Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: offensive turque, condamnations et menaces de sanctions américaines
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 10 - 2019

La Turquie a lancé mercredi, comme elle s'y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, suscitant une vague de condamnations internationales et des menaces de sanctions américaines.
Le ministère turc de la Défense a annoncé mercredi soir que des militaires turcs et leurs supplétifs syriens avaient pénétré en Syrie, marquant le début de la phase terrestre de l'opération. "Les forces aériennes et l'artillerie ont jusqu'ici frappé 181 cibles appartenant au groupe terroriste", a précisé le ministère sur Twitter.
L'objectif affiché de l'offensive d'Ankara, menée avec des supplétifs syriens, est d'éloigner de la frontière la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), considérées par Ankara comme une organisation "terroriste" pour ses liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).
D'après les médias turcs, la Turquie envisage dans un premier temps de prendre le contrôle d'une bande de territoire à la frontière, longue de 120 kilomètres et profonde d'une trentaine de kilomètres.
Pour Ankara, l'offensive doit permettre la création d'une "zone de sécurité" où pourront notamment être installés une partie des 3,6 millions de réfugiés Syriens vivant en Turquie.
Après avoir bombardé des secteurs frontaliers, Ankara a lancé son opération terrestre mercredi soir et ses forces ont franchi la frontière.
Mais l'offensive ne semble pas avoir véritablement progressé et les forces kurdes ont annoncé avoir bloqué deux tentatives d'incursion dans les secteurs frontaliers de Ras al-Aïn et de Tal Abyad qu'elles contrôlent.
Jeudi matin, les raids de l'aviation turque ont repris entre les deux villes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des milliers de civils fuient les frappes aériennes et tirs d'artillerie.
"De violents affrontements" se déroulent dans les zones de Ras al-Aïn et Tal Abyad, d'après un responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes dominée par les YPG, alliée aux Occidentaux dans la lutte contre les terroristes de "Daech".
Au moins 19 combattants des forces kurdes et huit civils ont été tués mercredi par les frappes aériennes et les tirs d'artillerie de l'armée turque, selon l'OSDH.
Craintes et réunion du Conseil de sécurité
L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence de Daech, et une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU doit avoir lieu jeudi. Elle a été condamnée par plusieurs nations occidentales, qui craignent une résurgence de Daech et l'incertitude quant au sort des milliers de terroristes prisonniers des FDS.
Dans le sillage des réactions enregistrées, l'Algérie, un communiqué du ministère des Affaires étrangères, a indiqué suivre avec une "grande préoccupation" les évènements "dangereux" survenus dans le nord de la Syrie, et réaffirmé son "rejet catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des pays en toutes circonstances.
Pour sa part, le président américain, Donald Trump, a espéré que son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, agirait de manière "rationnelle" et "humaine", promettant "d'anéantir" l'économie de la Turquie en cas d'offensive "injuste".
En début de semaine, c'est pourtant le retrait des troupes américaines de secteurs frontaliers en Syrie et les déclarations contradictoires de la Maison blanche qui ont ouvert la voie à l'offensive.
De son côté, la France a "très fermement" condamné l'incursion turque, qui "doit cesser". Même exigence du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
Quant à l'Allemagne, elle a estimé que l'opération risquait de "provoquer une résurgence" de l'EI/Daech, alors que Londres a exprimé sa "sérieuse préoccupation".
Par ailleurs, avant le déclenchement de l'offensive, le président russe Vladimir Poutine avait appelé M. Erdogan à "bien réfléchir".
L'Egypte a, pour sa part, jugé cette "attaque inacceptable", au moment où l'Arabie Saoudite a condamné "l'agression" de la Turquie en Syrie.
De son côté, l'Iran a appelé à "une cessation immédiate" de l'offensive turque, alors que la Chine a appelé au "respect de la souveraineté syrienne".
Dans le même contexte, la Ligue arabe a convoqué une réunion d'urgence samedi pour discuter de l'offensive tandis que le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Stef Blok, a exhorté la Turquie à cesser cette offensive militaire.
Amnesty International a souligné qu'"à la fois les forces turques et kurdes" avaient, "dans le passé, mené des attaques aveugles en Syrie" ayant fait de "nombreuses victimes parmi les civils". L'ONG a exhorté à faire en sorte que "cela ne se reproduise pas".
Du côté de Damas, le gouvernement syrien s'est engagé à "contrecarrer toute agression" de la Turquie, se disant prêt à "accueillir dans son giron" la minorité kurde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.