Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur les six candidats seul Bouteflika…
Campagne électorale en direction de la communauté nationale établie à l'étranger
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 04 - 2009

Dans cette course à la magistrature suprême, il est évident que les six candidats ne dédaignent aucune voix, et courtisent plutôt tous les électeurs . A ce titre, la communauté algérienne établie à l'étranger, dont le poids électoral est tout de même important, n'est pas oubliée, loin s'en faut. En effet, selon les chiffres officiels, cette «diaspora » représente presque un million de voix. La France, où est établie le plus grand nombre d'expatriés algériens, représente à elle seule, presque 80% de cet électorat. En effet, selon les derniers chiffres communiqués, il y a quelques semaines seulement par le consul général d'Algérie, Meziane Chérif, 750.000 algériens résidents en France sont en âge de voter.
On comprend, dès lors, pourquoi certains candidats ont tracé tout un programme électoral en vue de courtiser les voix de cette communauté. Ce qui n'est pas le cas pour d'autres prétendants à la plus haute marche du pouvoir, qui n'ont presque rien fait pour aller quêter ce réservoir de voix.
C'est surtout la disponibilité de moyens humains et financiers qui a déterminé le choix des uns et des autres. Certains candidats, comme nous l'ont confié leurs proches collaborateurs, ont été trahis par le manque flagrant de moyens et ne peuvent, par voie de conséquence, mener campagne, outre-mer. Des six candidats, c'est assurément Abdelaziz Bouteflika qui est le mieux nanti. Ses représentants sont en effet en train de battre campagne, non seulement en France mais aussi partout où il y a une communauté algérienne importante.
Comme, par exemple, Abdelhamid Si- Afif, une figure de proue du FLN, qui s'est déplacé dans ce pays dans le cadre de cette campagne électorale et où , durant trois jours, il a rencontré des algériens pour essayer de les convaincre d'aller voter en faveur du candidat Abdelazz Bouteflika. Plusieurs autres représentants du même candidat en ont fait de même dans d'autres pays. Mais c'est en France que le gros du travail est en train d'être effectué et ce, depuis le début de la campagne électorale, le 19 mars dernier. La direction de campagne du président-candidat a, ainsi, déjà organisé quatre grands meetings dans les principales villes de ce pays , à savoir, Paris, Marseille, Lyon et Lille. Et si Amara Benyounés, a animé les meetings de Marseille, Lille et Lyon, celui de Paris, a été animé par le directeur de campagne du président candidat. Abdelmalek Sellal est allé à la rencontre des émigrés samedi denier dans une salle parisienne. Mais qu'en est'il des autres candidats? Apparemment, aucun programme n'a été élaboré pour les besoins de cette campagne électorale. Tous les représentants de candidats contactés par nos soins ont évoqué le manque de moyens pour justifier cette absence d'activités. Djamal Ben Abdesslam, directeur de campagne du candidat Djahid Younsi, dira; «nous disposons de très peu de moyens mais nous avons pu tout de même envoyé des affiches écrites en français et des posters du candidat Younsi à certains de nos militants pour qu'ils soient placardés notamment au niveau des consulats algériens dans ce pays». Contacté hier, Ben Abdessalamm nous a indiqué, en outre, que le mouvement El Islah a deux représentants: l'un pour la région sud et l'autre pour celle du Nord. «C'est à eux qu'échoit la mission de prendre attache avec d'autres militants et sympathisants en vue d'expliquer à nos compatriotes le programme de notre candidat Djahid Younsi. Nous n'avons programmé aucun meeting. Car, l'essentiel pour nous réside dans le travail de proximité».
Ben Abdessalamm a aussi souligné que des affiches écrites en anglais ont été confectionnés et acheminés vers d'autres pays. Le mouvement El Islah semble avoir fait mieux que le parti des travailleurs, dont Louisa Hanoune est candidate, et le candidat indépendant, Mohamed Said. Djelloul Djoudi, directeur de campagne de Louisa Hanoune, reconnaît que son parti n'a pratiquement rien prévu pour la communauté algérienne établie à l'étranger. Contacté hier, il nous a indiqué que «nous n'avons pas le temps et les moyens aussi pour se déplacer en France et faire campagne là bas». N'ayant aucune structure qui représente la candidate dans ce pays et même ailleurs, Djoudi dira que «nous comptons seulement sur les sympathisants qui ont été à l'origine de l'obtention par le parti d'un siège à l'APN lors des élections législatives de 2002 ». Il en est de même pour le candidat indépendant, Mohamed Said, qui disposent de moyens limités, lui aussi. «Nous n'avons aucune permanence en France. On a déjà, faute de moyens, pas mal de difficultés en Algérie et ailleurs, il nous est impossible de mener campagne » a estimé Souad Layadi, chargée de la communication dans la direction de campagne de ce candidat. Contactée hier, elle a toutefois souligné que des sympathisants, qui ont pris attache avec la direction de campane, ont promis de sensibiliser leurs proches pour qu'ils votent en faveur de Mohamed Said.
