Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Bejaïa    Championnats d'Afrique de Cyclisme sur piste : trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    La mobilisation pour le changement continue    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    AADL : Distribution de 155 000 logements en février    Règlement de la crise libyenne: une participation accrue à la conférence internationale dimanche à Berlin    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Tebboune recevra, mardi, une délégation de médias    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    Manchester United: le coût d'un licenciement de Solskjaer est connu    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Les tribunaux paralysés hier    Le ministre camerounais des Sports favorable    Le Premier ministre italien aujourd'hui à Alger    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur les six candidats seul Bouteflika…
Campagne électorale en direction de la communauté nationale établie à l'étranger
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 04 - 2009

Dans cette course à la magistrature suprême, il est évident que les six candidats ne dédaignent aucune voix, et courtisent plutôt tous les électeurs . A ce titre, la communauté algérienne établie à l'étranger, dont le poids électoral est tout de même important, n'est pas oubliée, loin s'en faut. En effet, selon les chiffres officiels, cette «diaspora » représente presque un million de voix. La France, où est établie le plus grand nombre d'expatriés algériens, représente à elle seule, presque 80% de cet électorat. En effet, selon les derniers chiffres communiqués, il y a quelques semaines seulement par le consul général d'Algérie, Meziane Chérif, 750.000 algériens résidents en France sont en âge de voter.
On comprend, dès lors, pourquoi certains candidats ont tracé tout un programme électoral en vue de courtiser les voix de cette communauté. Ce qui n'est pas le cas pour d'autres prétendants à la plus haute marche du pouvoir, qui n'ont presque rien fait pour aller quêter ce réservoir de voix.
C'est surtout la disponibilité de moyens humains et financiers qui a déterminé le choix des uns et des autres. Certains candidats, comme nous l'ont confié leurs proches collaborateurs, ont été trahis par le manque flagrant de moyens et ne peuvent, par voie de conséquence, mener campagne, outre-mer. Des six candidats, c'est assurément Abdelaziz Bouteflika qui est le mieux nanti. Ses représentants sont en effet en train de battre campagne, non seulement en France mais aussi partout où il y a une communauté algérienne importante.
Comme, par exemple, Abdelhamid Si- Afif, une figure de proue du FLN, qui s'est déplacé dans ce pays dans le cadre de cette campagne électorale et où , durant trois jours, il a rencontré des algériens pour essayer de les convaincre d'aller voter en faveur du candidat Abdelazz Bouteflika. Plusieurs autres représentants du même candidat en ont fait de même dans d'autres pays. Mais c'est en France que le gros du travail est en train d'être effectué et ce, depuis le début de la campagne électorale, le 19 mars dernier. La direction de campagne du président-candidat a, ainsi, déjà organisé quatre grands meetings dans les principales villes de ce pays , à savoir, Paris, Marseille, Lyon et Lille. Et si Amara Benyounés, a animé les meetings de Marseille, Lille et Lyon, celui de Paris, a été animé par le directeur de campagne du président candidat. Abdelmalek Sellal est allé à la rencontre des émigrés samedi denier dans une salle parisienne. Mais qu'en est'il des autres candidats? Apparemment, aucun programme n'a été élaboré pour les besoins de cette campagne électorale. Tous les représentants de candidats contactés par nos soins ont évoqué le manque de moyens pour justifier cette absence d'activités. Djamal Ben Abdesslam, directeur de campagne du candidat Djahid Younsi, dira; «nous disposons de très peu de moyens mais nous avons pu tout de même envoyé des affiches écrites en français et des posters du candidat Younsi à certains de nos militants pour qu'ils soient placardés notamment au niveau des consulats algériens dans ce pays». Contacté hier, Ben Abdessalamm nous a indiqué, en outre, que le mouvement El Islah a deux représentants: l'un pour la région sud et l'autre pour celle du Nord. «C'est à eux qu'échoit la mission de prendre attache avec d'autres militants et sympathisants en vue d'expliquer à nos compatriotes le programme de notre candidat Djahid Younsi. Nous n'avons programmé aucun meeting. Car, l'essentiel pour nous réside dans le travail de proximité».
Ben Abdessalamm a aussi souligné que des affiches écrites en anglais ont été confectionnés et acheminés vers d'autres pays. Le mouvement El Islah semble avoir fait mieux que le parti des travailleurs, dont Louisa Hanoune est candidate, et le candidat indépendant, Mohamed Said. Djelloul Djoudi, directeur de campagne de Louisa Hanoune, reconnaît que son parti n'a pratiquement rien prévu pour la communauté algérienne établie à l'étranger. Contacté hier, il nous a indiqué que «nous n'avons pas le temps et les moyens aussi pour se déplacer en France et faire campagne là bas». N'ayant aucune structure qui représente la candidate dans ce pays et même ailleurs, Djoudi dira que «nous comptons seulement sur les sympathisants qui ont été à l'origine de l'obtention par le parti d'un siège à l'APN lors des élections législatives de 2002 ». Il en est de même pour le candidat indépendant, Mohamed Said, qui disposent de moyens limités, lui aussi. «Nous n'avons aucune permanence en France. On a déjà, faute de moyens, pas mal de difficultés en Algérie et ailleurs, il nous est impossible de mener campagne » a estimé Souad Layadi, chargée de la communication dans la direction de campagne de ce candidat. Contactée hier, elle a toutefois souligné que des sympathisants, qui ont pris attache avec la direction de campane, ont promis de sensibiliser leurs proches pour qu'ils votent en faveur de Mohamed Said.
