Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4ème jour de campagne électorale : les fléaux sociaux au centre des interventions
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 04 - 2012

Plusieurs chefs de partis ont évoqué mercredi, au quatrième jour de la campagne pour les législatives du 10 mai, les fléaux sociaux qui touchent les jeunes et les moins jeunes, invitant les électeurs à opérer une "rupture" avec les précédentes politiques, considérées comme responsables des difficultés que connaît le pays dans nombre de domaines.
En ce sens, le président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), Abdelkader Merbah, a affirmé à Annaba que les fléaux sociaux étaient le résultat de "l'échec des politiques menées jusqu'ici" et de "l'absence de vraie démocratie". M. Merbah a souligné que ce rendez-vous électoral constituait "une étape historique ouvrant la voie au changement et à la prise en charge réelle des problèmes des jeunes".
Le président du Front El Moustakbal (FM), Abdelaziz Belaid, a évoqué le même thème à Boumerdès, proposant l'ouverture d'un débat national sur les principaux fléaux sociaux à l'exemple du suicide et de la "harga" qu'il considère "incompatibles avec nos mœurs et les préceptes religieux".
Depuis Ain Témouchent, la présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), Mme Naïma Salhi, se voulant sans doute plus originale, a mis l'accent, de son côté, sur "l'encouragement du mariage précoce pour lutter contre les maux sociaux qui guettent la jeunesse".
De son côté, le président du parti Ahd 54, Ali-Faouzi Rebaïne, a indiqué à Khenchela que l'intérêt des générations montantes constituait "l'objectif central" de sa formation politique. Le premier responsable d'Ahd 54 a souligné que les jeunes d'Algérie, en qui son parti "place son entière confiance'', ne peuvent avoir d'avenir "en dehors de leur pays".
Quant au secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, il a évoqué à Chlef les différentes missions de la future Assemblée populaire nationale (APN), entre autres la "révision de la constitution", laquelle "constituera le fondement principal qui régira la vie politique dans notre pays et définira les attributions des institutions politiques de l'Etat".
Pour M. Belkhadem, la révision de la constitution qui n'est autre que "le parachèvement des réformes politiques engagées par l'Algérie en 2011", s'inscrit en droite ligne dans la consécration de la démocratie "dont la constitution de 1989 a jeté les premières bases en consacrant le multipartisme".
Pas très loin de Chlef, à Blida plus précisément, le président du Parti pour la liberté et la justice (PLJ), Mohand Oussaïd Belaïd, a affirmé qu'une participation massive aux législatives prochaines est à même de "provoquer le changement souhaité".
Selon le président du PLJ, certains, "y compris des gens du pouvoir", appellent à ne pas voter dans le but "de maintenir le statu quo", estimant même que l'actuelle flambée des prix des produits de consommation "n'est pas fortuite" mais vise justement à détourner les regards des élections.
A Tébessa, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a affirmé que son parti "œuvrait pour la souveraineté nationale et la préservation de l'unité territoriale", avant d'inviter le peuple algérien à "rester fidèle à son algérianité".
Le SG du RND a souligné, lors d'un meeting populaire, que le pays disposait de tous les moyens pour "mettre en échec toutes les tentatives de déstabilisation menées par ses ennemis de l'intérieur et de l'extérieur, comme il l'a déjà fait lors de la décennie noire".
Toujours dans l'est du pays, le président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdeslam, a assuré, depuis Skikda, que la mission de son parti était de "faire en sorte que le peuple algérien ait un Etat à la mesure de sa grandeur".
Le patron du FAN a considéré qu'un peuple qui a consenti autant de sacrifices pour recouvrer sa souveraineté ne pouvait s'accommoder que d'un Etat fort et respectueux de ses citoyens, ajoutant qu'il faudrait "redonner sa grandeur au pays en le débarrassant de la corruption, de l'injustice, du pillage de ses richesses, du bâillonnement et de tout ce qui entrave la marche vers l'avant".
Si certains partis promettent, en cas de victoire, des logements et de l'emploi, ce n'est pas le cas du président du Front national de la justice sociale (FNSD), Khaled Bounedjma qui a appelé, à Mascara, les chefs de parti à mener une campagne "propre" en commençant par éviter les fausses promesses.
M. Bounedjma a souligné, en ce sens, que son parti se garde de donner de fausses illusions aux citoyens pour obtenir les voix des électeurs. Le leader du FNSD a affirmé, à titre d'exemple, qu'il ne peut pas promettre un logement ou un emploi comme le font certains car, a-t-il dit, le rôle du député consiste à légiférer et non pas à attribuer des logements et des emplois.
Optant pour une tournée de proximité à Ain M'lila (Oum El Bouaghi), le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a promis, pour sa part, des "sanctions" contre les députés "défaillants" de son parti en cas de nécessité.
Les futurs députés qui seront "élus sous la casquette FNA" seront "carrément déchus de toute autorité au cas où ils failliraient à leur mission qui consiste à prendre en charge les préoccupations des citoyens", a-t-il lâché, rappelant que lors de l'ancienne législature, le FNA avait prononcé des "sanctions fermes" à l'encontre de 13 de ses députés sur les 15 siégeant à l'APN.
Enfin, le président du Front du changement, Abdelamadjid Menasra, a appelé à ne pas rater l'occasion du scrutin du 10 mai prochain pour "opérer le changement".
Depuis Mazouna (Relizane), M. Menasra a déclaré que "les élections législatives prochaines offrent une opportunité à ne pas rater pour opérer le changement tel que souhaité par le peuple", expliquant, dans la foulée, que "le changement ne signifiait pas donner sa voix à des personnes pour qu'elles soient élues, mais choisir une majorité capable d'opérer le changement".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.