Tebboune: la société civile, le 1er allié pour concrétiser l'édification de l'Etat    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le village d'Ighil Imoula (Tizi-Ouzou), un repère inaltérable de la mémoire collective
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 10 - 2014

OUZOU - Haut lieu de l'histoire ayant abrité, il y a 60 ans, le tirage de la proclamation du 1er novembre 1954, annonçant au monde entier le déclenchement de la lutte armée de libération nationale, le village d'Ighil Imoula (40 km sud Tizi- Ouzou), a inscrit son nom en lettres d'or au fronton de l'histoire et constitue l'un des repères inaltérables de la mémoire collective nationale.
"Dans le contexte d'alors, le choix de ce village par les dirigeants de la Révolution pour l'exécution d'une mission aussi délicate que fut le tirage de ce document historique, n'était pas du tout fortuit", a souligné le moudjahid Ait Ahmed Ouali, officier de l'Armée de libération nationale, qui a expliqué cette option par le fait "que le village d'Ighil Imoula était connu pour ses traditions de militantisme en faveur de la cause nationale dès les premières heures du mouvement national".
C'était au c£ur de ce village que Krim Belkacem avait élu son poste de commandement dès l'année 1948 où il supervisait, avec l'assistance de son bras droit Hadj Ali Mohamed Arezki, un natif de la région, qui accueillait à l'époque les groupes paramilitaires de l'OS, aux préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale.
Cette appréciation est, du reste, appuyée par la veuve de feu le moudjahid Ali Zamoum, frère de Mohamed, colonel Si Salah. "Notre village était connu bien avant le début de la guerre de libération nationale comme étant un point de chute des militants de la cause nationale", se souvient Ouiza Zamoum (76 ans), qui a cité, entre autres, les noms de Krim Belkacem, Ouamrane, Bitat, Ali Mellah, Si Moh Touil, Kaci Abdellahà S'exprimant sur les préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale auxquels son mari était fortement impliqué, Mme Zamoum a indiqué : "Même si nous n'étions pas mises au parfum par les hommes qui, par discipline militante, gardaient un secret absolu, nous savions, nous les femmes, au vu de beaucoup d'indices, que quelque chose se mijotait et n'allait pas tarder à embraser le ciel d'Algérie".
Les signes révélateurs de cet état de fait ne manquaient pas, a-t-elle précisé en rappelant, à titre illustratif, que les femmes étaient chargées de ramener de la rivière d'Azaghar, en contrebas du village, des racines de laurier rose (Allili dans le parler local) qui "servaient, une fois pulvérisées, d'ingrédient pour la fabrication de bombes artisanales".
La fabrication de ces explosifs se faisait au domicile du chahid Laichaoui Amar, transformé en laboratoire en la circonstance, sous la houlette de Rabah Bitat et de Kaci Abdallah, a-t-elle souligné.
L'autre aspect des préparatifs évoqué par Na Ouiza a trait à la collecte d'argent par les femmes, par le biais de quêtes au niveau des fontaines publiques ou de la vente des figues et de l'huile d'olive, pendant que les hommes se chargeaient d'écouler, sous le burnous, le journal "Libre Algérie". Les fonds ainsi levés par ces femmes étaient, à l'évidence, destinés à l'achat d'armes en prévision du jour "J ", le 1er novembre 1954 à minuit, coïncidant avec la veillée de la Toussaint (31 octobre).
"Le choix d'Ighil Imoula pour abriter un tel événement historique (tirage de la proclamation ) constitue, de par sa situation au c£ur de l'Algérie, un message délivré par les dirigeants de la Révolution, quant à l'unité des forces nationales dans la lutte pour le recouvrement de l'indépendance, maintes fois retardée par les man£uvres de division orchestrées par l'occupant, comme l'atteste l'histoire de la résistance populaire", a estimé le moudjahid Alleg Amar, qui a rappelé, également, que le village d'Ighil Imoula a servi de "citadelle au combat mené de 1851 à 1854 par Boubaghla, contre l'occupation française".
Reconstituant le contexte qui avait précédé le tirage de ce document historique, le moudjahid Si Ouali a rappelé que l'été 1954 a connu d'intenses préparatifs du déclenchement de la lutte armée de libération nationale, dont la date du 1er novembre a été fixée lors de la réunion de Bologhine (ex-Saint Eugène-Alger) par les six dirigeants historiques que furent Mustapha Ben Boulaid, Didouche Mourad, Krim Belkacem, Rabah Bitat, Larbi Ben M'hidi et Mohamed Boudiaf.
Lors de cette réunion, Krim Belkacem avait proposé à ses pairs de s'occuper personnellement du tirage du texte de la proclamation. Ainsi, la ronéo qui a servi à cette opération, a été ramenée du domicile familial de Abane Ramdane à Azzouza (Larbaa Nath Irathene) par Ali Zamoum, Mohamed Saad et Ben Ramdane Mohamed.
La saisie et la reproduction de l' "Appel" au peuple algérien et à l'opinion publique internationale, annonçant le déclenchement de la lutte armée de libération nationale, a été confiée au chahid journaliste Laichaoui Mohamed.
Selon des témoignages de moudjahidine d'Igil Imoula, après avoir été dactylographié sur stencils dans la maison du chahid Ben Ramdani Omar, le document historique, qui a signé l'acte de naissance du Front de libération nationale (FLN), tout en énonçant les objectifs de la Révolution, les moyens de lutte, les conditions du cessez-le-feu, a été tiré en plusieurs exemplaires dans la
maison du chahid Idir Rabah.
Toute une nuit, la ronéo a tourné dans la chambre située juste au dessus de la boutique du chahid, érigée sur la place publique de Thizi, un monticule où se dresse un pâté de maisons traditionnelles kabyles, faisant face au Djurdjura, au Sud, et au village d'Ait Abdelmoumen, au Nord.
Pour couvrir le bruit de la machine et détourner l'attention du garde champêtre et autres "chaouchs" (indicateurs) émargeant au service du renseignement de l'ennemi, des "clients" ont été chargés de faire le maximum de bruit, en simulant un jeu de tombola. En réalité, ces joueurs de tombola n'étaient autres que des militants de la cause nationale, dont la proclamation énonçait : "(à) Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, nous donnons le meilleur de nous ûmêmes à la patrieà ".
La ronéo qui a servi au tirage de ce document historique, est aujourd'hui gardée dans la maison de la veuve d'Ali Zamoum, à quelque mètres de la stèle érigée sur le site de la maison où fut tiré l'Appel de Novembre, reproduit sur des feuilles de cuivre, dans les langues arabe, amazighe et française, accrochées aux murs.
Ce haut lieu de l'histoire est classé en 2014, patrimoine national par le ministère de la culture. "La place de cette relique de l'histoire est là-bas (elle montre du doigt la stèle se dressant fièrement sur la place de Thizi) et non chez une vieille femme comme moi.
Mais tant que ce lieu, pourtant dédié à l'histoire, ne dispose pas de gardien, je me fais un devoir de garder cette machine chez moi, par fidélité aux martyrs et à mon mari qui l'a récupérée, le 30 septembre 1961, de la maison des Mammeri, au village de Taourirt Mimoun, dans la commune de Beni Yenni, PC de la région Une, de la zone 4 de l'ex wilaya trois historique", a indiqué Na Ouiza à l'APS, en montrant une décharge de remise de cette ronéo, cosignée par Ghamez Ramdane, responsable du Fln de Beni Yenni à l'époque et le moudjahid Ali Zamoum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.