Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance du PIB de l'Afrique du nord devrait atteindre 3,6% en 2018
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 10 - 2017

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique du Nord devrait se maintenir à 3,1% en 2017 (même taux enregistré en 2016) avant de monter à 3,6% en 2018, a indiqué la Banque africaine de développement (BAD) dans ses perspectives de croissance publiées sur son site web.
En 2016, l'Afrique du nord a enregistré un taux de croissance de l'ordre de 3,1%, grâce à la reprise économique en Egypte (croissance de 4,3%) et en Algérie (3,3%), précise la BAD. Toutefois, cette banque régionale met en garde contre les incertitudes politiques persistantes et une réduction de la production pétrolière en Libye, qui continuent de peser sur la croissance dans la région. La Libye pourrait même enregistrer une croissance négative de -4,9 % en 2017 et de -3,9 % en 2018, selon la BAD.
Pour rappel, dans le rapport "perspectives économiques en Afrique", publié en mai 2017, il a été indiqué qu'il faut procéder de toute urgence et de manière soutenue à une diversification économique et à une transformation structurelle pour éviter la répétition de phases successives d'expansion et de récession dans le sillage de la volatilité des prix des produits de base.
Une demande intérieure soutenue et des investissements publics réguliers dans les infrastructures ont également contribué au maintien de la croissance dans plusieurs pays, souligne la BAD.
Au-delà de l'accumulation de capital physique, la productivité de ces investissements s'avère importante pour une croissance durable et doit rester un domaine politique prioritaire, note la même source.
"Les déficits budgétaire et des comptes courants devraient se résorber grâce à un regain de vitalité des exportations et à une hausse des recettes publiques. Mais pour autant, les gouvernements africains doivent résister à la tentation de se rattraper? sur les dépenses qui avaient été suspendues ces deux dernières années, car les déficits s'en verront autrement exacerbés", affirme la BAD.
Par région, le rapport indique que l'Afrique de l'Est demeure la région qui connaît la croissance la plus dynamique estimée à 5,1% pour 2016 et elle devrait atteindre 5,4% en 2017 et 5,8% en 2018.
Une forte demande intérieure et des dépenses publiques élevées dans les infrastructures sont les principaux facteurs de cette croissance en Afrique de l'Est, explique la BAD. Elle est suivi de l'Afrique du Nord qui a enregistré le deuxième plus fort taux de croissance. Pour ce qui est de la croissance de l'Afrique australe, elle restée "mitigée" à 0,9% en 2016, contre 1,6% en 2015.
Toutefois, une amélioration escomptée de la performance de l'Afrique du Sud, avec un taux de croissance de 0,3% en 2016, de 1,2% en 2017 et 1,3% en 2018, devrait relancer la croissance globale de cette région du continent.
La croissance dans cette région devrait atteindre 2% en 2017 et 2,3% en 2018, une amélioration portée par une production minière accrue qui fait suite à une légère hausse des prix des produits de base, selon les prévisions de la BAD.
De même, en Afrique de l'Ouest et Afrique centrale, régions où la production de pétrole tient un rôle central dans l'économie, la croissance a fortement baissé, passant de 0,5% en 2015 à 0,4% en 2016.
Dans cette région, la récession économique au Nigeria a complètement masqué les très bonnes performances enregistrées en Sierra Leone, au Togo, en Côte d'Ivoire et au Sénégal, ces deux derniers pays affichant les économies à plus forte croissance de la région.
L'économie du Nigeria, qui représente 72,4% du PIB global de la région d'Afrique de l'Ouest, s'est contractée de 1,5% en 2016, alors que l'expansion moyenne des économies des quatre autres pays, qui ensemble représentent 10% environ du PIB régional, s'est élevée à 6%.
Pour ce qui est de l'Afrique de l'Ouest, elle devrait connaître une amélioration de sa croissance, avec un taux de 2,5 % en 2017 et de 4 % 2018, en raison principalement d'un redressement de la production pétrolière au Nigeria et de la hausse des prix des produits de base.
Concernant l'Afrique centrale, le rapport de la BAD a indiqué qu'elle a vu sa croissance freinée par les faibles performances de la Guinée équatoriale et du Tchad, dont les économies se sont contractées respectivement de 7,3% et de 6,4%, outre la République du Congo qui a connu elle aussi une contraction de 2,4%.
Les données actualisées de la Banque africaine de développement indiquent que la République centrafricaine devrait toutefois enregistrer une croissance en hausse en 2017 et 2018, avec un taux de 1,6% et 3,1% respectivement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.