Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blida: le palais Aziza en passe de retrouver son lustre d'antan
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 05 - 2019

Le palais Aziza de Beni Tamou (Blida) devrait retrouver son lustre d'antan avant la fin de l'année en cours, suite à la programmation d'une opération de relogement au profit des familles l'occupant actuellement, pour sa transformation en musée.
Une fois ce monument historique, unique du genre dans la région, "restitué", la commune déshéritée de Beni Tamou sera promue en une destination culturelle touristique de choix pour tous les amoureux de l'histoire des différentes wilayas du pays.
"Les familles, au nombre de neuf, résidant depuis 1962 au palais Aziza seront relogées avant la fin de l'année en cours, en vue de la transformation de la bâtisse en musée, après restitution de son cachet originel islamique", a annoncé à l'APS le secrétaire général de la commune de Beni Tamou, Mohamed Hadj Amar, précisant que ces familles ont été programmées pour faire partie des bénéficiaires d'un projet de 150 logements destinés à l'éradication de l'habitat précaire, actuellement en cours de concrétisation, à la cité "Zouani " de Beni Tamou.
"Le projet sera réceptionné en septembre prochain, ou au plus tard avant la fin de l'année", a-t-il assuré.
Mohamed Hadj Amar a justifié le retard mis dans le relogement de ces familles par le fait que ces dernières ont toujours refusé les propositions, en la matière, qui leur ont été faites par les autorités locales, la dernière en date étant une opération de relogement en 2016, dont des décisions d'affectation leur ont été destinées avant d'être annulées car, a-t-il souligné, "ils avaient refusé leur relogement, en exprimant leur souhait de demeurer dans la commune de Beni Tamou".
"Cette doléance a été prise en considération, car il s'agit de familles algériennes, qui de plus relèvent de familles de chouhadas et de moudjahidines, dont les parents ont beaucoup donné pour l'indépendance de l'Algérie, mais qui au lendemain de l'indépendance n'ont pas trouvé d'autre lieu où loger, que le palais Aziza", a encore expliqué Hadj Amar.
Intervenant, à son tour, un jeune homme lui coupe la parole pour lancer un appel aux autorités locales en vue de "leur évacuation de cette bâtisse historique, dans les plus brefs délais".
Il a notamment déploré le fait que les promesses des responsables locaux soient demeurées "lettres mortes, en dépit de la gravite de notre situation", a-t-il estimé.
Le palais Aziza remonte à l'époque de la présence Ottomane en Algérie, précisément à l'année 1797, quand le Dey Hussein avait construit deux palais à sa fille Aziza, suite à son mariage avec le Bey de Constantine, le 1er à la Casbah d'Alger et le second à Beni Tamou.
Tombée amoureuse du palais de Beni Tamou, la fille du Dey y passa une grande partie de sa vie, car elle appréciait particulièrement le climat doux de la région et ses beaux paysages offrant une vue imprenable sur les monts de Chréa.
La bâtisse avait été exploitée au début du colonialisme français, en tant que prison, avant sa transformation en caserne militaire, puis en résidence du parachutiste Lagarde jusqu'en 1962.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.