Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Polisario réitère sa contestation à l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire sahraoui
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 07 - 2016

Le Front Polisario a affirmé sa contestation de l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire du Sahara occidental, devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), dans une déclaration rendue publique à la veille de la session des plaidoiries mardi à Luxembourg dans l'affaire C-104/16, opposant le Front Polisario au Conseil et la Commission de l'UE.
"Le Front Polisario conteste l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire du Sahara occidental devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Un accord de libre-échange peut-il inclure les ressources naturelles d'un peuple colonisé, sous occupation étrangère, en violation de ses droits fondamentaux?", s'est interrogé le Front Polisario dans sa déclaration publiée lundi, à la veille des plaidoiries devant ladite cour, et dont le texte intégral a été diffusé par l'agence de presse sahraouie (SPS).
Les plaidoiries dans l'affaire C-104/16, opposant le Conseil et la Commission de l'UE au Front Polisario, s'ouvrent mardi devant la grande chambre de la CJUE.
Après l'audience, le Front Polisario tiendra une conférence de presse dans l'après-midi à Bonnevoie (Luxembourg), a indiqué l'agence sahraouie.
L'accord agricole conclu entre le Maroc et l'UE en 2002, a été contesté par le Front Polisario qui a saisi la Cour européenne de justice pour annulation.
Le 10 décembre 2015, la CJUE a annulé, à la demande du Front Polisario, l'accord agricole au motif qu'il s'appliquait au Sahara occidental alors que ni l'Union européenne ni ses Etats membres ne reconnaissent la souveraineté du Maroc sur ce territoire qu'il occupe depuis 1975.
La Cour de justice de l'UE a ainsi tranché en faveur de la partie sahraouie qui affirme que l'application de cet accord au territoire occupé du Sahara occidental violait le droit international et les engagements de l'UE.
La CJUE, qui siège à Luxembourg, a signé ainsi une décision marquante dans la "bataille diplomatique et désormais juridique", entre le Maroc et le Front Polisario, avaient relevé des médias.
En l'état, les juges de Luxembourg relèvent que "le Conseil (européen) a manqué à son obligation de vérifier" si l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental sous occupation marocaine se fait ou non au profit de la population de ce territoire.
En désaccord avec cette décision, le Conseil a introduit, le 19 février 2016, un pourvoi devant la Cour de justice européenne. Dans sa demande, le Conseil est soutenu par cinq Etats membres, dont un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal et la France).
Le 9 juin dernier, la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (COMADER) a été autorisée à intervenir dans la procédure, rappelle le Front Polisario dans sa déclaration.
Depuis 2000, l'UE, par l'intermédiaire de la Commission européenne, assure l'application au territoire du Sahara occidental, des accords conclus avec le Maroc, via l'envoi de missions sanitaires et l'agrément des exportateurs marocains, illégalement implantés au Sahara occidental.
A titre de comparaison, l'ensemble des Etats ayant conclu des accords similaires avec le Maroc (Etats-Unis, Suisse, Norvège, Islande, Pays-Bas) excluent systématiquement le Sahara occidental, et ses ressources naturelles, du champ d'application de tels accords, en raison de la non-souveraineté du Royaume du Maroc sur ce territoire.
De même, les produits originaires des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, ou ceux en provenance de la partie nord de Chypre, ne sont pas éligibles aux accords commerciaux conclus par l'Union européenne.
"Dans ces conditions, le Conseil peut-il conclure un accord de libre-échange avec le Maroc, applicable au territoire du Sahara occidental, au mépris des droits fondamentaux du peuple sahraoui ?", s'interroge le Front Polisario, dans sa déclaration, poursuivant "il n'en saurait être question. L'implication de l'Union européenne au Sahara occidental est pour le Royaume du Maroc un moyen de financer sa politique d'annexion, et le Front Polisario déplore ce choix de politique extérieure, qui mine le processus d'autodétermination du Sahara occidental".
"Aussi, seul et unique représentant du peuple sahraoui, le Front Polisario se présentera devant la juridiction suprême de l'Union européenne, pour défendre les droits fondamentaux du dernier peuple colonisé d'Afrique", conclut la déclaration du Front Polisario.
La CJUE avait annulé, le 10 décembre dernier, l'accord agricole entre l'UE et le Maroc en raison de l'application dudit accord au Sahara occidental occupé.
En effet, la population du Sahara occidental n'a pas été consultée, bien que l'ONU ait statué qu'aucune activité de ce genre ne peut être engagée si elle ne répond pas à la volonté de la population du territoire.
Le secrétariat national du Front Polisario avait exprimé en janvier sa satisfaction de la décision de la CJUE d'annuler l'accord agricole et de pêche entre l'UE et le Maroc, qui inclut les territoires occupés du Sahara occidental, insistant sur la nécessité de l'application "urgente" de cette décision.
Le Secrétariat national avait aussi rappelé la responsabilité "historique" et "judiciaire" de l'Espagne envers la décolonisation du Sahara occidental, demandant au Parlement espagnol d'ouvrir une "enquête approfondie" sur les accords de Madrid en 1975 et de "déterminer les responsabilités".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.