COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela / Pouvoir-opposition : le bras de fer
Publié dans Info Soir le 19 - 05 - 2016

Ultimatum n Le président du Venezuela a menacé de relever le niveau de l'état d'exception qu'il a décrété, après des manifestations de l'opposition qui ont été réprimées.
«C'est un recours dont je dispose en tant que chef d'Etat si le Venezuela est le théâtre de violence en vue d'un coup d'Etat et je n'hésiterai pas à le décréter si cela était nécessaire pour combattre en faveur de la paix et la sécurité de ce pays», a-t-il déclaré hier mercredi.
A l'appel de la coalition d'opposition, la Table de l'unité démocratique (MUD), majoritaire au Parlement, les manifestants ont essayé en vain hier mercredi de rejoindre les sièges des autorités électorales dans une vingtaine de villes pour demander l'organisation d'un référendum afin de destituer le chef de l'Etat qui dispose désormais de pouvoirs étendus en matière de sécurité et tente de s'accrocher au pouvoir. L'opposition a également appelé la population comme l'armée à la désobéissance, après que Nicolas Maduro a décrété l'état d'exception. Dans la capitale, Caracas, où 14 stations de métro ont été fermées, compliquant les déplacements, un imposant dispositif policier a bloqué un millier de manifestants, dont les chefs de l'opposition. La police vénézuélienne les a dispersés par des tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. «Maduro dehors !» et «référendum, référendum !», criait la foule. Portant des tenues antiémeutes, des centaines de policiers, dont certains à moto, ont dispersé les manifestants qui ont riposté en jetant des projectiles.
Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs arrestations musclées, à Caracas et en province, où les autorités n'avaient pas autorisé ces manifestations. Le bras de fer entre chavistes (du nom du président défunt Hugo Chavez et mentor de Nicolas Maduro) et antichavistes s'est intensifié depuis que l'opposition a collecté début mai 1,8 million de signatures pour déclencher le processus d'un référendum, qu'elle veut organiser d'ici à fin 2016. Sur les réseaux sociaux, les photos et les vidéos d'actions de protestation ou de pillages se multiplient dans ce pays qui connaît le taux d'inflation le plus élevé du monde (700% prévu par le FMI pour 2016). La mobilisation d'hier mercredi intervient après une brusque crispation des deux camps : l'opposition a appelé l'armée et la population à la désobéissance, tandis que le président Maduro a invoqué une «fraude» pour que le référendum n'ait pas lieu. «Nous ne voulons pas de bain de sang ou de coup d'Etat», a déclaré pendant la manifestation le président de l'Assemblée qui plaide pour «un règlement pacifique» de cette crise politique. «Le référendum peut avoir lieu cette année et vous le savez. Evitons une explosion», a renchéri le principal leader des antichavistes Henrique Capriles. Le vice-président vénézuélien leur a répondu de patienter jusqu'au prochain scrutin présidentiel. «Cela se décidera à une élection, elle se gagne ou elle se perd. Maduro a été élu pour une période déterminée (2013-2019), attendez votre élection. Si vous gagnez, Maduro passe le pouvoir, tranquille. Quel est le problème ?», a-t-il déclaré. Refuser d'écouter l'opposition fait de Nicolas Maduro un «dictateur en herbe», a commenté le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.