Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quatre syndicats se retirent de la Charte d'éthique éducative
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 12 - 2018

Quatre syndicats relevant du Collectif des syndicat autonome du secteur de l'Education ont décidé de se retirer de la Charte d'éthique éducative, signée en 2015 par la tutelle, huit (08) syndicats et deux associations des parents d'élèves, indique mardi le Collectif dans un communiqué.
Il s'agit de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (UNPEF), du Syndicat autonome des travailleurs de l`éducation et de la formation (SATEF), du Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE) et du Syndicat national autonome des professeurs de l`enseignement secondaire et technique (SNAPEST), précise le communiqué qui fait état de la solidarité du Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) et du Conseil des lycées d'Alger (CLA), non signataires de la Charte, pour le boycott de "toutes les activités et réunions du ministère" en réaction "au non respect de la tutelle de ses engagements".
Exprimant leur "réprobation" du traitement réservé par le ministère aux syndicats tant au niveau local que national, qui est, ont -ils ajouté, "contraire à un véritable partenariat social", les quatre syndicats estiment que l'objectif réel est de "restreindre la liberté d'exercer le droit syndical", et ce, à travers l'annulant du double Procès verbal de réunion, la non garantie de locaux pour les syndicats et l'entrave du droit des représentants syndicaux de se consacrer pleinement à leur mission ainsi que celui de recourir à la justice pour le règlement des conflits collectifs".
Ils ont dénoncé, en outre, la méthode de travail des commissions mises en place, notamment en ce qui concerne les dossiers des oeuvres sociales et du Statut particulier, ajoute le communiqué qui fustige l'approche adoptée pour les réformes sans associer les syndicats.
La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, avait signé, le 29 novembre 2015, avec 8 syndicats de l'Education et des associations des parents d'élèves la Charte d'éthique éducative en vue d'assurer la stabilité du secteur.
Il s'agit de l`Union nationale des personnels de l`Education et de la formation (UNPEF), le syndicat national des travailleurs de l`éducation et de la formation (SATEF), la Fédération nationale des travailleurs de l`éducation (FNTE), l`Union nationale des personnels de l`éducation (UNPE) affiliée à l`UGTA, le Syndicat national autonome des professeurs de l`enseignement secondaire et technique (SNAPEST), le syndicat national autonome des professeurs de l`enseignement primaire (SNAPEP), le syndicat national des corps communs et ouvriers professionnels de l`éducation nationale (SNCCOPEN), et le syndicat national des travailleurs de l`éducation (SNTE).
La Charte, signée également par les parents d`élèves, représentés par l`association des parents d`élèves et la Fédération nationale des associations des parents d`élèves (FNAPE), défini les droits et obligations de toutes les parties de la communauté éducative en vue d'instaurer un climat permettant d'atteindre une école de qualité.
Le ministère de l'Education nationale avait affirmé que ce document de référence pour le secteur "ne constitue, en aucun cas, une entrave au droit de grève", qui est droit constitutionnel.
La Charte dont les fondements sont les textes fondamentaux régissant le secteur et l`expérience de l`Algérie en matière de politique et de gestion éducatives s'appuie à un consensus autour de quatre principes, à savoir l`intégrité, le respect, la compétence professionnelle et la préservation de la stabilité au sein des établissements éducatifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.