie constatée dans "plusieurs wilayas", les chiffres des personnes contaminées sont en train de repartir à la hausse, ce qui, ajoute-t-il, incite à renforcer les moyens de lutte, à faire preuve de plus de vigilance, mais surtout de ne céder "ni à la psychose ni à la panique". Face à l'évolution du virus, et tout en reconnaissant certains "manques", le ministre assure que la Pharmacie centrale des hôpitaux fait en sorte de doter l'ensemble des établissements de santé du pays des moyens propres à y faire face. Jugeant, par ailleurs, "inadmissible et insoutenable" que des malades affectés par le virus qui s'étaient adressé à des structures de santé pour y être soigné, notamment à M'Sila, Sétif, Constantine et Sidi Aissa, aient été renvoyés chez eux, celui-ci pointe du doigt des gestionnaires n'ayant pas cru utile d'augmenter le nombre de lits pour les recevoir. "Des sanctions, indique-t-il, sont tombées et d'autres devraient suivre". Le professeur Benbouzid constate, ainsi, que le nombre de lits pour recevoir l'ensemble des personnes frappées par le virus n'ont pas été déployé en quantité suffisante. Il explique, par exemple, qu'un hôpital disposant de 600 lits n'en ait mobilisé qu'entre 120 à 160. La question, déclare-t-il, est de savoir pourquoi certains chefs d'établissements ont parlé de "saturation". "J'ai, prévient-il, donné 48 heures à ces derniers pour que, ce dimanche, le problème ait été solutionné. "Je ne veux plus, ajoute-t-il, qu'un seul citoyen s'adressant à un hôpital s'entendre dire qu'il n'y a pas de place pour le recevoir et le soigner ". De l'éventualité d'une réintroduction de mesures de confinement imposé par un regain de la pandémie, le ministre de la Santé répond qu'elle n'est pas à écarter, ajoutant, toutefois, qu'une telle mesure ne doit pas être généralisée, sachant qu'il existe des wilayas ou le nombre de personnes affectées est minime, voire, inexistant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.