Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de la chanteuse Chérifa, une perte pour le patrimoine musical algérien
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 03 - 2014

La disparition de la chanteuse algérienne d'expression kabyle Chérifa, décédée dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 86 ans, est une grande perte pour le patrimoine musical algérien, ont souligné plusieurs artistes.
"L'art algérien vient de perdre l'un de ses pionniers avec la disparition de ‘Na Chérifa' qui a marqué les années 50 par ses chansons avec sa troupe ‘Noub al-khalat'", enregistrées et diffusées après l'indépendance par la chaîne II de la Radio nationale, a indiqué Abdelkader Bendamache, président du Conseil national des arts et des Lettres.
Il a ajouté que le répertoire musical de la défunte fut une source d'inspiration pour plusieurs jeunes artistes qui tenaient à préserver ce patrimoine comme Hassiba Amrouche, Taos Arhab et Cherif.
Le chanteur kabyle Arezki Bouzid, a rappelé avoir rencontré Chérifa dans les années 1960 alors qu'elle dirigeait sa troupe composée de Yamina, Anissa, Djamila et Khadidja tandis que la voix féminine était encore tabou sur les ondes de la radio pour une société aussi conservatrice comme celle de Kabylie.
C'est une personne "irremplaçable" et sa disparition est "une grande perte", a indiqué Bouzid avec qui la défunte avait enregistré plusieurs chansons dont "Assoumam" et "Klil Sah".
Pour sa part, la chanteuse Nouara a rendu hommage à cette femme dont ses "achouiq" (les préludes) avaient bercé son enfance, rappelant l'expérience de la vie et les souffrances de cette dame à la voix "douce".
Le comédien Said Hilmi qui a longtemps travaillé à la RTA (Radio et Télévision algériennes) a indiqué quant à lui que "Cherifa puisait son inspiration de sa dure expérience de la vie. Elle a chanté l'exil, la patrie et la pauvreté mais ne s'est jamais plainte de son sort, elle était une femme courageuse qui chantait le bonheur et le malheur".
Cherifa, Ouardia Bouchemlal de son vrai nom, est née le 9 janvier 1926 dans le village d'Ait Halla de la commune d'Ilmayen, dans la région d'Akbou.
Dans les années 1940, elle chante à la radio et s'impose rapidement comme la maîtresse du chant kabyle. Pendant des années, elle part en tournées en Algérie et enregistre de nombreux succès, de sa composition, ou puisés dans le patrimoine folklorique.
Abka ala Khir Ay Akbou, Aya Zerzour, Azwaw (réarrangée et interprétée par Idir) et Sniwa d ifendjalen, figurent parmi les oeuvres de référence de la chanteuse traditionnelle.
A l'étranger, depuis les années 1990, la défunte s'est produite en France, en 1993 l'Olympia, en 1994 à l'Opéra Bastille et en 2006 au Zénith de Paris.
La défunte sera inhumée samedi dans son village natal d'Ilmayen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.