Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours du colonel Yazourène, son rôle dans l'opération "Oiseau Bleu" revisités
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 01 - 2013

Le parcours de l'officier de l'Armée de libération nationale (ALN), Mohand Améziane Yazourène, dans la wilaya III historique, et son rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération dite l'"Oiseau bleu" en 1955 au profit de l'ALN, ont été au centre d'une rencontre organisée samedi au Forum d'El Moudjahid.
Cette rencontre organisée par l'Association "Machaâl Echahid", à l'occasion du 25ème anniversaire de la disparition du Colonel Yazourène, dit "Vrirouche", décédé le 5 janvier 1988, a permis à son compagnon d'enfance et de combat, Mohamed Salah Saddik, de revenir sur quelques-unes de ses "positions", notamment son attitude à la veille du déclenchement de la guerre de libération nationale.
"Dans la nuit du dimanche 31 octobre 1954, il était chez nous. Il a longuement parlé avec mon père. J'ai discuté ensuite avec lui pendant une heure.
Après cela il a dit qu'il devrait partir. Le lendemain il s'est présenté pour s'excuser de ne pas nous avoir informé la veille qu'il allait déclencher la guerre à Azzazga (Tizi-Ouzou)", a raconté M. Saddik.
Selon lui, le colonel Yazourène, dit "Si Said" et "Vrirouche", est connu, dès son enfance, pour "son intelligence et sa ruse". Il a expliqué que ces qualités, ajoutées à son courage et à une "haine viscérale" du colonialisme, l'avaient propulsé par la suite dans des postes de responsabilité dans la wilaya III.
Cette rencontre, rentrant dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance, a été également une occasion d'évoquer le rôle de Yazourène dans l'épisode dit "oiseau bleu".
L'Oiseau Bleu (ou Forces K) est le nom d'une opération secrète de l'armée française lancée en 1955 dans le but de créer un contre-maquis destiné à frapper l'ALN de l'intérieur, dans les régions nord de la zone III (futur wilaya III-Kabylie), comprenant notamment les Ath djenad, Iflissen maritimes, Ath Ouaguenoun et Ath Zmenzer.
Les responsables de la zone, mis au parfum, ont détourné ce complot au profit de l'ALN en dotant les "Forces K" d'éléments les plus sûrs d'entre les djounoud qui se chargeaient d'exécuter les "traîtres" à la Révolution comme preuves de leurs actions envers l'armée française.
Un document du musée régional du moudjahid de Tizi Ouzou distribué lors de cette rencontre, note que Yazourène a joué un rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération "oiseau bleu" avec plusieurs compagnons d'armes et sous la responsabilité du colonel Krim Belkacem, chef de la zone III de l'ALN durant cette période.
Ce rôle consistait dans le recrutement des hommes devant composer les groupes en question, une étape cruciale d'où dépendait la réussite de l'opération.
Durant toute l'opération (11 mois), les 1500 éléments des "Forces K" recevaient d'importantes quantités d'armes et touchaient un salaire mensuel de 30 000 francs pour chaque élément, a précisé le responsable de l'Organisation nationale des Moudjahidine à Tizi Ouzou, Ouali Ait Ahmed.
Sur les 30 000 francs reçus pour chaque élément, 26000 allaient dans les caisses de l'ALN et 4000 versés à la famille du concerné, a-t-il affirmé, soulignant que les importantes sommes d'argent ramassées, à travers l'opération "oiseau bleu", avait servi aussi à aider les autres wilayas notamment les wilayas I et V.
A la fin de la rencontre, Machaâl Echahid a honoré la famille Yazourène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.