Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens de Lille dressent le profil de leurs futurs députés
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 05 - 2012

Les Algériens de Lille estiment mériter d'être représentés à l'Assemblée populaire nationale (APN) par un député issu de la communauté nationale, qui soit disponible et qui soit en mesure de répondre à leurs attentes et à leurs préoccupations parce qu'il les connaît réellement.
Le profil du futur élu à l'APN tel qu'ils le conçoivent, devra être "particulièrement attentif" aux questions relatives à leurs réalités quotidiennes.
"Nous voulons un candidat qui connaît bien nos préoccupations et qui nous ressemble. Quelqu'un qui connaît de l'intérieur la situation de ses compatriotes", résume Boudjemâa Kermas qui vit à Lille depuis 1975.
L'élection du candidat au profil idéal constitue pour ces "Lillois", un chalenge à réussir. "Notre seul souci est de réussir à faire élire l'un des nôtres pour nous représenter à l'APN", affirme un groupe de femmes à la sortie de la salle gymnase de la place Sébastopol pour qui seul un candidat issu de la communauté pourra faire la démonstration de leurs besoins et souhaits.
Les Algériens de la circonscription électorale de Lille expriment un réel intérêt pour la vie politique en Algérie et manifestent leurs attentes des futurs députés.
Ils considèrent que si la loi a crée des députés pour représenter les Algériens de l'étranger à l'APN, la logique et la cohérence veulent que les candidats et futurs élus soient eux-mêmes des Algériens de l'étranger.
"Il s'agit de donner une représentativité crédible et réaliste des Algériens de l'étranger", souligne Abdelghani Hamel, un aide-comptable de 42 ans.
Pour d'autres, l'origine du futur élu importe peu, mais ses compétences sont déterminantes dans le choix de certains électeurs. Outre la légitimité et la crédibilité, les électeurs veulent un député aux compétences avérées, mais aussi du talent et de la passion.
"Nous voulons quelqu'un qui soit en mesure de répondre à nos besoins, de prendre en charge les questions relatives à nos réalités quotidiennes, c'est-à-dire, de proposer des solutions à nos problèmes administratifs, liés aux statuts d'expatrié ou de binational, à nos préoccupations familiales ou encore éducatives, notamment en matière de reconnaissance de diplômes", relève Nadjia, 36 ans, arrivée à Dunkerque en 2004 après des études d'ingéniorat à l'Université Houari-boumediène à Alger.
Abondant dans le même sens, Souad. H venue avec Nadjia accomplir son devoir électoral, affirme que les attentes des Algériens à l'étranger sont "immenses".
"Nous attendons des futurs députés élus ici en France de contribuer avec efficacité à faire avancer les dossiers concernant la communauté à l'étranger, de réduire les inégalités qui existent entre nos compatriotes, et leurs redonner confiance", dit-elle.
Cependant, si certains électeurs expatriés aimeraient juste avoir un député élu parmi les siens pour faire entendre leur voix au Parlement, les attentes chez certains d'autres se font plus grandes et s'amplifie chaque jour.
Au troisième jour de vote à Lille, les personnes interrogées sur le profil de leurs futurs députés affirment avoir besoin de "députés capable d'exprimer et de faire entendre leur vision, qu'il s'agisse de questions économiques ou de société.
"Lorsque on vit depuis plusieurs années à l'étranger, on est bien placé pour observer, la distance aidant, ce qui se passe en bien ou en mal dans notre pays et discerner les priorités", estime Hamid. B, un jeune banquier.
En revanche, son épouse Samira estime que le futur député des Algériens de l'étranger devra faire preuve de "pédagogie vis-à-vis de la classe politique et des médias pour réduire le décalage entre les Algériens établis à l'étranger et nos compatriotes".
C'est dire l'importance que revêt ce scrutin pour la communauté nationale établie en France qui exprime sa satisfaction à élire ses représentants à l'APN, mais qui ne cache pas non plus ses frustrations de la façon dont s'est déroulée la campagne pour ces législatives.
"Même si les candidats n'ont pas fait grand chose, pendant la campagne, pour se faire connaître des électeurs potentiels, nous tâcherons de choisir le candidat le plus représentatif de nos intérêts d'Algériens de l'étranger", affirme-t-elle encore.
Les électeurs de la circonscription consulaire d'Algérie à Lille ont commencé à voter mardi pour choisir leurs futurs députés parmi les 23 candidats aux 4 sièges réservés à la communauté nationale établie en France. Les opérations de vote se poursuivront jusqu'à ce soir à 19Heurs locales.
Le corps électoral de la communauté nationale à Lille est estimé à 68.266 électeurs, selon des données officielles précises communiquées par le consulat général d'Algérie à Lille, à la veille du scrutin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.