Groupe A : L'Ouganda et le Zimbabwe se neutralisent    Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le choc face au Sénégal    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    TERRAINS NON EXPLOITES : Une enquête dévoile les faux investisseurs à Oran    Serdouk Samir, le supporteur algérien expulsé d'Egypte écroué à la prison d'El Harrach    Pacte politique pour une véritable transition démocratique    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Grève et sit-in des avocats à Béjaïa    20 hectares ravagés par les flammes    La prise en charge des malades à revoir    La Protection civile prend les devants    EN : Belmadi ne fait pas de différence entre Baldé et Mané    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer    Le Caire, ville sous haute sécurité    Hanane Ashrawi dénonce    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    Côtelettes d'agneau marinées au four    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Qu'est-ce qu'être algérien aujourd'hui ? éloge du vivre-ensemble    Le vieil esthète n'est pas fatigué !    Un voyage à travers 600 ans d'art universel    La Fondation Casbah condamne    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Les étudiants réclament une Algérie «libre et démocratique»    Le match Sénégal-Algérie dirigé par le Zambien Janny Sikazwe    Pour désigner un successeur à Ouyahia: Session extraordinaire du RND le 6 juillet    L'inflation à 3,6%    Blida: Sept arrestations pour un trafic de 1,5 million de dollars et 600.000 euros    D'énormes potentialités    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    La SDO change de main : Un nouveau directeur installé    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Djellab à Dakar: "L'Algérie continuera à jouer un rôle primordial pour l'intégration économique intra-africaine"    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela / Pouvoir-opposition : le bras de fer
Publié dans Info Soir le 19 - 05 - 2016

Ultimatum n Le président du Venezuela a menacé de relever le niveau de l'état d'exception qu'il a décrété, après des manifestations de l'opposition qui ont été réprimées.
«C'est un recours dont je dispose en tant que chef d'Etat si le Venezuela est le théâtre de violence en vue d'un coup d'Etat et je n'hésiterai pas à le décréter si cela était nécessaire pour combattre en faveur de la paix et la sécurité de ce pays», a-t-il déclaré hier mercredi.
A l'appel de la coalition d'opposition, la Table de l'unité démocratique (MUD), majoritaire au Parlement, les manifestants ont essayé en vain hier mercredi de rejoindre les sièges des autorités électorales dans une vingtaine de villes pour demander l'organisation d'un référendum afin de destituer le chef de l'Etat qui dispose désormais de pouvoirs étendus en matière de sécurité et tente de s'accrocher au pouvoir. L'opposition a également appelé la population comme l'armée à la désobéissance, après que Nicolas Maduro a décrété l'état d'exception. Dans la capitale, Caracas, où 14 stations de métro ont été fermées, compliquant les déplacements, un imposant dispositif policier a bloqué un millier de manifestants, dont les chefs de l'opposition. La police vénézuélienne les a dispersés par des tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. «Maduro dehors !» et «référendum, référendum !», criait la foule. Portant des tenues antiémeutes, des centaines de policiers, dont certains à moto, ont dispersé les manifestants qui ont riposté en jetant des projectiles.
Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs arrestations musclées, à Caracas et en province, où les autorités n'avaient pas autorisé ces manifestations. Le bras de fer entre chavistes (du nom du président défunt Hugo Chavez et mentor de Nicolas Maduro) et antichavistes s'est intensifié depuis que l'opposition a collecté début mai 1,8 million de signatures pour déclencher le processus d'un référendum, qu'elle veut organiser d'ici à fin 2016. Sur les réseaux sociaux, les photos et les vidéos d'actions de protestation ou de pillages se multiplient dans ce pays qui connaît le taux d'inflation le plus élevé du monde (700% prévu par le FMI pour 2016). La mobilisation d'hier mercredi intervient après une brusque crispation des deux camps : l'opposition a appelé l'armée et la population à la désobéissance, tandis que le président Maduro a invoqué une «fraude» pour que le référendum n'ait pas lieu. «Nous ne voulons pas de bain de sang ou de coup d'Etat», a déclaré pendant la manifestation le président de l'Assemblée qui plaide pour «un règlement pacifique» de cette crise politique. «Le référendum peut avoir lieu cette année et vous le savez. Evitons une explosion», a renchéri le principal leader des antichavistes Henrique Capriles. Le vice-président vénézuélien leur a répondu de patienter jusqu'au prochain scrutin présidentiel. «Cela se décidera à une élection, elle se gagne ou elle se perd. Maduro a été élu pour une période déterminée (2013-2019), attendez votre élection. Si vous gagnez, Maduro passe le pouvoir, tranquille. Quel est le problème ?», a-t-il déclaré. Refuser d'écouter l'opposition fait de Nicolas Maduro un «dictateur en herbe», a commenté le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.