Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours du colonel Yazourène, son rôle dans l'opération "Oiseau Bleu" revisités
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 01 - 2013

Le parcours de l'officier de l'Armée de libération nationale (ALN), Mohand Améziane Yazourène, dans la wilaya III historique, et son rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération dite l'"Oiseau bleu" en 1955 au profit de l'ALN, ont été au centre d'une rencontre organisée samedi au Forum d'El Moudjahid.
Cette rencontre organisée par l'Association "Machaâl Echahid", à l'occasion du 25ème anniversaire de la disparition du Colonel Yazourène, dit "Vrirouche", décédé le 5 janvier 1988, a permis à son compagnon d'enfance et de combat, Mohamed Salah Saddik, de revenir sur quelques-unes de ses "positions", notamment son attitude à la veille du déclenchement de la guerre de libération nationale.
"Dans la nuit du dimanche 31 octobre 1954, il était chez nous. Il a longuement parlé avec mon père. J'ai discuté ensuite avec lui pendant une heure.
Après cela il a dit qu'il devrait partir. Le lendemain il s'est présenté pour s'excuser de ne pas nous avoir informé la veille qu'il allait déclencher la guerre à Azzazga (Tizi-Ouzou)", a raconté M. Saddik.
Selon lui, le colonel Yazourène, dit "Si Said" et "Vrirouche", est connu, dès son enfance, pour "son intelligence et sa ruse". Il a expliqué que ces qualités, ajoutées à son courage et à une "haine viscérale" du colonialisme, l'avaient propulsé par la suite dans des postes de responsabilité dans la wilaya III.
Cette rencontre, rentrant dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance, a été également une occasion d'évoquer le rôle de Yazourène dans l'épisode dit "oiseau bleu".
L'Oiseau Bleu (ou Forces K) est le nom d'une opération secrète de l'armée française lancée en 1955 dans le but de créer un contre-maquis destiné à frapper l'ALN de l'intérieur, dans les régions nord de la zone III (futur wilaya III-Kabylie), comprenant notamment les Ath djenad, Iflissen maritimes, Ath Ouaguenoun et Ath Zmenzer.
Les responsables de la zone, mis au parfum, ont détourné ce complot au profit de l'ALN en dotant les "Forces K" d'éléments les plus sûrs d'entre les djounoud qui se chargeaient d'exécuter les "traîtres" à la Révolution comme preuves de leurs actions envers l'armée française.
Un document du musée régional du moudjahid de Tizi Ouzou distribué lors de cette rencontre, note que Yazourène a joué un rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération "oiseau bleu" avec plusieurs compagnons d'armes et sous la responsabilité du colonel Krim Belkacem, chef de la zone III de l'ALN durant cette période.
Ce rôle consistait dans le recrutement des hommes devant composer les groupes en question, une étape cruciale d'où dépendait la réussite de l'opération.
Durant toute l'opération (11 mois), les 1500 éléments des "Forces K" recevaient d'importantes quantités d'armes et touchaient un salaire mensuel de 30 000 francs pour chaque élément, a précisé le responsable de l'Organisation nationale des Moudjahidine à Tizi Ouzou, Ouali Ait Ahmed.
Sur les 30 000 francs reçus pour chaque élément, 26000 allaient dans les caisses de l'ALN et 4000 versés à la famille du concerné, a-t-il affirmé, soulignant que les importantes sommes d'argent ramassées, à travers l'opération "oiseau bleu", avait servi aussi à aider les autres wilayas notamment les wilayas I et V.
A la fin de la rencontre, Machaâl Echahid a honoré la famille Yazourène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.