Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 2e forum d'affaires algéro-iranien lundi à Téhéran
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 05 - 2016

Le deuxième forum d'affaires algéro-iranien se tiendra lundi à Téhéran (Iran) dans l'objectif d'examiner les opportunités d'investissements et de partenariat entre les deux pays.
Dans ce cadre, le ministre de l'Industrie et des mines, Abdessalem Bouchouareb, conduit une délégation composée de plus de 80 chefs d'entreprises publiques et privées (énergie, BTPH, agriculture et agroalimentaire, textile, industrie mécanique, industrie pharmaceutique...) ainsi que des représentants de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (Caci) et de l'Agence nationale du développement de l'investissement (Andi).
Coprésidé par M. Bouchouareb et le ministre iranien de l'Industrie, des mines et du commerce, Mohamed Reza Nematzadeh, ce forum se tiendra après celui organisé en décembre dernier à Alger.
A travers cette rencontre dans la capitale iranienne, l'Algérie vise à intensifier sa coopération économique avec l'Iran, qui ne reflète pas, actuellement, les potentialités importantes que recèlent les deux pays, en restant en deçà des ambitions de ces derniers.
A titre d'exemple, les échanges commerciaux entre l'Algérie et l'Iran ne dépassent pas les 10 millions de dollars, tandis que les projets d'investissements et de partenariat demeurent minimes avec une faible présence des sociétés iraniennes en Algérie.
C'est dans ce sens que lors de la deuxième session de la Haute Commission mixte algéro-iranienne, tenue en décembre dernier à Alger, les deux pays avaient affiché leur volonté de conforter le partenariat et la coopération économiques.
Réactivation du comité industriel algéro-iranien
De nouvelles perspectives de coopération s'ouvrent aux deux pays qui veulent hisser leurs relations économiques au niveau d'excellence des relations politiques bilatérales.
La partie algérienne vise, à cet effet, à attirer des investissements productifs avec un réel transfert de technologie par l'Iran qui a réalisé des avancées importantes dans ce domaine, explique à l'APS le président de la commission mixte économique algéro-iranienne, Abdelmadjid Khobzi.
"Notre objectif est de ramener la technologie et non pas de se contenter des échanges commerciaux. La partie iranienne a affirmé sa disponibilité à nous aider dans ce cadre", avance-t-il.
Dans cette optique, plusieurs projets de partenariat sont en cours de discussions et pourraient aboutir à la signature d'accords ou de contrats lors du forum d'affaires à Téhéran, selon M. Khobzi.
La mécanique, la pétrochimie, l'électronique, l'industrie pharmaceutique, l'agroalimentaire et l'agriculture, le bâtiment et les travaux publics ainsi que les énergies électriques et renouvelables figurent parmi les principaux secteurs dans lesquels les deux parties envisagent de mettre sur pied des projets de partenariat.
S'agissant de l'industrie automobile, les constructeurs iraniens Khodro et Saipa ont signé récemment des accords de partenariat avec des investisseurs privés algériens pour l'installation d'usines d'assemblage et de montage de véhicules en Algérie.
Le constructeur Khodro compte, ainsi, créer son unité vers la fin 2016 avec une capacité de production de 30.000 véhicules par an, selon le constructeur iranien.
Quant au constructeur Saipa, il prévoit la sortie de la première voiture de sa future usine en Algérie début 2017.
Dans le domaine énergétique, l'Algérie et l'Iran se sont accordés à établir des partenariats entre le groupe Sonatrach et la société iranienne de pétrole.
Ces deux groupes sont actuellement en discussions pour élargir la coopération bilatérale dans l'amont et l'aval pétroliers, la recherche et développement ainsi que dans la commercialisation du pétrole et du gaz.
Les deux pays envisagent aussi la création prochaine de sociétés mixtes spécialisées dans la production de l'électricité, des énergies renouvelables et des pièces de rechange.
D'autres sociétés mixtes activant dans l'entretien, la surveillance et le contrôle des routes et des autoroutes pourraient également être créées pour permettre à l'Algérie de tirer profit de l'expérience iranienne dans ce créneau du transport.
Pour renforcer les échanges commerciaux et d'affaires bilatéraux, les deux pays veulent créer une ligne aérienne Alger-Téhéran et une ligne maritime.
Les deux parties ont également convenu d'étudier la possibilité d'établir un jumelage entre le port de Bejaïa et celui d'Al Khomeïni lequel est le plus important port en Iran en étant doté, en outre, d'un complexe pétrochimique.
La visite de M. Bouchouareb à Téhéran verra aussi la réactivation du comité mixte algéro-iranien de l'industrie qui devra constituer, selon la partie algérienne, un "mécanisme efficace" de coopération industrielle entre les deux pays notamment en matière d'investissements.
Une réunion de ce comité, créé en 2003 par le bais d'un mémorandum d'entente industriel entre l'Algérie et l'Iran mais qui n'a pas fonctionné depuis quelques années, est prévue en marge du forum.
Sur le plan économique, il est à rappeler qu'au terme des travaux de la Haute commission mixte algéro-iranienne de coopération, tenue en décembre dernier à Alger, un Programme exécutif de coopération dans le secteur des travaux publics avait été signé.
Quant à la première session de cette Haute commission mixte, tenue en 2010 à Téhéran, elle avait été sanctionnée par la signature de conventions portant sur l'investissement, l'agriculture et l'habitat.
Les deux pays avaient aussi signé plusieurs mémorandums d'entente: Le premier concerne la création d'un conseil mixte des hommes d'affaires, alors que le deuxième a été conclu entre l'Agence nationale de développement des investissements (ANDI) et l'organisme iranien en charge des investissements et de l'assistance technique et économique.
S'y ajoutent un mémorandum d'entente pour la création d'un fonds algéro-iranien et deux autres dans les secteurs agricole et de l'habitat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.