Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé à Oued Fodda    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fête du tapis d'Aït Hichem: la 10e édition sous le signe de la renaissance
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 08 - 2017

La 10ème édition de la fête du tapis traditionnel d'Ath Hichem, dans la commune d'Aït Yahia, (daïra d'Aïn El Hammam, dans la wilaya de Tizi Ouzou) s'est ouverte jeudi au niveau de l'école primaire du village sous le signe de la renaissance et de retour au bercail.
Se réappropriant l'évènement après une absence de trois années consécutives, les tisseuses des Aït Hichem ont tout mis en place pour assurer la réussite de cette manifestation réservée exclusivement à l'artisanat traditionnel du tapis qui survit malgré les contraintes et les aléas du temps.
Dans une ambiance festive, marquée par une forte présence des visiteurs et des amateurs de ce métier ancestral que seul ce village a su sauvegarder contrairement à d'autres villages de Kabylie, qu'a été donné le coup d'envoi de cette 10ème édition.
Un retour au bercail que les habitants d'Aït Hichem ont vécu en présence des autorités locales de la wilaya de Tizi Ouzou et du représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat qui a rappelé, lors de la prise de parole, l'engagement de l'Etat à sauvegarder ce patrimoine matériel, témoin d'une civilisation lointaine et d'une richesse culturelle inestimable.
Le tapis d'Aït Hichem revêt une dimension nationale et internationale
L'année dernière il a été exposé au village mondial consacré à l'artisanat à Dubaï.
Le ministère du tourisme et de l'artisanat assurera son accompagnement aux tisseuses locales dans la préservation et la promotion de ce métier à travers la formation, la disponibilité de la matière première, en vue d'en faire un produit capable de conquérir d'autres marques sur le marché international.
Le représentant du ministère a invité, par ailleurs, les tapissières d'Aït Hichem à innover et introduire des touches modernes sur le tapis, à l'image de l'introduction des couleurs en vue d'en faire un label mondialement connu qui contribuera à la préservation du patrimoine local mais au développement économique de la région.
Des problèmes qui freinent le développement du métier
La présidente de l'association des femmes tisseuses pour la sauvegarde et la promotion du tapis d'Aït Hichem Azetta qui organise la fête après trois années de délocalisation au niveau du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, a saisi l'opportunité de la présence des autorités pour soulever certaines doléances qui freinent le développement de la filière, à l'image la création d'un centre d'estampillage du tapis d'Aït Hichem qui permettra sa commercialisation sur le plan international.
Taous Aït Ouazou a rappelé, dans ce sillage, que l'estampillage se fait actuellement au niveau de Tipasa au profit des tisseuses locales en l'absence d'une structure chargée de l'opération au niveau du village.
Elle a également abordé les difficultés liées au manque de la matière première (la laine) que les tapissières et tapissiers sont contraints de commander à Ghardaïa ou Ouargla ce qui retarde le bon déroulement de l'opération de tissage.
Les tisseuses, appuyées par le comité de village d'Aït Hichem, ont demandé également la réouverture de l'école de tissage de la région ouverte pour la première fois en 1892 pour fermer en 2008 pour absence de stagiaires, a-t-elle observé.
La remise en service de l'établissement permettra, en effet, d'assurer la relève et de former les jeunes filles sur ce métier qui connaît un recul de nombre de femmes qui l'exercent depuis quelques années, a-t-elle souligné.
L'aménagement d'un hall d'exposition permanent au niveau de cette même école, transformée en centre de formation professionnelle qui servira également d'espace de vente au profit de ces artisanes qui n'ont pas d'autres revenus, constituera un atout pour la promotion de l'activité du tissage, a-t-on fait savoir.
La 10ème édition de la fête du tapis a vu, cette année, la participation de 14 tisseuses d'Aït Hichem et une trentaine d'autres artisans de différents métiers issues de différentes localités et d'autres wilayas du pays tel que de Ghardaïa, Touggourt, Tipasa, Khenchela et Ouargla, a-t-on précisé.
Outre les expositions-vente du tapis et d'autres produits de l'artisanat comme le bijou, les organisateurs ont inscrit au programme de la manifestation, qui se poursuivra jusqu'au 21 août prochain, des conférences sur l'artisanat traditionnel du tapis, l'estampillage et la sauvegarde du patrimoine, ainsi que de l'animation artistique et des représentations théâtrales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.