«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mémoire: La France pour le "droit de vérité", l'Algérie pour une "lecture objective loin de la guerre des mémoires"
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 04 - 2015

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre français de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, a inscrit samedi son "voyage mémoriel" en Algérie dans une démarche résolue d'appréhender de "manière apaisée la mémoire commune" des deux pays, "appelés à se tourner ensemble vers l'avenir".
M.Todeschini, qui arrivera à Alger demain dimanche et sera présent le 8 mai à l'occasion du soixante-dixième anniversaire des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata a déclaré dans un entretien à l'APS que le "dépôt, à Sétif, de la gerbe au mausolée de la première victime de ces massacres était un geste "fort" et "concret" qui "viendra s'ajouter à la parole" prononcée par le chef de l'Etat français lors de son voyage à Alger en décembre 2012.
"Pendant 132 ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal. Je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. Parmi ces souffrances , il y a les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata" avait affirmé le président Hollande pour qui "la vérité doit être dite sur la guerre d'Algérie".
C'est au nom d'une approche sous tendue par le principe du "devoir de vérité" sur la reconnaissance de ce qu'a été réellement le colonialisme, adossé à un traitement dans l'esprit d'une "mémoire apaisée" que la France appréhende la dimension mémorielle, selon les déclarations de ses dirigeants. "Pas de dissimulation, ni amnésie, ni déni", résume ainsi François Hollande. Dans la même optique, s'inscrit la "reconnaissance lucide des faits" que représentaient les manifestations du 17 octobre 1961et "l'hommage rendu aux victimes".
C'est donc au travers de cet "examen critique du passé colonial" par la levée du voile sur l'entreprise de dissimulation du fait colonial que les responsables actuels français envisagent de "sortir de l'affrontement mémoriel" sans aller jusqu'à formuler des excuses sous quelque forme que ce soit, analysent des historiens.
Le "contentieux mémoriel", né du silence sur les exactions de la colonisation
Il est utile, rappellent deux historiens spécialistes de la guerre d'Algérie, Benjamin Stora et Olivier Le Cour Grandmaison, que le "contentieux mémoriel" est né du silence sur les exactions commises par la colonisation française en Algérie et des tentatives de réhabilitation du colonialisme par la loi du 23 février 2005, instituée dans un esprit saint-simonien, faisant de l'acte de coloniser une approche civilisationnelle.
Cette loi, toujours en vigueur, selon Olivier Le Cour Grandmaison et dont seul l'article 4 a été abrogé en 2006 par l'ancien président Jacques Chirac, a exacerbé les rancoeurs historiques et enfermé le débat mémoriel dans une logique d'hostilités et de confrontation.
Foncièrement "négationniste" et "révisionniste", explique l'historien, elle a suscité une forte réaction de parlementaires algériens, exprimée dans un projet de loi sur la "criminalisation du colonialisme".
Les différentes tentatives de faire bouger les lignes dans le "paysage mémoriel" de l'autre coté de la rive de la méditerranée remontent à février 2005 lorsque l'ancien ambassadeur de France à Alger, Hubert Colin de Verdrière a qualifié les massacres du 8 mai 1945 de "tragédie inexcusable". Cette déclaration sera suivie par celle de Bernard Bajolet, ancien chef de poste diplomatique à Alger, sur la "fin de la dénégation" et celle de l'ancien président Nicolas Sarkosy en 2007 sur la "nature injuste du colonialisme".
Destinées à détendre le "front mémoriel", ces tentatives n'ont pas mis fin à la "guerre des mémoires" parce que jugées "insuffisantes" pour "réparer une injustice historique" et "laver la France du péché originel de la colonisation" selon la formule de François Hollande, considèrent nombre d'historiens.
L'Algérie, qui n'a jamais fait l'impasse sur la dimension mémorielle, dans sa relation bilatérale avec la France, a appelé par la voix de son président à "une lecture objective de l'histoire, loin des guerres de mémoire et des enjeux conjoncturels" pour "transcender les séquelles du passé douloureux" et "aller vers un avenir où règnent confiance, compréhension, respect mutuel et partenariat bénéfique".
Pour le Président Bouteflika: " l'écriture de l"histoire relève de la seule compétence des historiens, des enseignants spécialisés et des chercheurs et il revient au peuple et aux nations de façonner cette histoire. La polémique politique ne sera alors qu'un aléa qui risque, certes de semer la confusion, mais n'altérera en rien la vérité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.