Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milliers de citoyens marchent à travers les wilayas pour appeler au respect de la volonté du peuple
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 06 - 2019

Des milliers de citoyens sont sortis dans la rue à travers plusieurs wilayas du pays pour le 19ème vendredi consécutif pour appeler au "respect de la volonté du peuple'' et "au changement radical", ont constaté des journalistes de l'APS.
Au rendez-vous de chaque vendredi, même si moins nombreux que les marches précédentes, des citoyens à Constantine ont battu le pavé des boulevards Mohamed Belouizdad et Abane Ramdane du centre ville, appelant à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution stipulant que "Le peuple est la source de tout pouvoir".
Depuis Oum El Bouaghi et Skikda, brandissant l'emblème national, les citoyens qui ont bravé une journée particulièrement caniculaire, ont conditionné l'ouverture d'un dialogue par le départ des 3 B. "Pas de dialogue avant le départ des 3 B (Bensalah, Bedoui, Bouchareb ndlr)", scandait la foule.
A Mila et El Tarf, nombre de marcheurs étaient enveloppés du drapeau national, réclamant Une "Algérie libre et démocratique" et scandant "Non à la Fitna et au régionalisme''.
Soulignant leur détermination à continuer leur lutte pacifique, jusqu'à la satisfaction de leur revendication principale, les citoyens des villes de Annaba, Khenchela et Souk Ahras ont salué le rôle de la justice dans la lutte contre la corruption et réitéré leurs revendications pour un "changement radical du système politique actuel".
Entonnant des chants patriotiques et criant "Djazaïr Horra, démocratiya" (Algérie libre et démocratique), les manifestants dans la wilaya de Sétif ont réitéré leur appel à l'unité et la préservation du pays "Arabes, kabyles, tous des Algériens".
De Batna, les manifestants scandaient "Silmiya, silmiya" (pacifique, pacifique) et "Djeich chaab Khawa Khawa" (peuple et armée sont frères).
A Guelma, les citoyens au rendez vous comme lors des vendredis précédents ont sillonné les principales artères de la ville, scandant "Oui à des élections chapeautées par des compétences nationales".
Au centre du pays, ils étaient des centaines de citoyens à participer à des marches pacifiques pour réaffirmer leur détermination à manifester publiquement jusqu'à la satisfaction de la revendication populaire de "changement radical du système de gouvernance".
A Blida, Chlef, Ain Defla, Tipasa, Medéa et Djelfa où le nombre des manifestants a baissé, vraisemblablement en raison des fortes chaleurs enregistrées dans ces wilayas, les manifestants ont réitéré leurs demandes de "départ du gouvernement actuel" et de poursuite du jugement des tous les responsables impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics", appelant au "respect de la souveraineté populaire" et à "l'unité du peuple".
Manifestations sous le signe de la fraternité
Dans les wilayas de Bouira, Bejaia, Tizi-Ouzou et Boumerdes, les manifestants, qui étaient "armés" de casquettes et de bouteilles d'eau pour affronter la canicule qui sévit dans la région, ont déployé l'emblème national et le drapeau amazigh, et demandé, en plus du changement du système, la "cessation des poursuites judiciaires" contre les manifestants interpelés le 21 juin dernier à Alger et exprimé leur attachement à leur identité amazighe reconnue dans la Constitution. Ils ont aussi insisté sur l'unité du peuple en scandant "les Algériens Khawa Khawa".
A Tizi-Ouzou un hommage particulier a été rendu au chantre de l'amazighité, le chanteur Matoub Lounes, assassiné par un groupe terrorise armé le 25 juin 1998. Sa Sœur, Malika Matoub et des membres de la Fondation Matoub Lounes, ont participé à la marche pour demander la vérité sur l'assassinat du "Rebelle", tandis qu'à Medéa, une mobilisation plus implorante que celle des marches précédentes a été enregistrée ce 19eme vendredi du Hirak.
Dans l'ouest du pays, les manifestants ont réitéré les revendications de réformes radicales et le départ des symboles du système tout en appelant à la sauvegarde de l'unité nationale. Les manifestants qui portaient l'emblème national, ont appelé à la poursuite de la lutte contre la corruption, exprimant leur refus d'élections présidentielles tant que les trois B sont encore au pouvoir.
A Oran et ce, malgré la hausse du mercure, ce sont des centaines de citoyens qui sont sortis dans la rue pour participer à une marche qui a démarré de la place du 1er novembre pour rallier le centre-ville jusqu'au pont Zabana, pour réaffirmer leur soutien aux revendications du mouvement populaire, répétant des slogans appelant au départ du gouvernement Bedoui et l'instauration d'un Etat de droit.
Les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "mettre en échec le plan de la mafia au col blanc" et "Djeich Chaab Khawa-khawa", mettant en garde tous ceux parmi les infiltrés qui tentent de prendre la vague de ce mouvement.
A Mostaganem, les citoyens qui ont pris part à une marche depuis le siège de l'APC, ont sillonné les artères de la ville en réaffirmant leur attachement aux revendications du hirak populaire notamment le départ des symboles du système et rendre la parole au peuple. Ils ont insisté sur le départ du reste du système et particulièrement les B restant (Bouchouareb, Bensalah et Bedoui).
A Relizane, les manifestants ont aussi appelé au départ des symboles du système et aux poursuites judiciaires à l'encontre de toux ceux impliqués dans des affaires de corruption. Ils ont dit refuser toute élection qui sera présidée par les figures actuelles du système, appelant à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution.
Les mêmes revendications et slogans ont été repris par les participants à la marche à Aïn Témouchent, réaffirmant leur soutien à un changement radical et pour écarter à jamais les restes du système.
Les wilayas de Naama, El Bayadh, Tissemsilt, Saïda et Sidi Bel-Abbes ont été le théâtre de marches similaires.
Dans les régions du Sud, les manifestations populaires pour appeler au changement politique sont prévues après la prière d'El-Asr, en fin d'après-midi, en raison des chaleurs caniculaires affectant la région, à l'instar des wilayas d'Adrar, El-Oued, Laghouat, Tindouf, Ouargla et Ghardaia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.