La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Polisario réitère sa contestation à l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire sahraoui
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 07 - 2016

Le Front Polisario a affirmé sa contestation de l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire du Sahara occidental, devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), dans une déclaration rendue publique à la veille de la session des plaidoiries mardi à Luxembourg dans l'affaire C-104/16, opposant le Front Polisario au Conseil et la Commission de l'UE.
"Le Front Polisario conteste l'application de l'accord agricole UE-Maroc au territoire du Sahara occidental devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Un accord de libre-échange peut-il inclure les ressources naturelles d'un peuple colonisé, sous occupation étrangère, en violation de ses droits fondamentaux?", s'est interrogé le Front Polisario dans sa déclaration publiée lundi, à la veille des plaidoiries devant ladite cour, et dont le texte intégral a été diffusé par l'agence de presse sahraouie (SPS).
Les plaidoiries dans l'affaire C-104/16, opposant le Conseil et la Commission de l'UE au Front Polisario, s'ouvrent mardi devant la grande chambre de la CJUE.
Après l'audience, le Front Polisario tiendra une conférence de presse dans l'après-midi à Bonnevoie (Luxembourg), a indiqué l'agence sahraouie.
L'accord agricole conclu entre le Maroc et l'UE en 2002, a été contesté par le Front Polisario qui a saisi la Cour européenne de justice pour annulation.
Le 10 décembre 2015, la CJUE a annulé, à la demande du Front Polisario, l'accord agricole au motif qu'il s'appliquait au Sahara occidental alors que ni l'Union européenne ni ses Etats membres ne reconnaissent la souveraineté du Maroc sur ce territoire qu'il occupe depuis 1975.
La Cour de justice de l'UE a ainsi tranché en faveur de la partie sahraouie qui affirme que l'application de cet accord au territoire occupé du Sahara occidental violait le droit international et les engagements de l'UE.
La CJUE, qui siège à Luxembourg, a signé ainsi une décision marquante dans la "bataille diplomatique et désormais juridique", entre le Maroc et le Front Polisario, avaient relevé des médias.
En l'état, les juges de Luxembourg relèvent que "le Conseil (européen) a manqué à son obligation de vérifier" si l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental sous occupation marocaine se fait ou non au profit de la population de ce territoire.
En désaccord avec cette décision, le Conseil a introduit, le 19 février 2016, un pourvoi devant la Cour de justice européenne. Dans sa demande, le Conseil est soutenu par cinq Etats membres, dont un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal et la France).
Le 9 juin dernier, la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (COMADER) a été autorisée à intervenir dans la procédure, rappelle le Front Polisario dans sa déclaration.
Depuis 2000, l'UE, par l'intermédiaire de la Commission européenne, assure l'application au territoire du Sahara occidental, des accords conclus avec le Maroc, via l'envoi de missions sanitaires et l'agrément des exportateurs marocains, illégalement implantés au Sahara occidental.
A titre de comparaison, l'ensemble des Etats ayant conclu des accords similaires avec le Maroc (Etats-Unis, Suisse, Norvège, Islande, Pays-Bas) excluent systématiquement le Sahara occidental, et ses ressources naturelles, du champ d'application de tels accords, en raison de la non-souveraineté du Royaume du Maroc sur ce territoire.
De même, les produits originaires des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, ou ceux en provenance de la partie nord de Chypre, ne sont pas éligibles aux accords commerciaux conclus par l'Union européenne.
"Dans ces conditions, le Conseil peut-il conclure un accord de libre-échange avec le Maroc, applicable au territoire du Sahara occidental, au mépris des droits fondamentaux du peuple sahraoui ?", s'interroge le Front Polisario, dans sa déclaration, poursuivant "il n'en saurait être question. L'implication de l'Union européenne au Sahara occidental est pour le Royaume du Maroc un moyen de financer sa politique d'annexion, et le Front Polisario déplore ce choix de politique extérieure, qui mine le processus d'autodétermination du Sahara occidental".
"Aussi, seul et unique représentant du peuple sahraoui, le Front Polisario se présentera devant la juridiction suprême de l'Union européenne, pour défendre les droits fondamentaux du dernier peuple colonisé d'Afrique", conclut la déclaration du Front Polisario.
La CJUE avait annulé, le 10 décembre dernier, l'accord agricole entre l'UE et le Maroc en raison de l'application dudit accord au Sahara occidental occupé.
En effet, la population du Sahara occidental n'a pas été consultée, bien que l'ONU ait statué qu'aucune activité de ce genre ne peut être engagée si elle ne répond pas à la volonté de la population du territoire.
Le secrétariat national du Front Polisario avait exprimé en janvier sa satisfaction de la décision de la CJUE d'annuler l'accord agricole et de pêche entre l'UE et le Maroc, qui inclut les territoires occupés du Sahara occidental, insistant sur la nécessité de l'application "urgente" de cette décision.
Le Secrétariat national avait aussi rappelé la responsabilité "historique" et "judiciaire" de l'Espagne envers la décolonisation du Sahara occidental, demandant au Parlement espagnol d'ouvrir une "enquête approfondie" sur les accords de Madrid en 1975 et de "déterminer les responsabilités".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.