Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Deux nouvelles zones humides "artificielles" en formation dans la vallée du M'Zab
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 02 - 2012

GHARDAIA - Deux zones humides "artificielles" ont pris forme, l'une en amont et l'autre en aval de la vallée du M'Zab, conséquence du méga-projet de prise en charge de l'assainissement et de la protection contre les crues cycliques de Oued M'Zab, a affirmé jeudi le chef de ce projet.
Ces sites aquatiques et humides sont formés, l'un en amont de la vallée du M'Zab dans la région de Daya Ben Dahoua, à 25 km au nord de Ghardaïa, avec la réalisation de trois "écrêteurs" de crues ou digues de régulation sur Oued Labiad, oued Laâdira et Boubrik, des eaux pluviales sur plus de 1.100km2 du bassin versant de la vallée du M'Zab, a précisé Missoum Benritab.
"Ces digues de régulation des eaux pluviales ont permis la création, sur un site naturel d'une rare beauté, d'un plan d'eau de plus de 5 Km2 favorisant un développement d'une faune et flore endémiques ainsi qu'un écosystème et microclimat attractif pour de nombreuses familles en quête de lieu de détente et loisir", a-t-il souligné.
L'autre site, situé en aval de la vallée du M'Zab au lieu dit "Kef El Doukhan", à 16 km au sud de Ghardaïa, qui constitue l'exutoire des eaux usées est le lieu d'une station de lagunage composée de 16 bassins de décantation sur 60 ha, qui recycle les eaux usées afin d'être réutilisées dans l'agriculture, a signalé le chef de projet. Ce site est devenu un espace de biodiversité important et un gîte pour la faune en générale, l'avifaune en particulier, ainsi que le développement d'une flore dense et endémique, a-t-il noté.
Cette zone aquatique est devenue un important site de halte migratoire et également une zone de nidification de quelques espaces avifaunes sur le couloir de migration entre l'Europe et l'Afrique, a fait savoir, de son côté, le responsable du service de l'expansion du patrimoine et de la protection de la faune et la flore à la conservation des forêts de Ghardaïa.
De nombreux oiseaux tels les cigognes, le canard pilet et poules d'eau utilisent ces sites de "Kef EL Doukhan" et de "Daya Ben Dahoua" comme escales migratoires ou zone de nidification, a expliqué M. Larbi Chebli.
Les batraciens et toute la faune aquatique sont intimement liés à ces espaces qui leur permettent d'assurer leur cycle de vie, a indiqué M Chebli, précisant qu'une végétation spécifique et spontanée colonise également ces espaces aquatiques, particulièrement le tamarix, ainsi que des algues. Ces zones humides artificielles créées à la faveur du projet structurant d'assainissement et de protection contre les crues cycliques de la vallée du M'Zab viennent s'ajouter à la zone humide de la Sebkha El-Maleh, à El-Menea, classée en 2004 comme zone d'importance internationale sur la liste de la Convention de Ramsar.
La zone humide d'El-Menea renferme une richesse avifaune et floristique inestimable dont des espèces menacées notamment, le fuligule nycroca et la Tadorne casarca, a-t-on signalé. Ces sites aquatiques peuvent jouer un rôle considérable dans le domaine de la biodiversité et offrir la possibilité d'être des pôles d'attraction pour l'écotourisme, en mettant en valeur les paysages de la région du M'Zab qui abrite déjà des sites classés patrimoine mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.