LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le village d'Ighil Imoula (Tizi-Ouzou), un repère inaltérable de la mémoire collective
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 10 - 2014

OUZOU - Haut lieu de l'histoire ayant abrité, il y a 60 ans, le tirage de la proclamation du 1er novembre 1954, annonçant au monde entier le déclenchement de la lutte armée de libération nationale, le village d'Ighil Imoula (40 km sud Tizi- Ouzou), a inscrit son nom en lettres d'or au fronton de l'histoire et constitue l'un des repères inaltérables de la mémoire collective nationale.
"Dans le contexte d'alors, le choix de ce village par les dirigeants de la Révolution pour l'exécution d'une mission aussi délicate que fut le tirage de ce document historique, n'était pas du tout fortuit", a souligné le moudjahid Ait Ahmed Ouali, officier de l'Armée de libération nationale, qui a expliqué cette option par le fait "que le village d'Ighil Imoula était connu pour ses traditions de militantisme en faveur de la cause nationale dès les premières heures du mouvement national".
C'était au c£ur de ce village que Krim Belkacem avait élu son poste de commandement dès l'année 1948 où il supervisait, avec l'assistance de son bras droit Hadj Ali Mohamed Arezki, un natif de la région, qui accueillait à l'époque les groupes paramilitaires de l'OS, aux préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale.
Cette appréciation est, du reste, appuyée par la veuve de feu le moudjahid Ali Zamoum, frère de Mohamed, colonel Si Salah. "Notre village était connu bien avant le début de la guerre de libération nationale comme étant un point de chute des militants de la cause nationale", se souvient Ouiza Zamoum (76 ans), qui a cité, entre autres, les noms de Krim Belkacem, Ouamrane, Bitat, Ali Mellah, Si Moh Touil, Kaci Abdellahà S'exprimant sur les préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale auxquels son mari était fortement impliqué, Mme Zamoum a indiqué : "Même si nous n'étions pas mises au parfum par les hommes qui, par discipline militante, gardaient un secret absolu, nous savions, nous les femmes, au vu de beaucoup d'indices, que quelque chose se mijotait et n'allait pas tarder à embraser le ciel d'Algérie".
Les signes révélateurs de cet état de fait ne manquaient pas, a-t-elle précisé en rappelant, à titre illustratif, que les femmes étaient chargées de ramener de la rivière d'Azaghar, en contrebas du village, des racines de laurier rose (Allili dans le parler local) qui "servaient, une fois pulvérisées, d'ingrédient pour la fabrication de bombes artisanales".
La fabrication de ces explosifs se faisait au domicile du chahid Laichaoui Amar, transformé en laboratoire en la circonstance, sous la houlette de Rabah Bitat et de Kaci Abdallah, a-t-elle souligné.
L'autre aspect des préparatifs évoqué par Na Ouiza a trait à la collecte d'argent par les femmes, par le biais de quêtes au niveau des fontaines publiques ou de la vente des figues et de l'huile d'olive, pendant que les hommes se chargeaient d'écouler, sous le burnous, le journal "Libre Algérie". Les fonds ainsi levés par ces femmes étaient, à l'évidence, destinés à l'achat d'armes en prévision du jour "J ", le 1er novembre 1954 à minuit, coïncidant avec la veillée de la Toussaint (31 octobre).
"Le choix d'Ighil Imoula pour abriter un tel événement historique (tirage de la proclamation ) constitue, de par sa situation au c£ur de l'Algérie, un message délivré par les dirigeants de la Révolution, quant à l'unité des forces nationales dans la lutte pour le recouvrement de l'indépendance, maintes fois retardée par les man£uvres de division orchestrées par l'occupant, comme l'atteste l'histoire de la résistance populaire", a estimé le moudjahid Alleg Amar, qui a rappelé, également, que le village d'Ighil Imoula a servi de "citadelle au combat mené de 1851 à 1854 par Boubaghla, contre l'occupation française".
Reconstituant le contexte qui avait précédé le tirage de ce document historique, le moudjahid Si Ouali a rappelé que l'été 1954 a connu d'intenses préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale, dont la date du 1er novembre a été fixée lors de la réunion de Bologhine (ex-Saint Eugène-Alger) par les six dirigeants historiques que furent Mustapha Ben Boulaid, Didouche Mourad, Krim Belkacem, Rabah Bitat, Larbi Ben M'hidi et Mohamed Boudiaf.
Lors de cette réunion, Krim Belkacem avait proposé à ses pairs de s'occuper personnellement du tirage du texte de la proclamation. Ainsi, la ronéo qui a servi à cette opération, a été ramenée du domicile familial de Abane Ramdane à Azzouza (Larbaa Nath Irathene) par Ali Zamoum, Mohamed Saad et Ben Ramdane Mohamed.
La saisie et la reproduction de l' "Appel" au peuple algérien et à l'opinion publique internationale, annonçant le déclenchement de la lutte armée de libération nationale, a été confiée au chahid journaliste Laichaoui Mohamed.
Selon des témoignages de moudjahidine d'Igil Imoula, après avoir été dactylographié sur stencils dans la maison du chahid Ben Ramdani Omar, le document historique, qui a signé l'acte de naissance du Front de libération nationale (FLN), tout en énonçant les objectifs de la Révolution, les moyens de lutte, les conditions du cessez-le-feu, a été tiré en plusieurs exemplaires dans la
maison du chahid Idir Rabah.
Toute une nuit, la ronéo a tourné dans la chambre située juste au dessus de la boutique du chahid, érigée sur la place publique de Thizi, un monticule où se dresse un pâté de maisons traditionnelles kabyles, faisant face au Djurdjura, au Sud, et au village d'Ait Abdelmoumen, au Nord.
Pour couvrir le bruit de la machine et détourner l'attention du garde champêtre et autres "chaouchs" (indicateurs) émargeant au service du renseignement de l'ennemi, des "clients" ont été chargés de faire le maximum de bruit, en simulant un jeu de tombola. En réalité, ces joueurs de tombola n'étaient autres que des militants de la cause nationale, dont la proclamation énonçait : "(à) Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, nous donnons le meilleur de nous ûmêmes à la patrieà ".
La ronéo qui a servi au tirage de ce document historique, est aujourd'hui gardée dans la maison de la veuve d'Ali Zamoum, à quelque mètres de la stèle érigée sur le site de la maison où fut tiré l'Appel de Novembre, reproduit sur des feuilles de cuivre, dans les langues arabe, amazighe et française, accrochées aux murs.
Ce haut lieu de l'histoire est classé en 2014, patrimoine national par le ministère de la culture. "La place de cette relique de l'histoire est là-bas (elle montre du doigt la stèle se dressant fièrement sur la place de Thizi) et non chez une vieille femme comme moi.
Mais tant que ce lieu, pourtant dédié à l'histoire, ne dispose pas de gardien, je me fais un devoir de garder cette machine chez moi, par fidélité aux martyrs et à mon mari qui l'a récupérée, le 30 septembre 1961, de la maison des Mammeri, au village de Taourirt Mimoun, dans la commune de Beni Yenni, PC de la région Une, de la zone 4 de l'ex wilaya trois historique", a indiqué Na Ouiza à l'APS, en montrant une décharge de remise de cette ronéo, cosignée par Ghamez Ramdane, responsable du Fln de Beni Yenni à l'époque et le moudjahid Ali Zamoum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.