«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise au Mali : Diop appelle la Coordination des mouvements de l'Azawad à signer l'Accord de Bamako
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 05 - 2015

Le ministre malien des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a appelé samedi soir à Alger la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a signé au "plus vite" l'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali pour résoudre durablement la situation sécuritaire du pays.
"Nous souhaitons que nos frères des autres composants de la CMA (outre ceux qui ont déjà signé l'accord le 15 mai à Bamako), qui hésitent encore, fassent le pas et signent l'accord", a indiqué M. Diop dans une déclaration à la presse au terme de son entretien avec le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.
"Nous voulons que cet accord soit signé et appliqué pour retrouver notre vivre ensemble", a-t-il soutenu.
L'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali a été signé le 15 mai courant par le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés au sein de la Plateforme d'Alger et par l'équipe de la médiation internationale conduite par l'Algérie.
Deux composantes sur cinq que compte la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), à savoir la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la CM-FPR2 (Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance) ont également signé l'accord, rappelle-t-on.
M. Diop a, dans ce contexte, expliqué que convaincre la CMA à rejoindre les signataires de l'accord de Bamako constituait "l'essence même" des démarches en cours au niveau de la médiation internationale pour la résolution de la crise au Mali, dont l'Algérie est chef de file.
"Ceci est aussi l'essence de notre présence en Algérie visant à pouvoir travailler avec la médiation internationale", a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement malien renouvelait "toute sa confiance" en cette médiation, conduite par l'Algérie, et qui vient d'entamer des discussions autour de la mise en oeuvre de l'Accord de Bamako.
Le chef de la diplomatie malienne a affirmé que l'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali offrait "tous les outils nécessaires pour résoudre durablement la situation sécuritaire sur le terrain" qui est, a-t-il décrit, "relativement fragile".
"J'ai la faiblesse de croire que les frères de la CMA et de la Plateforme qui sont tous présents ici (Alger), sont animés de la même volonté et conscients que les populations maliennes souffrent et que les enfants de Kidal ne vont plus à l'école depuis trois ans", a-t-il indiqué.
M. Diop a déploré que "des Maliens sont tués et blessés tous les jours par des mines" et que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) enregistrait "des pertes humaines de plus en plus importantes".
"La MINUSMA est là pour nous aider et pour assister tous les Maliens", a-t-il soutenu en présence de son homologue Algérien.
"C'est en gardant à l'esprit tout ce contexte que nous sommes ici pour aller encore plus vite, afin que le Comité de mise en oeuvre de l'Accord de Bamako, issu du processus d'Alger, soit vite mis en place. Et que nous puissions entrer dans une phase active et pour pouvoir stabiliser la situation du Mali", a souligné M. Diop.
Selon lui, il existe "un soutien très fort" de la part des populations dans les différentes régions du Mali aux efforts de paix et de réconciliation.
Des populations qui, a-t-il fait savoir, "n'adressent pas un message de haine, mais au contraire, souhaitent un retour de la paix et l'unité dans le pays".
M. Diop a, par ailleurs, remercié l'Algérie d'avoir "toujours été aux côtés des Maliens avec patience et persévérance".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.