PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les oasis algériennes, thème d'un nouvel ouvrage du sociologue Nadir Marouf
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 04 - 2013

"Lecture de l'espace oasien", titre d'un nouvel ouvrage, a été présenté lundi à Oran par l'auteur, le sociologue Nadir Marouf qui s'est intéressé au destin des oasis occidentales algériennes et à celui de leurs habitants.
Disponible dans les librairies, ce livre publié par la Maison d'édition Barzakh actualise les données d'une première étude parue en 1980 sous le titre "L'eau, la terre et les hommes", a indiqué M. Marouf lors d'une séance de présentation animée au Centre d'études maghrébines en Algérie (CEMA), basé à Oran.
"Lecture de l'espace oasien" apporte des éléments nouveaux portant notamment sur l'expérience de mise en valeur des terres qui a démarré durant les années 1980, a précisé l'auteur, ajoutant que le lecteur peut également accéder aux données de ses différentes enquêtes sociologiques à partir d'un lien Web mentionné dans le livre.
Les foggaras, structures hydrauliques traditionnelles, sont au centre de cette publication qui met en valeur l'écosystème saharien et les mesures engagées par les pouvoirs publics en vue de sa préservation face aux risques induits par l'exploitation massive de la nappe albienne.
Des données toponymiques, historiques, géographiques et anthropologiques permettent en outre au lecteur d'accéder à des informations actualisées sur la région considérée, a fait valoir le sociologue qui a aussi abordé les aspects juridiques régissant le mode d'occupation de l'espace oasien.
En plus de cet aspect normatif définissant les règles de partage, l'auteur a également évoqué le volet technique adopté depuis des siècles pour l'exploitation des foggaras, à savoir les règles de gravitation naturelles qui sont, a-t-il souligné, "le fruit de la créativité locale".
Professeur émérite en anthropologie du droit à l'université de Picardie-Jules Verne (France) et chercheur associé au Centre national d'anthropologie sociale et culturelle (CRASC, basé à Oran), M. Marouf a à son actif une riche bibliographie dédiée notamment à l'identité-communauté, au fait colonial au Maghreb, au travail et aux oasis algériennes.
L'auteur, né en 1940 à Tlemcen, se consacra à l'enseignement de l'anthropologie appliquée d'abord à l'université d'Oran puis dans des universités étrangères telle la prestigieuse Harvard (USA).
Dans son parcours, il a notamment connu l'anticolonialiste Jacques Berque (1910-1995) dont il fut le disciple pour l'avoir côtoyé trente années durant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.