LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie aspire à renforcer ses relations avec la Russie pour les hisser au niveau de l'entente politique    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Résonances autour d'une année de contestations    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire du montage automobile: l'homme d'affaires Bairi auditionné par le juge
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2019

Le juge du Tribunal de Sidi M'hamed a auditionné, jeudi après-midi, l'homme d'affaires Mohamed Bairi, accusé dans des affaires de corruption liées essentiellement à l'activité de montage automobile, et qui a nié catégoriquement "avoir bénéficié d'avantages quelconques et d'exonérations fiscales".
En réponse au chef d'accusation de dilapidation de 11.000 milliards de centimes dans le dossier du montage automobile, Bairi a déclaré "n'avoir jamais entendu parler de ce chiffre", précisant "avoir tenu à installer une usine temporaire, employant 450 salariés, à Bouira en attendant l'acceptation de son dossier d'établissement d'une usine à Ouled Haddadj".
Après avoir rappelé que son usine "avait sorti en l'espace de trois (3) ans 459 véhicules", l'accusé a estimé "être un enfant du secteur" étant donné que sa famille active, depuis 1920, dans le commerce et les matériaux de construction .
Niant en bloc avoir reçu des avantages en rapport avec cette usine, l'homme d'affaires a dit qu'il aurait dû être le premier opérateur à obtenir un agrément car c'est son métier. "D'ailleurs, je m'interroge encore sur les raisons pour lesquelles je n'ai pas été inclus sur la liste des opérateurs agréés", a-t-il ajouté.
Interrogé sur la concession à son profit d'un terrain en 2016, Bairi a rétorqué que ce terrain qu'il n'avait pas sollicité était "inadapté" et qu'il avait demandé plutôt un foncier dans la région d'Ouled Haddadj, lequel lui a été refusé.
"Je n'ai jamais sollicité l'ex-wali Zerhouni ni quiconque d'autre pour obtenir un terrain à Bouira ou à Boumerdes. J'ai déposé mon dossier en tant qu'investisseur mais je n'ai jamais demandé un terrain agricole", a-t-il allégué.
Réagissant à cette accusation, il a déclaré "si j'avais su qu'investir dans mon pays pouvait me conduire en prison, je me serais abstenu", ce à quoi le juge a rétorqué que "l'investissement est régi par des lois" bien précises. Et d'enchaîner en l'interrogeant sur les pertes occasionnées au Trésor publics de montants de 772 millions de DA et de 720 millions de DA en raison de la mauvaise exploitation de ce terrain.
Dans sa réponse, Bairi a soutenu qu'il n'avait pas "exigé" de lieu précis pour investir et qu'à ce jour, il n'avait pas reçu de permis de construire relatif à ce projet, reconnaissant néanmoins avoir pris connaissance de ces deux chiffres à travers une étude comparative réalisée par des parties qu'il n'a pas nommées.
Précisant avoir signé, le 5 mars 2018, le cahier de charges relatif à la réalisation de cette usine, il a affirmé n'avoir pas reçu, à ce jour, de réponse de l'Agence nationale de développement de l'investissement (ANDI).
Les déclarations de l'accusé ont été conformes à celles du témoin Brahimi Ghania, représentante de l'Inspection des impôts d'Alger-est, qui a fait savoir que M. Bairi "n'a jamais bénéficié d'avantages fiscaux", ajoutant qu'il n'avait pas de dette fiscale et qu'il a toujours respecté ses engagements en la matière.
Demandant la parole, le prévenu a fait état de "dettes en suspens relatives aux projets de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (ANSEJ) et de la Caisse nationale d'assurance-chômage (CNAC) d'une valeur de 84 milliards de centimes".
Rappelant qu'il exerce dans le domaine de l'importation depuis 30 années, il a tenu à préciser que 80% de ses biens déclarés proviennent de l'héritage familial.
Appelé en tant que témoin, l'ex wali de Boumerdes Yamina Zerhouni a fait savoir que le terrain de Boumerdes avait été transféré du temps de l'ancien wali et que Bairi avait été notifié de l'approbation.
Soulignant, à ce propos, que "le dossier Bairi a été traité au temps du wali qui m'a précédé", elle a précisé qu'elle "avait donné la priorité aux dossiers approuvés, et que d'autres dossiers avaient été annulés après étude et vérification".
"Le dossier Bairi m'avait été présenté par la directrice de l'industrie de la wilaya de Boumerdes, Mme Safia Belhout, oui monsieur le juge elle était présente et tout s'est passé en sa présence. Et Dans le souci de préserver le service public, j'ai du traité tous les dossiers en instance, par la validation ou le rejet pour non conformité au cahier de charges et à la loi", a-t-elle déclaré.
Rétorquant à ces déclarations, la directrice de l'industrie de la wilaya de Boumerdes Safia Belhout a affirmé qu'elle n'était pas à son poste lors de l'examen du dossier Bairi par la Direction générale du domaine national, car elle était en formation en Chine, reconnaissant n'avoir pas pris connaissance du dossier mais qu'elle était membre de la commission qui avait validé le dossier du temps du wali ayant précédé Mme Zerhouni.
L'audience se poursuit par l'audition de l'homme d'affaires Hassan Larbaoui, propriétaire de l'Usine de montage de véhicules (KIA), accusé d'avoir bénéficié d'indus avantages et d'exonérations fiscales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.