APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison
Publié dans Réflexion le 14 - 08 - 2020

Les Emirats arabes unis et l'entité sioniste doivent signer d'ici trois semaines à Washington un accord historique destiné à normaliser leurs relations, incluant la location par Abou Dhabi d'une base militaire à l'Etat hébreu. Les deux entités ont décidé de coopérer pour faire face à la menace représentée par la République islamique d'Iran.
L'accord de normalisation des relations entre l'entité sioniste et les Emirats arabes unis conclu sous l'égide des Etats-Unis est une "stupidité stratégique", a réagi vendredi le ministère iranien des Affaires étrangères. Cet accord annoncé la veille est une "stupidité stratégique d'Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l'axe de résistance dans la région", a déclaré le ministère iranien dans un communiqué en référence aux alliés de Téhéran au Moyen-Orient."Le peuple opprimé de Palestine et toutes les nations libres du monde ne pardonneront jamais la normalisation des relations avec l'occupant et le régime criminel d'israël et la complicité des crimes du régime", a-t-il ajouté. L'accord de normalisation entre l'entité sioniste et les Emirats arabes unis, conclu ce jeudi soir, n'a pas tardé à faire réagir les Palestiniens. En Cisjordanie, plus que la surprise ou l'incompréhension, c'est surtout la colère qui domine. Mahmoud Abbas a aussitôt convoqué la direction de l'Autorité Palestinienne. « C'est une trahison pour Jérusalem et la cause palestinienne », précise-t-il dans un communiqué. Le président palestinien a appelé à une réunion d'urgence la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique. Il a convoqué immédiatement l'ambassadeur palestinien à Abu Dhabi. Pour Le Hamas, au pouvoir dans le Bande de Gaza, cette normalisation se fait au dépend des Palestiniens. Et même si les relations entre les factions ne sont pas au beaux fixe, tous s'accordent cette fois sur le fait « que tous les pans de la société palestinienne s'unissent pour rejeter la normalisation ». Aux yeux des Emirats, en échange de cet accord, l'entité sioniste a accepté de "mettre fin à la poursuite de l'annexion des territoires palestiniens". "Lors d'un appel entre le président Trump et le Premier ministre Netanyahu, un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire", a affirmé le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyan sur son compte Twitter. Mais Benjamin Netanyahu n'a pas confirmé, loin de là: l'annexion de pans de ce territoire palestinien occupé est "reportée" mais israël n'y a "pas renoncé". "J'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion", a-t-il même proclamé. Ces dernières années, les entreprises d'armement israéliennes ont développé leurs activités dans de nombreux pays de la région et, puisqu'il faut maintenir le contact, leurs représentants se rendent régulièrement dans les Emirats en transitant par la Jordanie ainsi que par Chypre. Pour plus de discrétion et lorsque les contrats à signer en valent la peine, certains businessmen israéliens se déplacent grâce à la «ligne fantôme», comme ils l'appellent. Une liaison aérienne privée entre Tel-Aviv et Abu Dhabi opérée par Privatair. Officiellement, l'avion affrété par cette compagnie basée à Genève est censé se rendre à Amman mais, en réalité, il poursuit sa route vers les Emirats arabes unis. Jusqu'à deux fois par semaine. «En offrant un service VIP à bord», affirme un passager qui avait effectué une navette dans le courant de l'automne 2014.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.