Dans cette course à la magistrature suprême, il est évident que les six candidats ne dédaignent aucune voix, et courtisent plutôt tous les électeurs . A ce titre, la communauté algérienne établie à l'étranger, dont le poids électoral est tout de même important, n'est pas oubliée, loin s'en faut. En effet, selon les chiffres officiels, cette «diaspora » représente presque un million de voix. La France, où est établie le plus grand nombre d'expatriés algériens, représente à elle seule, presque 80% de cet électorat. En effet, selon les derniers chiffres communiqués, il y a quelques semaines seulement par le consul général d'Algérie, Meziane Chérif, 750.000 algériens résidents en France sont en âge de voter.
On comprend, dès lors, pourquoi certains candidats ont tracé tout un programme électoral en vue de courtiser les voix de cette communauté. Ce qui n'est pas le cas pour d'autres prétendants à la plus haute marche du pouvoir, qui n'ont presque rien fait pour aller quêter ce réservoir de voix.
C'est surtout la disponibilité de moyens humains et financiers qui a déterminé le choix des uns et des autres. Certains candidats, comme nous l'ont confié leurs proches collaborateurs, ont été trahis par le manque flagrant de moyens et ne peuvent, par voie de conséquence, mener campagne, outre-mer. Des six candidats, c'est assurément Abdelaziz Bouteflika qui est le mieux nanti. Ses représentants sont en effet en train de battre campagne, non seulement en France mais aussi partout où il y a une communauté algérienne importante.
Comme, par exemple, Abdelhamid Si- Afif, une figure de proue du FLN, qui s'est déplacé dans ce pays dans le cadre de cette campagne électorale et où , durant trois jours, il a rencontré des algériens pour essayer de les convaincre d'aller voter en faveur du candidat Abdelazz Bouteflika. Plusieurs autres représentants du même candidat en ont fait de même dans d'autres pays. Mais c'est en France que le gros du travail est en train d'être effectué et ce, depuis le début de la campagne électorale, le 19 mars dernier. La direction de campagne du président-candidat a, ainsi, déjà organisé quatre grands meetings dans les principales villes de ce pays , à savoir, Paris, Marseille, Lyon et Lille. Et si Amara Benyounés, a animé les meetings de Marseille, Lille et Lyon, celui de Paris, a été animé par le directeur de campagne du président candidat. Abdelmalek Sellal est allé à la rencontre des émigrés samedi denier dans une salle parisienne. Mais qu'en est'il des autres candidats? Apparemment, aucun programme n'a été élaboré pour les besoins de cette campagne électorale. Tous les représentants de candidats contactés par nos soins ont évoqué le manque de moyens pour justifier cette absence d'activités. Djamal Ben Abdesslam, directeur de campagne du candidat Djahid Younsi, dira; «nous disposons de très peu de moyens mais nous avons pu tout de même envoyé des affiches écrites en français et des posters du candidat Younsi à certains de nos militants pour qu'ils soient placardés notamment au niveau des consulats algériens dans ce pays». Contacté hier, Ben Abdessalamm nous a indiqué, en outre, que le mouvement El Islah a deux représentants: l'un pour la région sud et l'autre pour celle du Nord. «C'est à eux qu'échoit la mission de prendre attache avec d'autres militants et sympathisants en vue d'expliquer à nos compatriotes le programme de notre candidat Djahid Younsi. Nous n'avons programmé aucun meeting. Car, l'essentiel pour nous réside dans le travail de proximité».
Ben Abdessalamm a aussi souligné que des affiches écrites en anglais ont été confectionnés et acheminés vers d'autres pays. Le mouvement El Islah semble avoir fait mieux que le parti des travailleurs, dont Louisa Hanoune est candidate, et le candidat indépendant, Mohamed Said. Djelloul Djoudi, directeur de campagne de Louisa Hanoune, reconnaît que son parti n'a pratiquement rien prévu pour la communauté algérienne établie à l'étranger. Contacté hier, il nous a indiqué que «nous n'avons pas le temps et les moyens aussi pour se déplacer en France et faire campagne là bas». N'ayant aucune structure qui représente la candidate dans ce pays et même ailleurs, Djoudi dira que «nous comptons seulement sur les sympathisants qui ont été à l'origine de l'obtention par le parti d'un siège à l'APN lors des élections législatives de 2002 ». Il en est de même pour le candidat indépendant, Mohamed Said, qui disposent de moyens limités, lui aussi. «Nous n'avons aucune permanence en France. On a déjà, faute de moyens, pas mal de difficultés en Algérie et ailleurs, il nous est impossible de mener campagne » a estimé Souad Layadi, chargée de la communication dans la direction de campagne de ce candidat. Contactée hier, elle a toutefois souligné que des sympathisants, qui ont pris attache avec la direction de campane, ont promis de sensibiliser leurs proches pour qu'ils votent en faveur de Mohamed Said.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.