Report du procès en appel au 31 janvier    Les messages de Chanegriha    Le dossier de Ali Ghediri pas encore examiné par la chambre d'accusation    Policiers révoqués durant la Décennie Noire : «Nous réclamons notre réintégration»    Les licenciés en droit réclament l'ouverture du concours au CAPA    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Dépôt en ligne des certificats d'arrêt de travail    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Situation politique et questions régionales au menu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 12 - 2019

La campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre prendra fin, dimanche à minuit, après trois semaines de compétition entre les candidats, lors desquelles ils ont œuvré à "faire la promotion" de leurs programmes électoraux et des "solutions" proposées pour le règlement de la crise que traverse le pays.
Lancée le 17 novembre dernier, la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre touche à sa fin, en application des dispositions de la loi organique portant régime électoral qui stipule dans son article 173 que "la campagne électorale est déclarée ouverte vingt-cinq (25) jours avant la date du scrutin et s'achève trois (3) jours avant la date du scrutin".
Lorsqu'un deuxième tour du scrutin est organisé, la campagne électorale des candidats "est ouverte douze (12) jours avant la date du scrutin et s'achève deux (02) jours avant la date du scrutin".
La campagne a été marquée par le respect de "la charte d'éthique des pratiques électorales" par les candidats, laquelle définit une série de normes régissant le processus électoral, en vue de garantir les critères de régularité, de transparence et d'équité entre les candidats, en bannissant tout comportement pouvant compromettre la crédibilité du scrutin.
La campagne s'est distinguée aussi par l'organisation d'un débat télévisé entre les candidats à la Présidentielle, une première en Algérie. Les concernés ont présenté, trois heures durant, leurs propositions pour chaque secteur, en tentant de prouver qu'il s'agit des solutions les plus appropriées et plus efficaces pour le règlement de la crise multidimensionnelle que vit le pays.
Les candidats adaptent leurs discours et revoient leurs enjeux au fil de la campagne électorale
Evaluant les différentes étapes de la campagne électorale, Redouane Bouhidel, enseignant à la Faculté des sciences politiques à l'université d'Alger considère que la campagne a démarré "prudemment", vu les appréhensions quant à un choc avec le Hirak populaire qui compte des personnes opposées à l'organisation de cette élection dans la conjoncture actuelle".
Les candidats, en tentant d'attirer ces personnes, avaient tenu des discours superficiels dans lesquels ils se contentaient de les appeler à se rendre aux urnes, au lieu de détailler leurs programmes.
Aussitôt, le compte-à-rebours enclenché, les candidats ont commencé, dès la deuxième semaine de la campagne électorale, à "conférer une profondeur" à leurs discours, en tentant "de convoiter la masse silencieuse qui peut se décider à la dernière minute", une option qui s'est confirmée en raison de "la difficulté de gagner la confiance des personnes opposées à l'organisation des élections".
La cadence s'est accélérée lors des troisième et dernière semaines de la campagne électorale, particulièrement sur les réseaux sociaux, un espace où les candidats ont tenté de faire la différence, vu "la convergence des points proposés".
Concernant le débat télévisé organisé par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), M. Bouhidel qui l'a qualifié de "formel et symbolique", a estimé également qu'il était "rigide et généraliste", mais reste, en dépit de tout, une première expérience à valoriser pour la consacrer en tradition à même de réunir à l'avenir les adversaires politiques autour d'une même table.
Pour sa part, l'expert Mohamed Lakhdar Maougal a refusé de dresser un tableau sombre du déroulement de la campagne électorale, affirmant que "bien que les promesses des candidats aient été irréalistes et exagérées parfois, au vu de la crise que traverse le pays", "les procès en cours intentés aux individus impliqués dans les dossiers de corruption ont démontré que l'Algérie dispose des ressources financières et qu'il incombe au prochain Président de la République d'agir avec sagesse et clairvoyance afin de faire sortir le pays de cette crise".
"Pour avoir une idée objective de l'acceptation par le peuple de cette élection, il faut d'abord avoir une vision globale du déroulement de la campagne électorale, qui va au-delà de la capitale et des grandes villes".
Il a évoqué à cet effet "l'écho" qu'ont eu certains meetings populaires au niveau de plusieurs wilayas par rapport à d'autres, estimant qu'"Alger n'est pas l'Algérie profonde".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.