Dans cette course à la magistrature suprême, il est évident que les six candidats ne dédaignent aucune voix, et courtisent plutôt tous les électeurs . A ce titre, la communauté algérienne établie à l'étranger, dont le poids électoral est tout de même important, n'est pas oubliée, loin s'en faut. En effet, selon les chiffres officiels, cette «diaspora » représente presque un million de voix. La France, où est établie le plus grand nombre d'expatriés algériens, représente à elle seule, presque 80% de cet électorat. En effet, selon les derniers chiffres communiqués, il y a quelques semaines seulement par le consul général d'Algérie, Meziane Chérif, 750.000 algériens résidents en France sont en âge de voter.
On comprend, dès lors, pourquoi certains candidats ont tracé tout un programme électoral en vue de courtiser les voix de cette communauté. Ce qui n'est pas le cas pour d'autres prétendants à la plus haute marche du pouvoir, qui n'ont presque rien fait pour aller quêter ce réservoir de voix.
C'est surtout la disponibilité de moyens humains et financiers qui a déterminé le choix des uns et des autres. Certains candidats, comme nous l'ont confié leurs proches collaborateurs, ont été trahis par le manque flagrant de moyens et ne peuvent, par voie de conséquence, mener campagne, outre-mer. Des six candidats, c'est assurément Abdelaziz Bouteflika qui est le mieux nanti. Ses représentants sont en effet en train de battre campagne, non seulement en France mais aussi partout où il y a une communauté algérienne importante.
Comme, par exemple, Abdelhamid Si- Afif, une figure de proue du FLN, qui s'est déplacé dans ce pays dans le cadre de cette campagne électorale et où , durant trois jours, il a rencontré des algériens pour essayer de les convaincre d'aller voter en faveur du candidat Abdelazz Bouteflika. Plusieurs autres représentants du même candidat en ont fait de même dans d'autres pays. Mais c'est en France que le gros du travail est en train d'être effectué et ce, depuis le début de la campagne électorale, le 19 mars dernier. La direction de campagne du président-candidat a, ainsi, déjà organisé quatre grands meetings dans les principales villes de ce pays , à savoir, Paris, Marseille, Lyon et Lille. Et si Amara Benyounés, a animé les meetings de Marseille, Lille et Lyon, celui de Paris, a été animé par le directeur de campagne du président candidat. Abdelmalek Sellal est allé à la rencontre des émigrés samedi denier dans une salle parisienne. Mais qu'en est'il des autres candidats? Apparemment, aucun programme n'a été élaboré pour les besoins de cette campagne électorale. Tous les représentants de candidats contactés par nos soins ont évoqué le manque de moyens pour justifier cette absence d'activités. Djamal Ben Abdesslam, directeur de campagne du candidat Djahid Younsi, dira; «nous disposons de très peu de moyens mais nous avons pu tout de même envoyé des affiches écrites en français et des posters du candidat Younsi à certains de nos militants pour qu'ils soient placardés notamment au niveau des consulats algériens dans ce pays». Contacté hier, Ben Abdessalamm nous a indiqué, en outre, que le mouvement El Islah a deux représentants: l'un pour la région sud et l'autre pour celle du Nord. «C'est à eux qu'échoit la mission de prendre attache avec d'autres militants et sympathisants en vue d'expliquer à nos compatriotes le programme de notre candidat Djahid Younsi. Nous n'avons programmé aucun meeting. Car, l'essentiel pour nous réside dans le travail de proximité».
Ben Abdessalamm a aussi souligné que des affiches écrites en anglais ont été confectionnés et acheminés vers d'autres pays. Le mouvement El Islah semble avoir fait mieux que le parti des travailleurs, dont Louisa Hanoune est candidate, et le candidat indépendant, Mohamed Said. Djelloul Djoudi, directeur de campagne de Louisa Hanoune, reconnaît que son parti n'a pratiquement rien prévu pour la communauté algérienne établie à l'étranger. Contacté hier, il nous a indiqué que «nous n'avons pas le temps et les moyens aussi pour se déplacer en France et faire campagne là bas». N'ayant aucune structure qui représente la candidate dans ce pays et même ailleurs, Djoudi dira que «nous comptons seulement sur les sympathisants qui ont été à l'origine de l'obtention par le parti d'un siège à l'APN lors des élections législatives de 2002 ». Il en est de même pour le candidat indépendant, Mohamed Said, qui disposent de moyens limités, lui aussi. «Nous n'avons aucune permanence en France. On a déjà, faute de moyens, pas mal de difficultés en Algérie et ailleurs, il nous est impossible de mener campagne » a estimé Souad Layadi, chargée de la communication dans la direction de campagne de ce candidat. Contactée hier, elle a toutefois souligné que des sympathisants, qui ont pris attache avec la direction de campane, ont promis de sensibiliser leurs proches pour qu'ils votent en faveur de Mohamed Said.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.