Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Bejaïa    Championnats d'Afrique de Cyclisme sur piste : trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    La mobilisation pour le changement continue    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    AADL : Distribution de 155 000 logements en février    Règlement de la crise libyenne: une participation accrue à la conférence internationale dimanche à Berlin    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Tebboune recevra, mardi, une délégation de médias    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    Manchester United: le coût d'un licenciement de Solskjaer est connu    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Les tribunaux paralysés hier    Le ministre camerounais des Sports favorable    Le Premier ministre italien aujourd'hui à Alger    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'accord politique en Libye est le socle de la solution, qu'il faut préserver"
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 04 - 2017

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4
ALGER- Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a déclaré à Alger, que l'accord politique en Libye est "le socle de la solution à la crise libyenne", insistant sur l'importance de préserver cet acquis.
"L'accord politique en Libye signé le 17 décembre 2015, est le socle de la solution à la crise en Libye. C'est un processus chapeauté par les Nations unies, que très peu de Libyens rejettent, et qu'il faut sauvegarder", a indiqué M. Messahel, qui a été l'invité lundi de l'émission Questions d'actu de la chaîne Canal Algérie de la télévision nationale.
M. Messahel, qui vient d'effectuer une visite qui l'a conduit dans plusieurs villes libyennes, a ajouté que ça "reste un accord, quelque chose qui n'est pas sacro-saint, qui peut être revu, relu ou/et amendé".
Dans l'une des dispositions de l'accord, a-t-il rappelé, il est bien souligné qu'"à n'importe quel moment les parties (signataires de l'accord) peuvent se revoir, rediscuter, renégocier et revoir des articles s'il y a lieu de le faire, ou alors d'opérer des arrangements".
Le ministre a, dans le même sens, expliqué que sa visite en Libye n'était pas destinée à présenter une initiative, ou un projet, ni une architecture, ni encore moins une solution, parce que, a-t-il estimé, les Libyens "ont la capacité de le faire, et ils ont (...) une plateforme qui est là, et qu'ils peuvent revoir".
M. Messahel a également fait remarquer que l'accord politique gère une période de transition et celui-ci n'"est pas la solution définitive", qui viendra après l'"élaboration d'une nouvelle constitution et la tenue des élections". Après cela, a enchainé le ministre, "il y aura la mise en place des institutions de la Libye".
La chambre des représentants libyenne dont le mandat a pris fin en 2015, "ne doit sa survie qu'à cet accord politique. C'est le cas aussi pour le conseil présidentiel", a, en outre, dit le ministre, appelant à l'"enrichissement et l'encouragement de ce type de dialogue".
Dans le cadre de la vision algérienne de ramener tous le monde au même agenda, visant à chercher une solution libo-libyenne et assurer un accompagnement des pays voisins pour les Libyens dans la recherche de leur propre solution, M. Messahel a rappelé avoir pris part, à Washington il y a quelques jours, à la quatrième session du dialogue sécurité et lutte contre le terrorisme.
"J'ai reçu la deuxième session du dialogue sécuritaire avec la Fédération de Russie récemment aussi. Je pars à Rome dans quelques jours dans le cadre de concertation entre l'Algérie et l'Italie. Je pense que le rôle de la communauté internationale c'est un peu le sens de la résolution de 22/59 des Nations Unies", a-t-il indiqué.
"C'est l'exercice auquel l'Algérie ne cesse de s'adonner avec nos partenaires américains, français, italiens, russes et arabes. Aussi, on a un dialogue avec l'Egypte, le Qatar, l'Arabie saoudite, et avec la Turquie, le Royaume-Uni, la Chine, ainsi qu'avec tous les membres du Conseil de sécurité de l'ONU", a assuré le ministre.
"A présent, les Libyens doivent discuter entre eux, le message que nous avons transmis est que la solution doit être libyenne entre Libyens et pour la Libye. Il faut que les gens se rencontrent", a encore insisté le ministre, faisant remarquer, dans le même contexte, que le président de la Chambre des représentants (Saleh Akila) a, pour sa part, affirmé qu'"il faut une solution libo-libyenne en Libye".
Le ministre s'est félicité, en outre, des efforts de réconciliation qui se font entre Libyens, précisant que "les Zentanis et Misratis (en conflit en 2014), ont pu aujourd'hui rétablir le dialogue entre eux, une paix s'est instauré. Il faut les encourager".
"J'ai le sentiment que le déclic peut venir. Toutefois, il faut que ce dialogue soit sans interférence étrangère. C'est très important", a déclaré M. Messahel, mettant en garde contre les interférences qui "créent parfois des problèmes, en raison des agendas et intérêts cachés".
"Mais les gens en Libye sont conscients que la solution ne peut venir que d'eux-mêmes", a réaffirmé le ministre, avant de mettre en exergue que les Libyens sont aussi conscients, que la complexité de la crise dans leur pays, vient du "manque du dialogue ou de l'inexistence d'un tel dialogue".
M. Messahel a également soutenu que "les malentendus viennent du manque du dialogue dans n'importe qu'elle situation", expliquant qu'il suffit que "les gens se mettent autour d'une table, discutent entre eux et négocient pour trouver des compromis".
"La situation est complexe. En même temps, elle n'est pas en inadéquation avec les capacités de ce pays, que ce soit le potentiel humain, économique, culturel ou sociologique". La Libye, un pays de 6 millions d'habitants, recèle un potentiel extraordinaire, dispose de possibilités fabuleuses et de cadres, a argumenté le ministre.
"Il y a de l'espérance, il y a de l'espoir que le processus aboutisse", a conclu M. Messahel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.