Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redéfinir le rôle de l'Etat dans l'économie lui permet de jouer son rôle de régulateur (expert)
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 04 - 2014

L'économiste et expert international, Mustapha Mekideche, s'est prononcé lundi à Constantine en faveur d'une "redéfinition" du rôle de l'Etat dans le domaine économique afin qu'il puisse jouer "son rôle de régulateur et d'être de moins en moins gestionnaire".
M. Mekideche qui s'exprimait à l'ouverture du colloque international sur "L'administration publique en Algérie, entre les impératifs de la modernisation et les défis de l'évaluation, regards croisés sur les bonnes pratiques internationales", a affirmé que "la réforme de l'administration est tributaire directement de la réforme de l'Etat qui a fait défaut pour faire aboutir les premières grandes réformes économiques lancées après 1988".
Auteur d'un livre récent, intitulé "L'économie algérienne à la croisée des chemins", M. Mekideche qui a intitulé sa communication "A propos de la gouvernance publique en Algérie (1988 - 2014) : sur quoi bute la nécessaire réforme de l'Etat?", a expliqué que les "constitutions de rupture de février 1989 et de 1996", n'avaient pas levé certaines ambiguïtés pour favoriser l'émergence d'une administration efficace et d'un secteur privé performant.
Pour le conférencier, cette carence était à l'origine d'une transition économique et institutionnelle inachevée qui s'était noyée dans la généralisation de l'économie informelle, ajoutant que celle-ci perdure "sans donner de capitaines d'industrie".
Dans son analyse des retards accumulés dans la mise en place d'une économie de marché régulée dans une situation de bonne gouvernance, M. Mekideche a fait état de deux périodes, "de 1988 à 2000, au cours de laquelle 360.000 emplois ont été détruits, des milliers d'entreprises dissoutes, les systèmes de santé et d'éducation en crise, le marché informel se développe".
Selon le même intervenant, la deuxième période s'ouvre en 2000 "sur fond d'amélioration progressive des capacités financières d'intervention budgétaire de l'Etat (...) ", ajoutant que "pour suggérer des pistes de sortie de crise, l'instauration d'un nouveau régime de croissance et le passage vers une économie productive diversifiée inscrite dans la mondialisation, il faut produire une redéfinition du rôle de l'Etat, appelé à jouer son rôle de régulateur et d'être de moins en moins gestionnaire".
Belmihoub Mohamed Chérif, directeur de l'école nationale supérieure du management (ENSM, Alger), a intitulé sa communication "L'administration au service de l'économie ou l'inverse ?", dans laquelle il a traité des questions liées à l'investissement des entreprises et comment les administrations publiques offrent le cadre institutionnel aux investisseurs.
Cette première journée du séminaire s'est poursuivie avec la présentation de plusieurs autres communications, données par Mokhtar Lamari et Johann Jacob, respectivement du centre d'expertise et de recherche en évaluation de programme (CREXE), et de l'école nationale d'administration publique (ENAP, Québec), Rémy Trudel, Bachir Mazouz (ENAP Quebec), ainsi que d'autres intervenants algériens et étrangers.
Cette rencontre, organisé avec le Laboratoire Grand Maghreb : Economie et Société de l'Université Constantine 2, le Centre de recherche et d'expertise en évaluation (CREXE), du Québec (Canada) et le Centre algérien de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), se tient en présence de chercheurs venus de plusieurs universités algériennes, de France, du Canada, de Centrafrique et d'Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.