Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Peur sur la ville
La recrudescence des agressions et des vols inquiète les Oranais
Publié dans La Voix de l'Oranie le 25 - 05 - 2011

Les agressions et vols avec violence reprennent du poil de la bête, ces derniers temps à Oran, notamment au centre-ville généralement toujours bondé de monde. Même un policier, dans l'exercice de ses fonctions, n'y a pas échappé quand il a été pris à partie, ce lundi aux environs de 18 heures, par un individu en plein boulevard de Tripoli. Heureusement que l'intervention d'autres agents de l'ordre a pu mettre hors d'état de nuire le voyou.

Cette inquiétante situation ne laisse pas indifférents les paisibles citoyens qui s'interrogent sur cette insécurité qui met en péril les biens et les personnes, à la veille où Oran s'attend, comme chaque saison estivale, à recevoir ses quatre millions de visiteurs censés venir y passer des jours tranquilles.
Ainsi, en début d'après-midi de lundi passé, au niveau de la rue Maoued Ahmed (ex Mirauchaux), une jeune fille a été agressée par deux individus qui, sous la menace, lui ont pris ses boucles d'oreilles. Au même endroit, et à moins d'une heure d'intervalle, c'est un jeune homme qui, cette fois, a été violemment accosté par deux énergumènes qui lui ont subtilisé son téléphone portable.
En début de soirée de la même journée, c'est la rue Djillali Daifallah (ex Besançon), à proximité de la mosquée Bey Mohamed El Kebir, qui a été le théâtre d'actes d'agression notamment par des individus qui s'installent, dès la nuit venue, dans cette ruelle habituellement très peu fréquentée.
L'utilisation d'armes blanches est devenue une pratique courante chez les agresseurs et autres délinquants qui n'hésitent pas à en faire usage pour arriver à leurs fins. Cet état de fait est constaté quotidiennement à Oran et ses communes limitrophes. Le dernier acte, d'une violence extrême, enregistré est sans conteste celui survenu ce lundi aux environs de midi près de l'Hôtel de ville quand un homme a tranché la gorge d'une femme, en pleine rue, devant une assistance médusée. Dans la localité de Sidi Chami, c'est un autre individu qui s'en est pris à une proche de sa famille qu'il a balafrée à l'aide d'une lame. Aux environs de 21 heures, à El Makkari (ex St-Eugène), et plus précisément à la rue Montgolfier, deux groupes rivaux se sont affrontés en utilisant des armes blanches, ceci devant des riverains paniqués et consternés par un tel drame. Il aura fallu l'intervention de pas moins de trois fourgons de police pour mettre fin à la bataille rangée.
A propos de ce climat de désordre et d'insécurité ambiante, les paisibles citoyens s'interrogent légitimement sur cette situation qui prévaut dans une ville aussi importante qu'Oran, et ce, à la veille des vacances d'été où Oran reçoit habituellement de nombreux visiteurs. Une dame, médecin de son état, dira à ce propos :«Il est inconcevable de voir un tel nombre d'agressions dans une ville comme la nôtre.
On ne s'y sent pas en sécurité, surtout nous les femmes. Cela commence à partir du petit gardien de voitures qui, gourdin à la main, exige le paiement d'un droit de parking qui n'est autre que la
voie publique». Une autre dame, fonctionnaire, dira pour sa part :«La sécurité doit être intégrée comme une priorité dans tous les programmes car tout épanouissement d'une ville passe nécessairement par un cadre de vie serein». .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.