Le dossier du journaliste Saïd Boudour renvoyé    La copie prête dans quinze jours    "Sonatrach est une équipe et changer de P-dg n'a pas d'impact"    Entente totale entre l'Algérie et le Qatar    Rezig pointe du doigt les accords commerciaux    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    Le Doyen met la pression sur le Chabab    L'épidémie continue de s'étendre    Liverpool : Alexander-Arnold bat son propre record    Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    Attention, le Mouloudia arrive !    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une exposition de photographies d'art sur le site de Séfar dans le Tassili N'Ajjer à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 01 - 2020

"Sur la route de Sefar, la ville énigme de l'histoire", une exposition de photographies-documentaire de Omar Dib, a été inaugurée samedi à Alger, avec la mise en valeur de l'univers minéral de ce site, situé dans le parc du Tassili N'Ajjer.
Visible jusqu'au 15 février dans le hall de l'Hôtel Sofitel, l'exposition présente vingt et une photographies sans titres, en couleurs et aux différents formats, (90cm X 60cm) et (150cm X 100cm), mises en toiles par l'artiste, offrant au regard du visiteur l'étendue de ce site "somptueux", classé en 1988 "Patrimoine mondial de l'humanité".
Caractérisé, selon l'artiste, par la "pureté de ses atmosphères" et l'"absence de poussière lumineuse", le site de Sefar est présenté dans une série de prises de vues reproduisant l'état naturel du site, sans retouches aucunes, s'étalant dans le profond silence des lieux, à travers une importante zone aux reliefs rocailleux qui forment un grand labyrinthe aux multiples sentiers étroits.
Ordonnant son rendu en deux parties, Omar Dib a choisi de mettre en valeur dans un premier volet intitulé "Sefar noire", la splendeur de ce site au crépuscule, à travers une dizaine de toiles présentées à différents anglesde vue, avec parfois la clarté des étoiles scintillantes de la nuit, pour voir s'enchaîner dans le même élan de beauté, "Sefar blanche", une série d'autant de toiles, restituant les reflets et les ombres des reliefs sousle soleil écrasant du jour.
Suggérant les "prémices d'une ville antérieure", des photographies fixentle regard du visiteur et suspendent le temps aux portes et au cœur de Sefar, alors que d'autres se focalisent sur l'entrée de "Tamrit"et "Ihrir" ou invitent à visiter les alentours de ce site "magique".
Un avant goût sur l'exposition, préparée depuis 2015, est proposé par l'artiste à travers la projection en boucle d'un court documentaire qui revient, à travers des prises de vues en hauteur, sur la splendeur et la beauté du site, appuyé d'une fresque de 230cm X 90cm, rassemblant quelques peintures rupestres, montrant entre autres, des mouflons, la représentation d'une divinité, ou racontant, une scène de chasse, une autre de dressage de dromadaire, ou encore la naissance d'un bébé.
Né en 1990, Omar Dib est un photographe autodidacte, passionné de paysages et de sites d'Algérie dans leur beauté plurielle. Sillonnant et scrutant avec un regard de grand amoureux ces lieux autochtones et leurs "somptueux décors naturels", il entend dédier son œuvre à "la protection du patrimoine algérien et à la sauvegarde de son histoire".
Préférant le désert algérien, qui représente selon lui, "son refuge" de prédilection et son "inégalable" source d'inspiration, l'artiste apprécie dans la pratique de sa passion, "le traitement de l'image", peut-on lire sur le document de présentation.
Omar Dib compte à son actif deux expositions, "Au cœur du désert" (2017) et "Quelque part en Algérie" (2018) avec 60 et 50 photographies respectivement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.