Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TISSEMSILT : L'absence de commodités pénalise Hai Hacene
Publié dans Réflexion le 08 - 12 - 2020

Au milieu de l'anarchie qui règne dans le quartier populaire Hai Hacene dans la ville de Tissemsilt, la situation s'est dégradée de plus en plus notamment en l'absence et le délaissement total des élus et des représentants de l'Etat. L'image est chaotique et les déclarations aussi.
Telle est l'expression que veulent les habitants de ce grand quartier bidonville à transmettre à qui de droit, ils précisent que malgré le caractère ‘'Fawdaoui'', ils n'ont jamais cessé de demander aux responsables d'accorder une plus grande intention à l'un des plus grands et plus peuplés quartiers de la ville même si par endroits, il n'y a que maisons de fortune et baraques dépourvues de toutes les commodités de la vie, par ces temps de pluies et de neige. Un simple constat nous fait découvrir qu'avec le temps, ce quartier semble de plus en plus s'embourber dans les problèmes et le déficit est malheureusement constaté à tous les niveaux, des milliers de familles y vivent depuis qu'ils ont quitté leurs douars d'origine dans les années 1980 et 1990, ils y vivent dans des conditions vraiment déplorables et l'image la plus illustrative est celle de Oued Enamous ou El Khafdji, Boudraa etc.... L'état des routes et des trottoirs est toujours lamentable, plus de bitumage, nids de poules, effritement, et absence de trottoirs au moment où d'autres quartiers de la basse ville ont bénéficié de plusieurs opérations d'aménagement et de réaménagement, les décharges sauvages sont un peu partout et leur nombre se multiplie de jour en jour devant la défaillance des services du ramassage ou dans le meilleur des cas, ils ne se voient dans des rues que rarement. A Hai Hacene, les ordures font partie du décor, elles ont carrément envahi la route devenue quasiment impraticable par endroit depuis que les responsables sont beaucoup plus occupés par leurs propres affaires ou par des choses qui ne sont surement pas prioritaires pour les habitants de ce quartier. Les accès au quartier sont ensevelis d'ordures, et parlant de l'eau, ces mêmes citoyens s'interrogent sur la façon avec laquelle est gérée la distribution, des maisons qui ne voient l'eau qu'une fois tous les huit ou dix jours alors, que pour le gaz, c'est toujours la course derrière la bonbonne de butane, quant aux équipements et l'éclairage public, c'est carrément fictionnel, les habitants ne rêvent même pas, du moment disent-ils que ces commodités font logiquement partie de la stratégie de l'urbanisme de la ville qu'ils ont toujours revendiquée. La situation est plus que critique, elle nécessite un vrai programme à la mesure des besoins dont souffre ce quartier considéré toujours comme anarchique ‘'Fawdaoui'' malgré le fait qu'il renferme des milliers de familles à la recherche d'un développement qui a tardé à se réaliser. En somme, la situation dans ce grand quartier interpelle encore une fois la conscience des responsables afin d'envisager sérieusement la programmation de projets consistants en mesure d'extraire cette partie de la ville de l'oubli et lui permettre de bénéficier elle aussi des bienfaits du développement et de la modernisation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.