Mancity : Guardiola fait une annonce de taille pour son avenir    Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur    Man City : Sterling est fan de Zidane    Centre nautique d'Oran: piscines dotées de bassins en Inox, une première en Afrique    Arbitrages d'investissement: l'Algérie est dotée des outils pour sanctuariser les intérêts de l'Etat    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Report du derby USMA – MCA : Une décision politique    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    4morts et 32 blessés en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 01 - 2020

Le Président directeur général (Pdg) du Groupe Valorisation des produits agricoles (GVAPRO), Mustapha Belhanini, a indiqué mercredi que l'Algérie cessera en 2022 d'importer la semences de pomme de terre suivant au programme arrêté par le Groupe.
Le Groupe Valorisation des produits agricoles travaille sur un programme de réduction progressive des quantités de semences de pomme de terre importées pour atteindre l'autosuffisance d'ici 2022, a précisé M.
Belhanini lors d'une conférence de presse animée au siège du Groupe à Alger.
Il a souligné, dans ce sens, l'avancement des recherches dans le domaine du développement des types de semences en Algérie et la limitation de l'importation à la première génération de semences, qui seront développés antérieurement au niveau local.
Le Pdg de ce groupe public sous tutelle du ministère de l'Agriculture et du développement rural a fait savoir que le secteur importe actuellement 20% seulement des besoins en semences de pomme de terre pour près de 80 millions d'euros/an, pour les revendre ensuite aux agriculteurs au prix de 190 DA/kg. Les 80% sont couverts par la production locale au prix de 60DA/kg.
Les semences de première et deuxième génération importées sont destinées à la production de plants de la classe Super Elite (SE) et Elite (E),développés pour d'autres dérivés, a-t-il expliqué, affirmant que le classe A destinée à la plantation directe "n'est plus importée".
Selon le même responsable, il est prévu en 2020 la production de plus de 5 millions de tonnes de semences de deuxième génération et 4.600 tonnes autres première génération.
A une question de l'APS concernant les mesures d'accréditation des laboratoires relevant du Groupe, M. Belhanini a fait état de l'entame de l'opération d'accréditation de ces laboratoires en coordination avec l'Organisme algérien d'accréditation (ALGERAC).
Les équipements et ressources humaines du Laboratoire central du Groupe ont été valorisés et modernisés dans le cadre d'un programme mis en place par le ministère de l'Agriculture en 2017, pour un montant oscillant entre 30 et 35 milliards de centimes, a-t-il encoure dit ajoutant que ce programme permet de travailler conformément aux standards internationaux.
Augmentation de la production de mini tubercules à 1,5 millions d'unités
Ce programme a donné lieu à une augmentation de la production en laboratoire de mini tubercules de 400.000 à 1,5 millions de minitubercules, contrôlés et traités pour produire 5 types de plants naturels.
Une coordination est en cours avec le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour l''étude de production de nouveaux types de semences permettant de maitriser davantage les mécanismes de production de la pomme de terre en assurant la disponibilité des types demandés par les transformateurs.
Dans ce cadre, le rendement a atteint 400 quintaux/hectare de plants de type G1 et l'implantation de 40 hectares de plants de type G2 dans la wilaya de Bouira, et 180 hectares dans la wilaya de Tiaret qui ont donné lieu à la production de 46.000 tonnes de semences de deuxième génération en 2019.
Il est prévu la création de deux zones de plantation de semences de type G2 dans la wilaya de Ghardaïa et Skikda, selon M.Belhanini qui a fait état de la mise en place d'une cartographie nationale de toutes les régions concernées par la plantation des semences et la mise en place d'un process de traçabilité pour connaitre les différentes évolutions qui peuvent apparaitre au cours du cycle de production.
Les wilayas de Aïn Defla, Bouira, Guelma, Skikda et Mascara sont entrées en production de semence de première génération.
Ces mesures ont permis une baisse des prix de semences ce qui a mis les importateurs en difficulté pour écouler leurs marchandises.
Le Groupe Valorisation des produits agricoles (GVAPRO) envisage, en 2022,d'exporter quelque 150.000 à 200.000 tonnes de semences produites localement.
Par ailleurs le Groupe a mis en place un programme de développement de production BIO s'étalant sur trois années en collaboration avec une société européenne.
La superficie destinée à la culture de la pomme de terre portée à 160.000 hectares
Concernant la transformation, le président du Conseil interprofessionnel de la filières pomme de terre, Kedmani Lahcen a fait état de la coordination en cours entre les membres du Conseil, les transformateurs et
le ministère de l'Industrie pour arrêter la liste de tous les transformateurs, leurs capacités de production et les types de pommes de terre nécessaires à leur activité
Il s'agit également de l'organisation des relations interprofessionnelles dans le cadre d'accords garantissant les droits de chaque partie et permettant de connaitre les volumes de la demande à l'avenir.
Par ailleurs, il a indiqué que la superficie destinée à la culture de la pomme de terre a atteint, durant la saison actuelle, 160.000 hectares au niveau national, notamment suite à l'intégration de nouvelles régions à l'instar d'In Salah, Tamanrasset et El-Menia.
Il a plaidé, en outre, pour une prise en charge sérieuse du problème des prix afin de permettre à l'agriculteur de récupérer son investissement et d'assurer la disponibilité de ce produit à des prix abordables pour le consommateur à travers des mécanismes efficaces à même de réguler le rôle des intermédiaires et organiser leur intégration dans le circuit de la commercialisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.