«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beihdja Rahal présente sa nouvelle Nouba
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 02 - 2012

ALGER - Fidèle à son engagement dans la sauvegarde du patrimoine musical andalou, Beihdja Rahal propose aux mélomanes de cette musique séculaire une nouvelle Nouba dans le mode Hsine, qui représente le huitième album de sa deuxième série des douze modes.
Avant d'entamer les cinq mouvements de la Nouba, l'artiste à la voix chaude et cristalline, interprète en guise d'introduction un Inqilab Djarka "Assafi âla ma madha" (Grande est ma peine pour une époque révolue), une poésie toute de nostalgie pour Grenade, symbole d'El Andalus dans l'Espagne musulmane.
Une fois l'Inqilab exécuté, Beihdja plonge au coeur de la Nouba à travers un Mceddar "Ya moukabil kif al âmal" (ami, que faire ?), un Btaihi "Ya morsili sahm el djoufoune" (Toi dont les yeux me lancent des traits mortels) avant de marquer un temps d'arrêt par un Istikhbar A'raq "Tamourou al-layali" (Les nuits se succèdent).
Cette interprète de musique andalouse selon les règles de l'Ecole d'Alger "San'a", poursuit sa Nouba par un Dardj "Mâli hayem" (Amoureux éperdu) et deux Inciraf entrecoupés par une Dlidla Djarka, une poésie rare en arabe dialectal, intitulée "Lal hbib ashtadda gharâmi" (Mon amour pour mon bien-aimé est devenu si intense).
D'une cadence de plus en plus vive, la nouvelle Nouba de Beihdja Rahal dans le mode Hsine, 21e album enregistré depuis la première série des douze modes entamée en 1995, s'achève en beauté par deux Khlass "Ma tattaqi Allah" (Ne crains-tu pas Dieu) et "Saltak ya badîi echabab" (Dis moi, jeune fille à l'incomparable beauté).
Un premier concert sera donné par l'artiste samedi prochain à la salle El-Mouggar d'Alger, organisé par l'Office national de la culture et de l'information (Onci), a-t-elle annoncé mercredi lors d'une conférence de presse consacré au nouvel album.
Beihdja Rahal qui ne trouve pas d'inconvénient à ce qu'on la surnomme "Madame Nouba", interprétera en première partie du concert, sa nouvelle Nouba dans le mode Hsine, tandis qu'elle gratifiera le public pendant la deuxième partie d'un programme Aaroubi et hawzi, deux styles dérivés de l'Andalou.
Sorti chez "Belda Diffusion", le nouvel opus qui se présente sous la forme CD est accompagné d'un livret des poèmes chantés par Beihdja Rahal, traduits en français par les soins de Saadane Benbabaali.
Dotée d'une voix mélodieuse aux vibrations fines et célèbre pour sa maîtrise du genre musical San'a ou encore pour son combat en faveur de la vulgarisation de cette musique, Beihdja Rahal est né le 8 juillet 1962 à El-Biar, sur les hauteurs d'Alger.
Elle suit des cours de mandoline et de kwitra, depuis son plus jeune âge, aux conservatoires d'Alger et de son quartier, jusqu'en 1982 date à laquelle elle intègre l'association El Fekhardjia.
Trois ans après, elle quitte cette association de musique andalouse et fonde avec Ahmed Sefta l'association Essendoussia, tout en dispensant, par ailleurs, des cours de sciences naturelles dans un lycée.
Installée en France depuis 1992, Beihdja tient à son immersion permanente dans l'océan musical andalou pour y puiser le plus grand nombre possible d'oeuvres afin de les offrir à ses admirateurs, ô combien sensibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.