Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



RASD: appel au respect de la légalité internationale et à l'organisation d'un référendum
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 03 - 2015

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a appelé mardi le Conseil de sécurité de l'ONU à respecter les résolutions de l'ONU et à accélérer l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.
S'exprimant lors d'une conférence de presse au siège de l'ambassade de la RASD à Alger, M. Ould Salek a souligné qu'"en atermoyant l'application des résolutions de l'Onu, le Conseil de sécurité devient partie au conflit sahraoui", appelant l'instance internationale "à respecter ce qui a été convenu et à organiser un référendum d'autodétermination".
Le ministre sahraoui a, dans ce sens, exhorté les membres permanents du Conseil de sécurité à respecter la Légalité internationale, accusant la France d'entraver le processus de règlement" du conflit.
Il a, en outre, accusé le Maroc de "payer des lobbies et de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires et de hauts responsables dans des pays démocratiques".
M. Ould Salek a, par ailleurs, salué "la récente décision sur le Sahara Occidental, adoptée le 27 mars dernier par le Conseil de paix et de sécurité" de l'Union africaine (UA) qu'il a qualifiée de "décision historique et cruciale".
Dans sa dernière décision, le Conseil de paix et de sécurité avait souligné la responsabilité de l'UA dans la mise en oeuvre du plan de règlement ONU-Afrique de 1991, considérant que l'UA et l'ONU "en sont les garants, ayant proposé une solution acceptée par les parties sahraouie et marocaine".
L'UA a décidé de former un groupe international de communication chargé de mobiliser le soutien international pour parachever le processus de décolonisation et demander au Conseil de sécurité d'élargir les prérogatives de la Minurso au contrôle des droits de l'Homme.
Ould Salek salue la décision de l'UA de relancer l'initiative de décolonisation du Sahara occidental
Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a salué mardi à Alger, la décision "historique et cruciale" de l'Union africaine (UA) de relancer l'initiative de décolonisation du Sahara occidental, dernière colonie en Afrique.
Le chef de la diplomatie sahraouie a précisé, lors d'une conférence de presse animée au siège de l'ambassade de la République sahraouie à Alger, que la décision adoptée, samedi, par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA relative à la décolonisation du Sahara occidental était une "décision historique et cruciale pour le processus de décolonisation face aux entraves et aux manœuvres marocaines", appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à coopérer avec l'UA dans le processus de paix au Sahara occidental.
Pour M. Ould Salek, cette décision dénote la "ferme détermination" de l'UA à en finir avec la colonisation en Afrique et à défendre les nobles principes qui la sous-tendent, à savoir les droits des peuples à l'autodétermination et l'intangibilité des frontières héritées au lendemain de l'indépendance.
Cette décision est une mise en garde claire à qui de droit pour s'en tenir à ce qui a été convenu et pour l'application duquel la MINURSO a été mise en place, a soutenu le ministre sahraoui.
M. Ould Salek a fait part de la disponibilité du gouvernement sahraoui et du Front Polisario à" coopérer efficacement avec l'ONU et l'UA pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance", réaffirmant l'attachement du gouvernement sahraoui à la nécessaire application de l'accord signé en 1991.
Le ministre sahraoui a précisé que la décision africaine intervenait après les tentatives répétées visant à entraver le processus d'application du plan de règlement proposé par l'ONU et l'UA.
L'Union africaine a décidé de relancer l'initiative de décolonisation du Sahara occidental à travers la décision adoptée à l'unanimité, samedi (28 mars) à Addis Abeba, par le Conseil de paix et de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.